« Top Chef » : Qui sont les quinze candidats de la saison 12 ?

PHOTO DE CLASSE Quatre femmes et onze hommes se disputeront la victoire de la douzième saison de « Top Chef »

Clément Rodriguez
— 
« Top Chef » : Qui sont les quinze candidats de la saison 12 ? — 20 Minutes
  • La douzième saison de Top Chef est lancée par M6 ce mercredi 10 février.
  • Durant plusieurs semaines, douze candidats et candidates s’affronteront au travers des épreuves concoctées par la production et les chefs invités.
  • Découvrez le profil de celles et ceux qui vont régaler nos yeux (mais malheureusement pas nos papilles) durant plusieurs semaines.

Koh-Lanta et Top Chef, même combat : ils sont quinze et à la fin, il n’en restera qu’un. Mercredi 10 février, M6 diffusera le lancement de la nouvelle édition de son concours de cuisine. Cette année encore, la production et les membres du jury promettent une saison « sans commune mesure » avec les autres, tout ça grâce au niveau extraordinaire des candidats et candidates qui composent le casting.

Les trois visages à surveiller

À regarder l’ensemble du casting de cette nouvelle saison, il y en a un qui titille particulièrement notre intérêt. À 27 ans, Matthias Marc est propriétaire de son propre restaurant à Paris depuis trois ans. Soucieux de travailler une cuisine responsable et locale, le jeune homme commence à se faire un nom dans le monde de la gastronomie. Jeune chef de l’année Gault et Millau 2019, 27e place des personnes de la gastronomie Atabula, meilleure entrée de France en 2019 selon le Guide Lebey, un palmarès qui place déjà Matthias en tête des potentiels vainqueurs.

Pourtant, dans l’émission, ce ne sont pas les titres qui font les vainqueurs. Peut-être Matthias se fera-t-il coiffer au poteau par un visage que les téléspectateurs et téléspectatrices de M6 connaissent bien : celui de Charline Stengel, 19 ans, gagnante d’Objectif Top Chef. Avec seulement quatre années d’expérience, elle a entamé un Brevet professionnel art de la cuisine à l’Institut des métiers et des techniques de Grenoble et avait terminé 3e au concours du meilleur apprenti de France.

Autre nom à retenir, celui d’Adrien Zedda. À 26 ans, le cuisinier est le chef exécutif de deux établissements lyonnais : Victoire & Thomas et Culina Hortus, élu meilleur restaurant végétarien du monde. Rien que ça ! Par ailleurs, le candidat a une revanche à prendre puisqu’il a participé à la première saison d’Objectif Top Chef mais n’avait pas été très loin dans le concours. Aujourd’hui, il veut montrer à Philippe Etchebest le chemin qu’il a parcouru.

Un casting tourné vers l’international

Si ces trois candidats et candidates semblent avoir toutes les clés en main pour aller le plus loin possible dans l’aventure, rien n’est gravé dans le marbre. Chacun et chacune ont leur propre personnalité à défendre, à l’instar de Mathieu Vande Velde, sous-chef du deux étoiles La Paix à Bruxelles, qui rêve d’ouvrir son restaurant aux trois macarons. Baptiste Trudel, lui, ne souhaite pas posséder qu’un seul établissement à son nom mais un resto avec des étoiles, un lieu street-food et un bar à vin.

Certains ont également une tonalité plus internationale, à l’image de Jarvis Scott, chef de partie aux côtés d’Albert Adrià à Barcelone ou encore Pierre Chomet, qui a passé les deux dernières années en Thaïlande en tant que sous-chef à l’étoilé Chef’s Table. On notera également la présence de Thomas Chisholm, né à New York et arrivé à Perpignan à l’âge de 14 ans. Yohei Hosaka, lui, a quitté le Japon en 2010 pour s’installer dans l’Hexagone sans parler un mot de français. Son rêve ? Battre ses concurrents et concurrentes sur des classiques de la gastronomie française.

Des CV divers et variés

Les femmes, quant à elles, sont plus nombreuses que l’an dernier, même si elles ne représentent qu’un quart du casting. En plus de Charline Stendel, il faudra surveiller Chloé Charles, cheffe indépendante sensible à la politique du « zéro déchet » et heureuse d’avoir une grande liberté professionnelle. Une notion tout aussi importante aux yeux de Sarah Mainguy qui n’a jamais voulu travailler dans de grandes maisons étoilées et qui mise tout sur sa créativité. Pauline Sene, elle, pourrait être considérée comme son opposée, puisqu’elle affectionne particulièrement la rigueur des étoilés.

Comme chaque année, nous découvrirons aussi des candidats hauts en couleur. Une catégorie dans laquelle s’inscrit visiblement Arnaud Baptiste, un cuisinier dont le tempérament de feu, les tatouages et le look de « titi parisien » feront certainement parler. Mohamed Cheikh, lui aussi, fait très attention à son look et à son image. Issu d’un quartier populaire de Fontenay-sous-Bois, le chef a souffert de discriminations en cuisine qui, selon lui, l’ont rendu intouchable.

Dernier candidat de cette sélection, mais pas des moindres, Bruno Aubin fait également partie des visages à retenir dès le début de la saison. Commis de cuisine à L’hostellerie de plaisance sous les ordres de Philippe Etchebest il y a treize ans, il a travaillé pendant huit ans au Bristol auprès du chef Eric Frechon et est aujourd’hui chef de cuisine à l’Hôtel Le Narcisse Blanc. Autant de palmarès divers et variés qui promettent une saison de haute volée.