Victime de racisme, la présentatrice Cécile Djunga a décidé de le combattre par l’éducation

DISCRIMINATION Chaque jour, « 20 Minutes » vous conseille une vidéo réalisée par son partenaire Brut

B.Ch.
— 
Cecile Djunga le 5 janvier 2021 à Bruxelles à la sortie du procès d'un homme accusé d'injures racistes à son encontre
Cecile Djunga le 5 janvier 2021 à Bruxelles à la sortie du procès d'un homme accusé d'injures racistes à son encontre — Shutterstock/SIPA

La vidéo où elle dénonçait, avec émotion, le racisme dont elle est victime, a été vue des millions de fois. Deux ans plus tard, Cécile Djunga, présentatrice belge, a transformé sa peine et sa colère en énergie pour lutter contre le racisme. « Je ne me sentais pas activiste et je ne me sentais pas la force de porter à moi toute seule ce combat, d’être un porte-drapeau. (…) Je ne me sentais pas à la hauteur et j’ai eu très peur. »

Mais les messages positifs qu’elle a reçus, bien loin des « sale négresse » et autres « rentre dans ton pays » auxquels elle avait dû s’habituer, lui ont donné envie de combattre activement le racisme.

« Il faut être anti-raciste »

Cécile Djunga a été invitée aux Nations Unies, est devenue ambassadrice du Musée Royal de l’Afrique Centrale et participe à de nombreuses campagnes en faveur de la lutte contre les discriminations. Elle a aussi expliqué, dans une lettre ouverte à Caroline Désir, ministre de l’Education de la fédération Wallonie-Bruxelles, la nécessité de réformer l’enseignement de l’histoire coloniale de Belgique. « À partir du moment où on comprend l’histoire de l’autre, on arrive à mieux le respecter. »

« Aujourd’hui on se rend compte qu’il ne suffit plus d’être non raciste, il faut être anti-raciste », affirme Cécile Djunga. Grâce à notre partenaire, Brut, découvrez le témoignage de Cécile Djunga en vidéo :