Le Toulousain Benyamine s'est qualifié pour la finale de Ninja Warrior.
Le Toulousain Benyamine s'est qualifié pour la finale de Ninja Warrior. — Laurent Vu - TF1

PARCOURS

Toulouse : Comment Benyamine, travailleur social auprès des sans-abri, est devenu un (redoutable) « Ninja Warrior »

Hélène Ménal

Benyamine, un Toulousain de 25 ans, travailleur social auprès des sans-abri, a surpris tout son monde en se qualifiant pour la finale du jeu «Ninja Warrior» diffusée ce samedi

  • Benyamine, un Toulousain de 25 ans, participera ce samedi à la grande finale du jeu « Ninja Warrior » de TF1.
  • Son apparition dans l’émission a surpris son entourage, en particulier à la halte de nuit de Toulouse, où il s’occupe des sans-abri.
  • Celui qu’une maladie du dos a empêché de réaliser le rêve d’être pompier, prend, modestement, une revanche sur la vie.

Désormais, à la Halte de nuit de Toulouse, où les sans-abri viennent chercher du réconfort, on l’appelle « champion » et ses collègues organisent des paris à base de tartelettes au citron. Samedi dernier, le discret Benyamine a surpris tout le monde en crevant l’écran dans jeu « Ninja Warrior » de TF1. Il est parvenu, en virevoltant entre les obstacles, et surtout en franchissant le « mega-mur », à se qualifier directement pour la finale de ce samedi 30 janvier.

Le Toulousain Benyamine s'est qualifié facilement pour la grande finale du jeu

« Franchement, dans un coin de ma tête, je me disais que j’en étais capable », confie l’animateur socioculturel de 25 ans. Mais pas au point de dire à quiconque avant le tournage de fin août où il allait exercer ses talents sportifs. En famille ou au travail, il a ménagé l’effet de surprise jusqu’à la sortie du teaser. Mais pour la qualif, protégés et proches, étaient devant leurs écrans, pour l’entendre dédicacer sa réussite aux pensionnaires de la halte de nuit. « Ils sont tellement fiers, que j’en frissonne encore », raconte le célibataire.

Une revanche sur un rêve brisé

Bon alors, comment intègre-t-on la crème des Ninjas Warrior ? « En jouant au foot, en s’entretenant », répond modestement le célibataire pas vraiment du genre à soulever des haltères en rentrant chez lui le soir. Mais Benyamine doit aussi son étonnante musculature dorsale à un coup du sort. Car il rêvait, « depuis le collège », d’être pompier de Paris. Il a même réussi le concours et intégré la formation. C’est un examen médical, une radio montrant une grave scoliose, qui a « cassé le mythe » et mis fin à ses espoirs de carrière.

De cette désillusion, il a fait une force. Pour guérir et se rééduquer, il s’est mis au Parkour, cette discipline freestyle consistant à franchir des obstacles urbains ou naturels. Un atout sur le jeu, où sa principale difficulté n’a pas été le supplice des barres mais de dompter « l’énorme stress » du plateau télé.

Bien sûr, tout le monde tente depuis plusieurs jours de lui tirer les vers du nez sur l’issue de la finale. Mais Benyamine tient bon, il joue le jeu. Tout ce qu’il peut dire, c’est qu’il est partant pour renouveler l’expérience et apparaître dans la prochaine saison de « Ninja Warrior ».