« Recherche appartement ou maison » : « Je suis un mur porteur chez M6 », plaisante Stéphane Plaza qui fête la centième de l’émission

TELEVISION Alors que M6 diffusera mercredi la centième de « Recherche maison ou appartement », Stéphane Plaza livre à « 20 Minutes » ses anecdotes les plus marquantes sur l'émission

Fabien Randanne

— 

L'agent immobilier et animateur de M6 Stéphane Plaza.
L'agent immobilier et animateur de M6 Stéphane Plaza. — Lou BRETON / M6
  • L’émission Recherche appartement ou maison a été lancée en février 2006 sur M6.
  • Le centième numéro sera diffusé mercredi à 21h05.
  • Stéphane Plaza, qui incarne le programme depuis quinze ans, raconte à 20 Minutes ses moments les plus drôles ou agaçants vécus sur le tournage.

Quinze ans de diffusion, 1.200 logements visités et des offres d’achat en pagaille. Sans parler du nombre de zéros impliqués dans les transactions entre les acheteurs et les vendeurs… Si l’on fait des mathématiques, c’est parce que Recherche appartement ou maison atteint un chiffre rond : son centième numéro sera diffusé mercredi à 21h05 sur M6. Plutôt que de soumettre Stéphane Plaza à un exercice de calcul mental, nous lui avons proposé de replonger dans ses souvenirs de l’émission immobilière qu’il incarne depuis février 2006. Voici ceux qu’il nous a fait parvenir.

  • Le premier souvenir du premier tournage de « Recherche appartement… »

« J’étais stressé car il ne suffit pas de bien faire son travail d’agent immobilier il faut aussi appréhender les caméras, les attentes du réalisateur, gérer les clients dans le cadre d’une émission alors que je ne connaissais pas du tout l’univers de la télé. Le réalisateur, qui débutait lui aussi, ne savait pas encore qu’il avait récupéré le pire des chats noirs. On n’avait pas démarré depuis dix minutes qu’il a cassé la vitre de sa voiture. »

  • Le moment le plus émouvant

« Lors de la centième quand tous les agents des régions sont arrivés avec le gâteau j’ai été pris par l’émotion et j’ai contenu ma larme. Qui aurait pu penser que l’émission allait rencontrer un tel succès et durer si longtemps ? Je suis devenu un mur porteur chez M6 maintenant (rires). Mais toutes les émissions sont fortes en émotions. Mon métier est avant tout un métier humain : on accompagne les gens dans des changements de vie important. Toutes les familles me touchent parce que je m’investis toujours à 100 % dans mes recherches. Après, si je fais le bilan de ces cent numéros et de mes quinze ans chez M6, je pense forcément à Karine Le Marchand. Indirectement, grâce à cette émission, j’ai rencontré ma meilleure amie. »

  • Le moment le plus stressant

« C’est toujours stressant. Il faut toujours avoir des biens en réserve parce que les propriétaires peuvent changer d’avis au dernier moment, c’est notre quotidien. Mais le plus désagréable pour moi, c’est de devoir parfois donner de mauvaises nouvelles. Je me souviens de Marion, qui avait fait une offre quasi au prix, et qui n’a pas eu l’appartement de ses rêves parce qu’elle n’avait pas pu payer comptant. Elle a fondu en larmes et, forcément, cela m’a fait beaucoup de peine pour elle. »

  • Le plus gros fou rire

« Impossible d’en choisir un, j’en ai à la pelle. On se marre dans chaque émission. Dans la centième on rigole beaucoup avec les sœurs Carat [la comédienne Fabienne Carat et sa sœur font appel à Stéphane Plaza pour leur trouver une maison], vous le verrez dans le bêtisier. Il suffit de peu de chose : un éternuement au mauvais moment et c’est parti ! Tout est prétexte à rire, surtout quand il y a de la pression. Je me souviens d’une chute mémorable chez Laurence dans un escalier bringuebalant : j’ai atterri sur la caméra. Pour la petite anecdote, c’était l’ancien appartement de Mathieu Kassovitz. »

  • Le plus gros coup de colère

« Je ne m’énerve jamais sur les clients. En revanche, mes collaborateurs proches qui préparent les émissions avec moi, Julie, Romain et Antoine, ont vécu des moments compliqués. Ce sont eux qui peuvent me voir parfois boudeur ou pas satisfait. Je peux appeler à minuit la veille d’un tournage et changer d’avis quant aux biens à présenter, juste sur un coup de tête ou à cause d’un rêve. Il faut alors changer tout le planning de la journée quelques heures avant le début du tournage. Ils se sont fait des cheveux blancs, les pauvres, mais mes intuitions sont les bonnes. La preuve : nous sommes à plus de 80 % de réussite. »