« Je te promets » : La version française de « This Is Us » diffusée en février sur TF1

SERIE Camille Lou et Hugo Becker se glisseront dans la peau de Jack et Rebecca Pearson

C.R.

— 

Non, ce n'est pas « This Is Us » mais « Je te promets »
Non, ce n'est pas « This Is Us » mais « Je te promets » — © JEAN-PHILIPPE BALTEL/AUTHENTIC PROD/TF1

Nos larmes couleront-elles autant devant Je te promets que devant This Is Us ? C’est la question qui se pose à l’heure où TF1 a annoncé le lancement de l’adaptation française de la série de NBC. Pour découvrir la version bleu-blanc-rouge de la famille Pearson, il faudra se brancher sur la Une le lundi 1er février à partir de 21 h 05.

Les histoires de deux fictions sont bien évidemment similaires, à quelques petits détails près. Les parents se nomment Paul et Florence et attendent la naissance de leurs triplés. « De leur côté, Mathis, un trader comblé vient de retrouver son père biologique mais hésite à le rencontrer. Maud, une jeune femme en surpoids, n’arrive pas à maigrir et cherche un sens à sa vie et Michaël, footballeur à l'OM, voit sa carrière stoppée après un incident malheureux », indique le synopsis.

Douze épisodes tournés entre Paris et La Rochelle

Côté casting, TF1 a fait appel à des visages connus du grand public pour incarner les parents. Camille Lou (déjà vue dans Le Bazar de la Charité) jouera le rôle de la mère et Hugo Becker (Baron noir, Osmosis, Au service de la France) celui du père. À l’âge adulte, les trois enfants seront quant à eux interprétés par Marilou Berry (Joséphine, Vilaine), Guillaume Labbé (Plan Cœur) et Narcisse Mame (Trauma).

La chaîne joue gros avec l’adaptation de This Is Us puisque douze épisodes sont prévus au programme. Le tournage s’est déroulé entre Paris et la région de La Rochelle, et les clins d’œil à la culture française des années 1970, 80 et 90 devraient être nombreux. Des chansons d’Alain Souchon, Jean-Jacques Goldman ou Renaud, des archives d’émissions de télé ou de publicités, autant d’éléments qui plongeront peut-être les téléspectateurs dans la nostalgie de cette époque.