« La Meilleure Boulangerie de France » : M6 tente de ne pas laisser l'émission s’encroûter en saison 8

CROÛTE ET MIE Ce lundi, à 18h40 sur M6, Norbert Tarayre et Bruno Cormerais reprennent leur tour de France pour une nouvelle salve d’émissions de la compétition boulangère

Fabien Randanne
— 
Bruno CORMERAIS et Norbert TARAYRE
Bruno CORMERAIS et Norbert TARAYRE — Thomas PADILLA / M6
  • La saison 8 de La Meilleure Boulangerie de France est lancée lundi, à 18h40, sur M6.
  • Bruno Cormerais et Norbert Tarayre ont parcouru 15.000 km et mis au défi 130 boulangers.
  • Chaque soir, deux boulangers d’une même région s’affronteront pour tenter de se qualifier à la finale nationale. Si les fondamentaux de l’émission ne changent pas, la production introduit plusieurs nouveautés cette saison.

Ils ont eu du pain sur la planche. Bruno Cormerais et Norbert Tarayre reviennent ce lundi à 18h40 pour une huitième saison de La Meilleure Boulangerie de France sur M6. Cette fois-ci, le duo s’est lancé dans un véritable road trip de plus de 15.000 km, dans les treize régions de l’Hexagone, pour mettre au défi 130 boulangers. Chaque soir, deux commerces seront en compétition pour tenter de décrocher un ticket pour la finale nationale. A la fin, il n’y aura qu’un gagnant.

L’émission reprend la trinité fondamentale « proximité, patrimoine et mise en valeur des savoir-faire » chère à la chaîne mais a revu sa copie pour intégrer quelques nouveautés. Des personnalités joueront ponctuellement les ambassadrices de leur région en soumettant des épreuves aux candidats. Ainsi, dans les Pays-de-la-Loire, Sylvie Tellier, ayant grandi aux Sables-d’Olonne, leur demandera d’intégrer les mogettes de Vendée à une recette. Du côté des Hauts-de-France, Chantal Ladesou, originaire de Roubaix, proposera un challenge similaire à base de confit de chicons.

Le refrain est connu, à chaque nouvelle saison d’un concours culinaire, on nous assure que le niveau est plus relevé que jamais. Sans surprise, Bruno Cormerais l’entonne à son tour : « On est allé dans des régions qui n’ont pas historiquement une grande culture et une grande qualité de pain et on a découvert des artisans extraordinaires, qui ont une véritable envie de faire des choses nobles et propres », assure-t-il.

« On est sortis ivres de la dégustation »

Celui qui fut sacré meilleur ouvrier de France en 2004, présent dans l’émission depuis la première saison, le garantit : « On n’est pas tombé dans la routine. » Et de donner l’exemple d’un pain « mené façon tarte tatin » qu’il estime innovant dans les perspectives ouvertes sur le mode de cuisson. Il a aussi été marqué par un pain à l’eau-de-vie. « C’était improbable, rigole-t-il. On est sortis ivres de la dégustation. »

Les boulangères et boulangers étaient également ivres, mais de joie, durant la mise en boîte de cette saison. « C’était le début de la pandémie de Covid-19. Ils étaient très inquiets. Certains avaient ouvert trois mois plus tôt, souligne Norbert Tarayre. Quand on arrivait, pour eux, c’était une bouffée d’air frais, une parenthèse le temps du concours, ça les a détendus psychologiquement. »

Si les boulangeries, en tant que commerces essentiels, sont restées ouvertes pendant les confinements de 2020, de nombreux Français et Françaises, et c’est un des autres effets de ces claustrations imposées, ont commencé à faire leurs propres pains, chez eux. « Les gens se sont rendu compte qu’ils n’avaient pas besoin d’investir dans une machine », avance Bruno Cormerais qui donnera désormais chaque semaine, dans le cadre de l’émission, des « petites astuces » pour les produits boulangers faits maison. Avec ses tutos sur la pâte feuilletée ou à pizza, le flan ou la crème d’amande, il aidera les as de la boulange du dimanche à perfectionner leur tour de main.