Micro de la chaîne CNews
Micro de la chaîne CNews — Jacques Witt/SIPA

MEDIAS

CNews : Le directeur général de la chaîne accuse France Info et France Télévisions de censure

Serge Nedjar a défendu la ligne éditoriale et les audiences de CNews

Serge Nedjar est fier des résultats de sa chaîne, CNews : tant des chiffres d’audience que du ton employé à l’antenne. Voilà ce qui ressort de l’interview que le très discret directeur général de CNews a accordée au Journal du Dimanche.

Se félicitant d’une « année exceptionnelle » sur le plan des audiences, avec notamment le succès de L’heure des pros, présenté par Pascal Praud, et de Face à l’info, présenté par Christine Kelly avec Eric Zemmour : « Nos rendez-vous ont progressé de 50 % à 300 %. Pour être franc, je ne m’attendais pas à une telle progression. C’est en presque effrayant. »

Accusation de censure

Serge Nedjar a aussi répondu aux critiques sur la ligne éditoriale conservatrice de sa chaîne. Concernant Eric Zemmour, épinglé à plusieurs reprises par le CSA et condamné trois fois pou incitation à la haine raciale, le directeur général de CNews a estimé qu’il était victime d’une « énorme injustice » et que ses rares dérapages à l’antenne ont été « montés en épingle » pour nuire à l’image de la chaîne. Plus largement, Serge Nedjar se défend de diriger une Fox News à la française et vante au contraire le pluralisme et la « totale liberté » des opinions qui s’expriment sur sa chaîne. « Il est important d’écouter toutes les opinions, même les plus dérangeantes et les plus politiquement incorrectes ».

En se défendant des nombreuses déclarations racistes ou sexistes, des fake news relayées par des intervenants, et de la surreprésentation d’invités d’extrême droite sur son antenne, il a aussi attaqué France 2 et France Inter, « des médias qui censurent, qui se comportent comme des juges, qui condamnent et absolvent selon que vous êtes ou non dans leur camp. »

Délit de proximité

Catherine Nayl, directrice de l’information de France Inter, et Laurent Guimier, son homologue de France Télévisions, ont vivement réagi à ces accusations de censure.

Serge Nedjar a été moins à l’aise pour répondre aux questions sur  les licenciements de Sébastien Thoen et Stéphane Guy, suite à une parodie de l’émission L’Heure des pros de Pascal Praud. Il semble que ces décisions ne soient pas de son fait et sont justifiées par la proximité des intéressés avec Julien Cazarre, ancien animateur de Canal+ et désormais considéré comme un ennemi de la chaîne.