Canal+ : Stéphane Guy licencié, après son soutien à Sébastien Thoen qui avait parodié Pascal Praud

PURGE Le sketch sur Pascal Praud a décidément des répercussions funestes pour les employés de Canal+

B.Ch. avec AFP

— 

Stéphane Guy, lors du match entre Rennes et le PSG en août 2019.
Stéphane Guy, lors du match entre Rennes et le PSG en août 2019. — SICCOLI PATRICK/SIPA

La chasse aux sorcières continue à Canal+. Le commentateur vedette de la chaîne cryptée Stéphane Guy, mis à pied pour avoir exprimé son soutien à Sébastien Thoen, a finalement été licencié, a indiqué jeudi une source proche du dossier à l’AFP, confirmant des informations de presse.

En cause : son soutien à l’humoriste Sébastien Thoen, chroniqueur du Canal Football Club, renvoyé récemment par Canal+. Avant un match qu’il commentait il y a deux semaines, il avait rendu hommage à son « ami », estimant qu’il n’avait « pas eu la sortie qu’il aurait méritée ».

Crime de lèse-Praud

Sébastien Thoen, qui outre son rôle de chroniqueur animait aussi le Journal du hard, a été renvoyé fin novembre de la chaîne après avoir participé à un sketch qui parodiait l’émission de Pascal Praud sur CNews L’heure des pros.

Le sketch parodique avait été diffusé sur le site de paris sportifs Winamax et avait remporté un franc succès sur les réseaux sociaux.

Ce renvoi avait suscité l’indignation de nombreux journalistes en interne. Près de 150 collaborateurs de Canal+ avaient ainsi dénoncé, dans un communiqué, cette « éviction » et invoqué « la liberté d’expression, de caricature et de parodie ».

CNews dénigrée

Le directeur des antennes et des programmes de Canal+, Gérald-Brice Viret, avait pour sa part justifié ce renvoi, car le chroniqueur s’était affiché dans ce sketch avec une personne qui « dénigre constamment » les équipes de la chaîne et avait « légitimé » ses propos, une allusion à l’humoriste Julien Cazarre.

Les chaînes Canal+ et CNews appartiennent toutes deux au groupe Canal+, dont la maison mère Vivendi est contrôlée par Vincent Bolloré.

Stéphane Guy, salarié de Canal+ depuis plus de 20 ans, commentait les matchs du championnat de France et était une des vedettes de la chaîne cryptée. Sollicité vendredi par l’AFP, Canal+ n’avait pas donné suite à la mi-journée.