« La Grande Incruste » : « On voulait quelque chose de novateur », affirme Camille Combal

TF1 Dans ce nouveau programme, Camille Combal se tape l’incruste dans plus d’une cinquantaine de films et d’émissions télé

Clément Rodriguez

— 

Camille Combal vient troubler les enquêtes de « Balthazar »
Camille Combal vient troubler les enquêtes de « Balthazar » — © TF1
  • TF1 diffuse ce samedi soir La Grande Incruste, la nouvelle émission de Camille Combal.
  • À travers une cinquantaine de sketchs, l’animateur plonge dans le monde de la télé et du cinéma pour donner la réplique à Denis Brogniart, Nikos Aliagas, Tom Cruise ou encore Harrison Ford.
  • « Il y a beaucoup de plans où on me voit rire parce que je suis éclaté de rire sur une réplique », a confié Camille Combal lors d’une visioconférence de presse.

Candidat de Koh-Lanta, nouveau membre de la famille Delcourt dans Demain Nous Appartient, chef cuisinier (de cantine scolaire) dans Petits plats en équilibre, Camille Combal a décidé d’endosser tous ces rôles, et plus encore, le temps d’une soirée. Samedi soir, il tiendra le premier rôle de La Grande Incruste, une émission hybride de TF1 à mi-chemin entre sketchs et parodies dans laquelle l’animateur donnera la réplique aux stars de la télé, du cinéma et de la chanson.

« On voulait quelque chose de nouveau, de novateur, de différent de ce qu’on peut avoir sur la chaîne », explique Camille Combal depuis les locaux de TF1 lors d’une visioconférence de presse. Là où le programme se veut différent de l’ultime référence du Palmashow, c’est dans la mise en scène. Pour l’incruste de Koh-Lanta, le décor a été recréé. Pour celle de Demain Nous Appartient, le tournage s’est réellement déroulé à Sète. « On a balayé les programmes phares de la télé avec les incarnants qui reproduisent leur émission », résume l’animateur qui s’est glissé dans les coulisses du feuilleton pour de vrai.

Une multitude d’obstacles à franchir

Lorsque l’idée de cette émission a germé dans l’esprit de Camille Combal et de son coauteur Abdoul Ndongo, « bien avant qu’un pangolin s’amourache d’une chauve-souris », le duo espérait voir son programme à l’antenne au mois de juin dernier. Finalement, « on a pris le premier confinement, ça nous a laissé le temps d’écrire tous les deux, explique le présentateur de Danse avec les stars. On a pris un deuxième confinement qui a tout mis en arrêt. Moi, j’ai attrapé le Covid donc on a arrêté deux semaines. J’ai perdu le goût, je ne l’ai toujours pas retrouvé. Ça commençait à faire beaucoup. »

Outre le contexte sanitaire, l’émission a également dû faire face à des enjeux de planning, « c’était le plus compliqué » selon Camille Combal, mais aussi à des refus de la part de quelques chaînes qui n’ont pas voulu se prêter au jeu. « Franchement, on n’a eu trop de refus, mais c’est plus difficile avec les autres chaînes, il faut qu’elles soient OK pour faire des blagues et les diffuser sur TF1. »

« Je vis ça comme un immense privilège de faire ça »

Avec La Grande Incruste, Camille Combal revient également à ses premières amours grâce aux quelques sketchs tournés sur fond vert, chose qu’il faisait déjà dans Azap sur W9 il y a onze ans. « J’espère que ça fera plaisir aux gens qui me suivent depuis longtemps de revoir ça, sourit-il. Je ne connaissais que ça avant et je suis content de le retrouver. Ce que j’ai appris grâce aux équipes de TF1, c’est de gérer des primes comme DALS, c’est une autre forme de divertissement. Je vis ça comme un immense privilège de faire ça quel que soit le programme. Les deux sont un plaisir immense et je l’ai découvert. Avant de faire DALS, j’avais peur, je ne savais pas si ça allait me plaire. »

Sur le tournage, l’animateur s’est amusé à revisiter la télé et le cinéma à sa manière à l’aide d’une pléiade d’invités, de Louane et Nikos Aliagas à Mike Horn et Vianney, en passant par Wejdene et Estelle Denis. « On a un texte mais il y a eu beaucoup d’impros. Il y a beaucoup de plans où on me voit rire parce que je suis éclaté de rire sur une réplique », confie Camille Combal. À quelques jours de la diffusion, l’homme fort de TF1 était encore en train de parfaire la cinquantaine de séquences prévues au total, d’une durée de quelques secondes à une dizaine de minutes. Même en salle de montage, il ne peut donc pas s’empêcher de se taper l’incruste.