« Lego Masters » : Plus de deux millions de briques et un plateau de rêve pour petits et grands

COULISSES « 20 Minutes » a assisté au tournage (coloré) de « Lego Masters », la nouvelle émission de M6 parfaite pour réunir petits et grands devant l’écran

Clément Rodriguez

— 

Les candidats ont plus de deux millions de briques pour atteindre la victoire
Les candidats ont plus de deux millions de briques pour atteindre la victoire — Wlad SIMITCH/M6
  • Ce mercredi 23 décembre, M6 lance Lego Masters, une nouvelle compétition dans laquelle s’affrontent huit binômes amateurs de petites briques.
  • Chaque semaine, les candidats s’affronteront sur deux épreuves qui mêlent technique et artistique.
  • 20 Minutes a assisté au tournage de l’une d’entre elles et a eu le droit à une visite guidée.

Lorsque l’on imagine quel serait l’endroit idéal des enfants de tous âges pour passer un après-midi de rêve, on est à peu près sûrs que le plateau de tournage de Lego Masters répond à tous les critères. En juillet dernier, 20 Minutes est allé se glisser dans les coulisses du nouveau jeu de M6 dans lequel la brique règne en maître. Sur les murs, derrière le studio, et même par terre, il n’y a pas un endroit où notre œil ne se pose pas sur un Lego. Normal, puisque la production de l’émission a amassé 2,5 millions de pièces au total.

Si la plupart d’entre nous ne saurions pas quoi faire d’autant de briques, à part une petite maison sans toit et sans fenêtre, huit binômes de candidats débordent d’idées (et d’énergie) dans le seul but de remporter la compétition. Dans Lego Masters, le temps est précieux même s’il paraît très long à première vue. À titre d’exemple, la plus grande des épreuves dure plus de 20 heures. Rassurez-vous, les participants ont le droit à une pause de vingt minutes toutes les trois heures !

Technique, storytelling et esthétisme

« On avait à peine lancé le casting que tout le monde était au courant », confie à 20 Minutes Julien Randrianarisoa, producteur chez EndemolShine France, preuve que le monde de la brique est petit. En quarante-huit heures seulement, plusieurs centaines de candidatures ont été déposées mais les équipes de production ont également repéré les meilleurs constructeurs sur les réseaux sociaux. Après avoir établi un top 50 des duos qu’ils désiraient voir à l’œuvre dans les conditions réelles de l’émission, les casteurs ont vu les binômes cinq par cinq en leur imposant la même épreuve avec les mêmes 13.279 pièces. « On regardait s’il pouvait verbaliser leurs émotions, s’ils étaient drôles », commente le producteur.

Après avoir vu le premier épisode, vous pouvez nous croire : les candidats sont tout aussi hauts en couleur que les deux millions de briques qu’ils ont autour d’eux. Certains ont des styles complètement loufoques, d’autres sont plus dans la réserve, mais toutes et tous peuvent réaliser des prouesses qui nous paraissaient inimaginables jusqu’alors. Surtout, tous sont émerveillés en voyant ces plus de deux millions de briques devant eux.

Tout au long de leur aventure, ils ont été jugés sur trois critères, la technique, le storytelling et l’esthétisme, par un duo de « brick masters ». Le premier, Georg Schmitt, fait partie des quatorze constructeurs homologués par Lego dans le monde. En résumé, il est le seul Français à pouvoir construire au nom de la marque pour des sorties de films, des expositions ou dans des vitrines de magasins. La seconde, Paulina Abbey, est une artiste spécialisée dans la conception de tableaux composés de briques, tels des mosaïques. Son regard expert se portera davantage sur l’aspect artistique des constructions de candidats.

Un record du monde battu dans l’émission

Lego Masters a été conçu au Royaume-Uni, où il a été diffusé à partir de 2017. Depuis, il a connu une flopée d’adaptations, que ce soit en Allemagne, en Australie, aux Etats-Unis, mais aussi en Colombie, au Chili ou encore en Pologne. La production française de l’émission s’est inspirée de l’expérience de ces différentes versions pour en imaginer un best-of. « On a pris les meilleures idées de nos prédécesseurs et c’était intéressant de passer derrière, confie Eric Antoine, qui anime le programme. Nous n’avons pas créé d’épreuves à 100 %, on a été chercher des éléments qui marchaient chez les uns et chez les autres. Mais même les candidats qui avaient entendu parler des versions étrangères se sont retrouvés en difficulté. »

Le producteur Julien Randrianarisoa le promet : l’émission diffusée sur M6 à partir de ce mercredi ne sera pas qu’une copie de ce qu’il s’est fait à l’étranger. « Dans une de nos huit épreuves, un record du monde a eu lieu et personne ne s’y attendait. Georg, qui pourtant a vu de la brique, a dit qu’il n’avait jamais assisté à ça. » Les vainqueurs du programme remporteront 20.000 euros et leur structure finale sera exposée à l’hôpital Necker pendant plusieurs semaines.