Dernier JT de Pernaut : Olivier Ceyte, maraîcher provençal et lanceur d'alerte pour le « 13 heures » à chaque nouvelle récolte

AU CŒUR DE NOS REGIONS Jean-Pierre Pernaut présente le JT de « 13 heures » sur TF1 depuis 1988. Pour son dernier journal, ce vendredi, « 20 Minutes » a rencontré des Français et des Françaises qui ont eu les honneurs de ses caméras. A Carpentras, les produits de saison d’Olivier Ceyte ont égayé le JT pendant dix ans

Clara Martot

— 

Olivier Ceyte sur le marché de Salon-de-Provence en décembre 2020
Olivier Ceyte sur le marché de Salon-de-Provence en décembre 2020 — C. Martot
  • Jean-Pierre Pernaut quitte le JT de 13 heures de TF1 ce vendredi. Pour son dernier journal, la chaîne a préparé un reportage en son honneur. A 20 Minutes, nous sommes allés rencontrer les Françaises et les Français qui ont eu la chance d’avoir un reportage dans son journal.
  • A Carpentras dans le Vaucluse, Le Potager d’Olivier et ses produits provençaux ont été régulièrement la vedette du 13 heures pendant près de dix ans.
  • Au fil des années, Olivier Ceyte est devenu un véritable informateur à chaque nouvelle récolte.

Olivier Ceyte a commencé il y a plus de quinze ans, en exposant une seule et modeste table au marché de Carpentras dans le Vaucluse. Avec le temps, ce maraîcher installé au pied du Mont Ventoux a bâti un petit empire. Cette ascension, le JT de  Jean-Pierre Pernaut l'a suivie pendant de nombreuses années. Aujourd'hui, au rythme effréné de cinq marchés différents par semaine, il parvient à fidéliser une clientèle toujours plus nombreuse autour de ses valeurs : « Des fruits et légumes de saison, provençaux et rares. Les gens viennent acheter ici des produits qu’ils ne trouvent pas ailleurs », résume-t-il fièrement.

A ce propos, il est un peu plus de 9 heures sur le marché de Salon-de-Provence lorsqu’une cliente du coin vient confirmer les dires du professionnel. « Ca, c’est trop trop bon ! », s’exclame-t-elle en pointant du doigt un petit tubercule blanc en forme de tire-bouchon. « Ce sont des crosnes », explique alors Olivier Ceyte. Ils trônent entre les clémentines corses et les choux-fleurs colorés. Olivier Ceyte ne compte même plus le nombre de fois où ses produits sont apparus au journal télévisé de TF1. Il explique « passer chez Pernaut » entre deux et trois fois par an, et ce depuis environ dix ans.

Star locale et clients célèbres

« La première fois, c’était pour annoncer les asperges », se remémore-t-il. Depuis, Olivier Ceyte fait office d’informateur officiel du JT et prévient les journalistes à chaque nouvelle récolte. Pas plus loin que le 9 novembre dernier, ses « cucurbitacées » fraîchement récoltées étaient à l’honneur du journal de Jean-Pierre Pernaut. Olivier Ceyte nous montre un extrait du reportage. Dans les premières secondes, la voix off de la journaliste promet que chez ce professionnel, « la courge se découvre dans toutes ses formes ». L’affirmation n’est pas démentie par les images colorées qui défilent sur le smartphone du maraîcher.

« Je suis un fan inconditionnel de Pernaut, je regarde le JT tous les jours, assure-t-il. Il va beaucoup nous manquer car nous avons besoin d’une figure comme lui pour nous défendre. Il met en valeur la bonne nourriture et les bons produits. C’est ce message qui nous permet de survivre. » Aujourd’hui, Olivier Ceyte explique être régulièrement reconnu dans la rue par des passants. « Ça fait plaisir ! Sans compter que ces reportages m’ont rapporté des clients prestigieux, des célébrités comme Danièle Evenou, Patrick Bruel… Et plusieurs restaurants étoilés dans la région. »

Il faut dire qu’Olivier Ceyte ne se contente pas du célèbre JT. Il est aussi régulièrement convié chez M6 et France Bleu Provence. Lors de la dernière récolte des fraises enfin, c’est RMC qui l’avait invité sur le plateau. Il précise que toutes ces séquences sont à retrouver sur sa page Facebook. Par ailleurs, Olivier Ceyte est également adjoint à l'agriculture à la mairie de Carpentras. Plantée dans les choux, une pancarte arbore le dernier trophée du maraîcher. « J’ai été élu talent régional… Maintenant, on attend les résultats de la compétition nationale ! » L’occasion de se consoler, l’espace d’un instant, du départ de Pernaut.