Dernier JT de Pernaut : Les Constanzia « pêcheurs emblématiques du "13 heures" » de TF1

AU CŒUR DE NOS REGIONS Jean-Pierre Pernaut présente le JT de « 13 heures » sur TF1 depuis 1988. Pour son dernier journal, ce vendredi, « 20 Minutes » a rencontré des Français et des Françaises qui ont eu les honneurs de ses caméras. Au Cros-de-Cagnes, Corinne et Jean-Louis Costanzia y avaient leurs habitudes

Michel Bernouin

— 

Corinne et Jean-Louis Costanzia, vedettes du JT de Pernaut depuis plus de vingt ans.
Corinne et Jean-Louis Costanzia, vedettes du JT de Pernaut depuis plus de vingt ans. — M. Bernouin / ANP / 20 Minues
  • Jean-Pierre Pernaut quitte le JT de 13 heures de TF1 ce vendredi. Pour sa dernière, la chaîne a préparé un reportage en son honneur. A 20 Minutes, nous sommes allés rencontrer les Françaises et les Français qui ont eu la chance d'avoir un reportage dans son journal.
  • Dans les Alpes-Maritimes, une famille de pêcheurs est l'une des vedettes des journaux de JPP avec au moins quinze reportages à son actif !
  • Etre passé dans le journal de la mi-journée de TF1, c'est bon pour le commerce, et ça entretien les liens avec les copains à l'autre bout de la France.

« C’était la recette de la bouillabaisse. On l’avait cuisinée à la maison, tu t’en souviens ? » Corinne, la femme de Jean-Louis, le pêcheur du Cros-de-Cagnes ( Alpes-Maritimes), revit la scène comme si c’était hier. C’était pourtant il y a plus de vingt ans ! « Oui, puisqu’après on était dans un reportage sur le passage à l’Euro. » Ça marque, une apparition dans le 13 heures de Jean-Pierre Pernaut ! Et pour les Costanzia, il n’y en a pas eu qu’une seule…

« Rien que sur le bateau, ils sont venus me filmer au moins trois fois », compte le patron pêcheur. Avant lui, c’était son père, Louis, qui déjà avait eu les honneurs du JT de TF1. Dernière apparition en date du patriarche : dans un reportage sur la vie du « village » du Cros-de-Cagnes, diffusé en février 2019.

Au retour sur le plateau, les premiers mots de Jean-Pierre Pernaut étaient pour lui. « Quel bonheur de retrouver Louis, le pêcheur emblématique du 13 heures », avait lancé le présentateur vedette, avec toute l’empathie pour les « vrais gens » qui le caractérise.

« Un sacré coup de pouce ! »

Il faut dire que depuis bien avant l’an 2000, l’Euro et le Covid-19, les Costanzia ont leur rond de serviette au journal de la mi-journée. On les a vus préparant la ratatouille, commentant la hausse du prix de l’eau, racontant dernièrement les difficultés liées au confinement. « En mars, on ne voyait plus personnes devant le banc de poissons, se souvient Jean-Louis. On est passés au journal et dès le lendemain les clients sont revenus, ça nous a donné un sacré coup de pouce ! »

Forcément, il y a des amateurs de poisson parmi les cinq millions de téléspectateurs du journal de Pernaut. Mais les copains, eux aussi, regardent le 13 heures sur la Une. « Les amis de toute la France nous voient, après ils nous appellent, ça permet de garder le lien ».

Les inconnus aussi les interpellent parfois. « Les gens nous disent : « On vous a vus à la télé », en général ça dure une semaine après le reportage. » Un jour, un touriste a dit à Corinne : « Oh mais je vous reconnais, vous faites la météo ! » Au Cros-de-Cagnes, les Costanzia finiront bien par signer autant d’autographes que Jean-Pierre Pernaut.