« L’amour est dans le pré » : « Avec Florian, nous allons emménager ensemble », confie Lola

INTERVIEW Alors que la quinzième saison de « L’amour est dans le pré » se termine ce lundi, Lola revient sur la genèse du couple qu’elle forme avec Florian

Propos recueillis par Nicolas Stival

— 

Le couple de Florian et Lola s'est formé lors de cette quinzième saison de « L’amour est dans le pré ».
Le couple de Florian et Lola s'est formé lors de cette quinzième saison de « L’amour est dans le pré ». — Cécile Rogue / M6
  • Lola a rapidement craqué sur Florian, l’éleveur de vaches limousines dans la Creuse, premier agriculteur en fauteuil roulant à participer à L’amour est dans le pré.
  • La jeune infirmière revient sur leur parcours au cœur d’une « émission bienveillante ».

La seconde partie des bilans de L'amour est dans le pré, c’est ce lundi soir sur M6. La quinzième saison touche à sa fin, mais pas l’idylle entre Florian, l’éleveur paraplégique creusois de 37 ans et sa prétendante Lola, infirmière dans le Gers. La jeune femme de 27 ans revient pour 20 Minutes sur cette aventure qui a bouleversé leur vie.

Quel bilan tirez-vous de cette aventure ?

Cela s’est super-bien passé. C’est une émission bienveillante. J’ai pu rencontrer l’amour donc j’en garde un très bon souvenir.

Vous êtes donc toujours avec Florian.

Oui.

Vous travaillez dans le Gers, lui est agriculteur dans la Creuse, ce ne doit pas être évident.

Avec le confinement, c’est dur. Mais avant, on se voyait quasiment tous les week-ends. Nous n’habitons qu’à quatre heures de route l’un de l’autre. Et nous allons emménager ensemble en janvier, juste à côté de sa ferme.

 Florian et Lola ont surmonté leur timidité pour tisser leur complicité.
Florian et Lola ont surmonté leur timidité pour tisser leur complicité. - Cécile Rogue / M6

Revenons au début de l’aventure. Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire à Florian ?

Un ensemble de choses : tout ce qu’il dégageait, il avait l’air hypergentil, doux, il était un peu réservé. Il y a son sourire aussi. Ça m’a donné envie de le connaître.

Vous attendiez-vous à vivre une telle expérience ?

Non. J’ai écrit ma lettre car j’en avais envie et qu’il fallait que je le fasse, sinon j’allais avoir des regrets. Mais je ne savais pas du tout comment l’émission se passait. Je ne pensais pas du tout avoir de retour, qu’il serait intéressé par mon courrier et pour me rencontrer.

Comment a évolué la relation entre deux personnes réservées, à partir du speed dating ?

Ce n’était pas évident pour nous deux. Les caméras n’ont pas facilité les choses. Mais au final, on a appris à se connaître lors du séjour à la ferme. Puis nous nous sommes revus hors caméras et nous avons vu voir comment vivait l’un et l’autre, nos personnalités. C’est à ce moment-là que les choses ont vraiment bien évolué.

Les relations ont-elles été compliquées avec Emilie, son autre prétendante, alors que Florian ne cachait pas sa préférence pour vous ?

Non, ça s’est très bien passé à la ferme. Il n’y a pas eu de tensions. Dès le début, Florian a su prendre du temps avec l’une puis avec l’autre. Il a posé des questions à Emilie, puis il m’a posé les mêmes. Après, il m’a montré qu’il s’intéressait davantage à moi. Emilie a pu comprendre son choix et nous sommes restés en contact. On lui a encore écrit il n’y a pas très longtemps pour prendre de ses nouvelles, voir comment elle allait à la suite de la diffusion de l’émission. Nous sommes en bons termes.

Qu’est-ce que les conditions sanitaires actuelles ont changé dans l’aventure ?

Le speed dating était plus distant, forcément, à cause des gestes barrières. Mais nous avons été testés pour la suite des épisodes. Il y a pu alors avoir des rapprochements, moins de contraintes.

Si vous ne deviez retenir qu’un moment, quel serait-il ?

La première rencontre, lors du speed dating. J’avais vu Florian à la télé, et là je l’avais en face de moi. J’ai pu échanger. C’était le moment très attendu.

Avez-vous eu des retours parmi les gens que vous connaissez ?

Pas trop. Parmi mes collègues, un petit cercle autour de moi, on en a discuté. Mais le fait de porter un masque n’aide pas à reconnaître les gens. Et puis, nous ne sommes pas trop passés à la télé, peut-être deux ou trois fois, donc ça n’a pas eu trop d’impacts sur nos vies. Un peu plus quand on sort chez Florian, étant donné qu’il est de là-bas.