« A nos promesses : Le dernier voyage » : France 3 rend hommage à Johnny Hallyday et célèbre l’amitié à travers un documentaire

A LA VIE A LA MORT Au cœur de ce documentaire, des images d’évasion et les souvenirs des amis du Taulier lors de son dernier road trip américain

Clio Weickert

— 

Pierre Billon et Johnny Hallyday dans
Pierre Billon et Johnny Hallyday dans — © François Goetghebeur
  • Trois ans après la mort du rockeur, France 3 diffuse vendredi soir « Johnny Hallyday, à nos promesses : Le dernier voyage ».
  • Réalisé par François Goetghebeur, le documentaire nous plonge dans le dernier road trip américain de Johnny.

Il y a trois ans de ça, le 30 novembre 2017, une soirée bouleversante se déroulait à la Savannah à Marnes-la-Coquette. Après un dîner entouré de ses proches, Johnny Hallyday découvrait avec émotions le film de son dernier road trip aux Etats-Unis. Une chevauchée mécanique, à motos évidemment, réalisée avec ses potes un an plus tôt, en septembre 2016. Un film de vacances rythmé aux mélodies des Stones et de Dylan, conçu par le réalisateur François Goetghebeur, qui les avait suivis pendant les douze jours de leur rêve américain. Destinées à accompagner le nouvel album de Johnny, il s’agissait en fait du film de son tout dernier voyage. Car quelques jours seulement après ce visionnage, le Taulier nous quittait.

Trois ans plus tard, ces images sont devenues le documentaire Johnny Hallyday, à nos promesses : Le dernier voyage, diffusé ce vendredi à 21h05 sur France 3 dans le cadre d’une soirée dédiée au rockeur. Aux instants captés sur les routes, dans les motels et les dîners traditionnels, le réalisateur a ajouté les témoignages de ceux qui ont cramé le bitume à ses côtés : Pierre Billon, Philippe Fatien, Claude Bouillon, Billy, Dimitri Coste et Sébastien Farran. Laeticia Hallyday et leurs filles Jade et Joy y apparaissent aussi. Après la mort du rockeur, il leur a demandé de se replonger dans les souvenirs de ce voyage aux accents de « colonie de vacances, de cette bande de mecs qui partent et qui font un trip ».

Une histoire de bernard-l’hermite et de crapaud

Ami de longue date de Johnny, Pierre Billon se souvient encore auprès de 20 Minutes de la façon dont le rockeur chevauchait sa bécane : « Chacun a sa position. Johnny en avait une bien particulière, il sanglait son sac derrière lui et ça le calait complètement. Il était recroquevillé comme une espèce de bernard-l’hermite sur son rocher, moi j’avais l’air d’un crapaud, Fatien était bien droit, comme il l’est dans la vie et Boubou faisait ce qu’il peut ! » « Boubou », ou « Boubouille », c’est Claude Bouillon, un vieil ami de Johnny (ils ont le même âge), avec qui il a monté un restaurant à l’aube des années 2000 et qui tentait l’aventure du road trip pour la première fois.

« Ce n’était pas facile, confirme-t-il. Moi je peux vous dire que j’ai souffert énormément ! Je me suis dit "qu’est-ce que tu fais là, tu n’as pas le physique, pas les moyens" ». Traverser les Etats-Unis en une douzaine de jours, c’est avaler une moyenne de 500 kilomètres par jour, et affronter les éléments. « J’ai cru mourir !, confie-t-il en se remémorant un jour de tempête qui a pris de court toute l’équipe. Sincèrement je peux vous dire que c’est un miracle qu’il n’y a pas eu d’accidents, mais comme je l’ai toujours dit avec Johnny, quand j’étais avec lui je n’avais pas de souci à me faire je savais que rien n’allait m’arriver. » Quelque peu diminué, Johnny lui, encaisse. « En 2016 il n’était absolument pas malade quand on est parti, il était en pleine forme. Il n’y a eu qu’une seule fois où il nous a dit qu’il était essoufflé mais quand t’es à 2000 mètres et que tu fais 500 kilomètres par jour, il y a plein de gens qui le seraient, même avec 30 piges de moins », note Pierre Billon.

Une histoire de rencontres fraternelles

Un périple et ses aléas que retrace ce documentaire, mais pas seulement. Car à travers les routes, les arrêts aux stations essence et les apéros (soft) du soir, c’est surtout l’histoire de belles amitiés qui se lisent en creux. « Ce voyage représente une certaine liberté, des épreuves en commun, et puis des souvenirs. C’était sept potes qui se retrouvaient, le prolongement de rencontres fraternelles », estime Pierre Billon. « Dimitri, Billon, Billy, Fatien… Il y a un pacte entre nous, on est comme des frères, ajoute de son côté Claude Bouillon. On devait se faire tatouer ensemble après avec Johnny mais ça ne s’est pas fait malheureusement… Ça a été très vite entre la fin du road trip et la mort de Johnny, il y a eu juste un an. »

Pour saluer la mémoire de leur ami et son goût de la liberté, certains d’entre eux se sont d’ailleurs promis de réaliser ce road trip chaque année. « C’est un voyage qu’on refera systématiquement », assure Pierre Billon. Et ils y sont retournés en 2018 et en 2019, où ils ont notamment déposé une plaque commémorative à Mexican Hat. Et en attendant de pouvoir reprendre la route, en 2021 croisons les doigts, le documentaire A nos promesses : Le dernier voyage est aussi une belle manière de s’évader et de rendre hommage à notre Johnny.

A l’origine du « Dernier voyage »

Ces images devaient accompagner la sortie du nouvel album de Johnny. Pour cela, le rocker avait demandé au réalisateur François Goetghebeur de le suivre sa bande de potes et lui pendant une douzaine de jours de la Louisiane à Los Angeles. Un tournage en toute décontraction. « Il voulait vraiment faire un road trip avec ses potes, point, explique à 20 Minutes le réalisateur. La perspective était cool mais je ne voulais pas avoir d’obligation de résultat, de producteurs ou de maisons de disques derrière, l’idée était de me fondre dans le groupe. Je ne voulais pas de pression malsaine autour de lui et lui gâcher son voyage. Je suis partie sans trop savoir ce que j’allais faire. »

Les premières images officielles, ce sont les bikers qui les ont découvertes pendant leur descente des Champs Elysées lors de l’hommage national rendu à l’artiste en décembre 2017. Un an plus tard, elles illustraient J’en parlerai au diable, le clip extrait de Mon pays c’est l’amour, l’album posthume de l’artiste. Et cette année, elles constituent un film documentaire intégré dans le coffret inédit Johnny Hallyday, son rêve américain sorti le 23 octobre dernier, diffusé ce vendredi dans une version plus longue pour France Télévisions.