« Mask Singer » : « On sortira ma reprise de "Tous les cris les SOS" mardi », annonce Larusso

INTERVIEW La chanteuse, qui a remporté la saison 2 de « Mask Singer » samedi sur TF1, explique à « 20 Minutes » ce que lui a apporté sa participation à l’émission

Propos recueillis par Fabien Randanne

— 

Larusso a gagné la deuxième saison de Mask Singer.
Larusso a gagné la deuxième saison de Mask Singer. — CHRISTOPHE CHEVALIN - TF1
  • Samedi, Larusso a remporté la saison 2 de Mask Singer sur TF1.
  • La chanteuse raconte à 20 Minutes avoir été très émue par les réactions sur les réseaux sociaux : « J’étais plus que touchée. (…) Beaucoup de messages disaient : « Mais pourquoi on l’entendait plus ? » J’ai la même sensation qu’eux en fait. On se retrouve. »
  • Larusso sortira mardi sa reprise de Tous les cris les SOS qui a marqué son passage dans l’émission. « Ce n’était pas quelque chose de prévu. Quand on a vu l’engouement du public à la diffusion, on s’est dit qu’il fallait sortir [le single] », dit-elle.

Il y a un peu plus de vingt ans, Larusso faisait se trémousser la France sur Tu m’oublieras. Depuis, elle était sortie des radars mais pas des mémoires. Samedi, la chanteuse a remporté la deuxième saison de Mask Singer. Elle se cachait sous le costume de manchot. L’émission de TF1 a permis au public de redécouvrir avec enthousiasme l’artiste qui peut espérer écrire un nouveau chapitre de sa carrière, comme elle l’a confié ce dimanche après-midi à 20 Minutes.

Comment avez-vous vécu, de votre côté, la diffusion de cette finale, samedi ?

Très honnêtement, ça a été très dur de garder le secret. Je suis une pipelette sans nom. Beaucoup de gens m’ont reconnu et m’ont envoyé des tonnes de messages. Je ne pouvais pas leur répondre, je les ai ignorés et je me suis excusée hier. Chaque samedi soir, chez moi, j’ai redécouvert mon aventure. Lors du tournage, j’étais tellement concentrée dans mon personnage et je ne voyais absolument rien. Je n’avais pas conscience de ce qui se passait autour de moi, je n’avais pas le rendu. J’ai donc vécu cette expérience une deuxième fois. Hier [samedi], j’étais très émue, en folie. Je n’ai dormi que trois heures. Je suis heureuse et tellement fière d’avoir participé.

Vous avez hésité à participer à l’émission ?

J’ai dit oui tout de suite. On me demandait de venir faire ce que je sais faire et que je fais depuis toujours : chanter. J’adore me déguiser, m’amuser. Je trouve le principe de l’émission très fun. Je n’ai pas hésité une seconde parce que je savais que j’allais m’éclater quoi qu’il arrive. Après, je ne pensais pas du tout gagner, j’étais persuadée de partir à la première émission.

Votre nom a été cité assez vite, cela vous a rassuré ou déplu ?

Je sais que j’ai une voix assez identifiable. Ça me touche qu’on arrive à me reconnaître.

Vos prestations ont suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Beaucoup se réjouissaient à l’idée de vous redécouvrir. Vous avez vu ces messages ?

J’en ai vu énormément. Je n’ai même pas de mots pour dire tout ce que j’ai ressenti. J’étais plus que touchée. Je ne sais pas comment expliquer ça… C’est la magie des réseaux sociaux qu’on n’avait pas il y a vingt ans. On n’avait pas assez directement aux réactions des gens. Là, il y a un vrai désir de réentendre Larusso. Beaucoup de messages disaient : « Mais pourquoi on l’entendait plus ? » J’ai la même sensation qu’eux en fait. On se retrouve. C’est un super rendez-vous pour moi. Je suis prête, je donnerai avec plaisir tout ce que j’ai de mieux en moi.

Votre prestation sur « Tous les cris les SOS » a été particulièrement marquante. Alessandra Sublet et Jarry étaient en larmes. Comment avez-vous vécu les choses sous votre costume ?

Je vais vous raconter. Il faut savoir que j’ai eu la liberté de choisir mon costume et les titres que je voulais défendre. J’ai demandé à la production ce que, en général, les autres candidats choisissaient de faire. Beaucoup avaient décidé de modifier leur voix au maximum, de changer leur manière de bouger… Comme j’aime bien prendre le contre-pied, je me suis dit que j’allais rester moi-même. Donc, en restant dans cette démarche de sincérité, quand j’arrive à ma prestation sur Tous les cris les SOS, c’est le premier moment où je demande à ne pas être entourée de danseurs, à être seule. Je voulais passer un message. Ce manchot, ce n’est pas juste quelques morceaux de mousse et de tissu, c’est vraiment pour moi quelque chose de vivant à partir du moment où je rentre dedans. Je soutiens la cause animale. Tous les cris les SOS, ça va avec le message du manchot : « Au secours ma banquise fond, vous êtes en train de me faire du mal, regardez-moi ; Mais je sais que personne ne m’écoute au final. » Comme a dit Kev, c’est aussi un message d’artiste parce qu’on a l’impression que notre métier est très facile, très joyeux et extrêmement positif. Certes, c’est vrai, mais il y a une part plus sombre et parfois des moments très douloureux. Je pense que Daniel Balavoine a écrit cette chanson pour ça. Donc quand j’arrive à la fin de la chanson, je ne sais pas qu’Alessandra et Jarry sont en larmes, je ne vois rien, je n’entends rien. je sais juste que moi, dès les premières notes de la chanson, je pleurais dans mon costume. A la fin, je m’effondre, parce que je suis très émue. Cette chanson me bouleverse.

Cette chanson n’a pas fini de vous accompagner puisque vous sortez cette reprise en single, à en croire un visuel aperçu sur Twitter…

Exactement. On sortira le single mardi. Ce n’était pas quelque chose de prévu. On a tourné l’émission en juillet, donc on savait depuis cet été que j’avais gagné, et on n’a pas du tout parlé de ça avec TF1. Mais quand on a vu l’engouement du public à la diffusion, avec tellement de gens qui écrivaient : « On veut l’entendre en entier, c’est trop court ! ». On s’est dit qu’il fallait le sortir. Certains m’ont même dit « Je t’aimais tellement quand j’étais jeune. Tu m’as redonné cet amour encore plus fort aujourd’hui grâce à cette chanson ».

Désormais, il faut s’attendre à vous entendre à nouveau, à vous revoir sur le devant de la scène ?

Mon histoire est assez simple. Je suis arrivée dans ce métier, entre guillemets, « par hasard », mais en travaillant beaucoup. J’ai eu cette chance d’arriver très jeune. Ça a été très intense pendant deux ou trois ans. J’ai peut-être fait l’erreur de m’arrêter un peu pour prendre le temps. Finalement, j’ai eu du mal à revenir parce que je n’en avais pas, au fond, une réelle envie. Je n’étais peut-être pas prête. Après, il y a les choses de la vie, les expériences personnelles qui font mûrir. Et puis, ce que j’ai proposé aux gens n’a pas forcément plu. Je n’ai aucun problème avec ça. Je n’ai pas la science infuse. Quand j’entre en studio et que j’enregistre des titres, je le fais de bon cœur et advienne que pourra. Là, il y a eu un vrai engouement avec Tous les cris les SOS, donc j’espère qu’on va l’entendre. Je pense que les gens ont eu le temps de digérer Tu m’oublieras, sans l’effacer ni en avoir ras le bol. On a tous grandi entre-temps. Maintenant, oui, j’espère qu’on m’entendra davantage.