« JPP TV » : Après son départ du JT, Jean-Pierre Pernaut va lancer son « Netflix des régions »

TOUDOUM Le journaliste organise sa vie après le « 13 Heures » et enchaîne les projets

C.R.

— 

Jean-Pierre Pernaut quitte le « 13 Heures » mais pas TF1
Jean-Pierre Pernaut quitte le « 13 Heures » mais pas TF1 — CHRISTOPHE CHEVALIN/TF1

Non, il n’apparaîtra pas dans la prochaine saison de Stranger Things. Jean-Pierre Pernaut joue dans sa propre ligue et compte lancer son « Netflix des régions » comme l’a annoncé Olivier Ravanello, le directeur adjoint à l’information digitale du groupe TF1, au Figaro. Le journaliste ne va pas démarrer une carrière d’acteur à 70 ans, mais va plutôt offrir ses compétences pour « un site qui rassemblera aussi bien ses émissions que des reportages autour du patrimoine et des traditions, des archives du JT de "13 Heures" en plus de chroniques au ton très personnel. »

La plateforme, qui devrait s’appeler « JPP TV » ou « Jean-Pierre Pernaut TV », concentrera des centaines d’heures de programmes répertoriés en playlists autour du patrimoine, de l’environnement et de la culture notamment. Accessible gratuitement sur présentation d’une adresse mail et en indiquant sa région, le site sera lancé le 18 décembre.

JPP ne connaît pas la retraite

Le journaliste, qui cédera sa place à Marie-Sophie Lacarrau, ne va pas disparaître des antennes du groupe TF1 dès que les caméras de son dernier JT seront éteintes. Au contraire ! À partir du samedi 9 janvier, Jean-Pierre Pernaut sera à retrouver sur LCI pour Jean-Pierre et vous, une émission hebdomadaire dans laquelle il « interagira avec les Français qui pourront lui poser des questions directement, sur des thèmes d’actualité », annonce Bastien Morassi, directeur de la rédaction de LCI.

JPP sera aussi de retour sur TF1 l’année prochaine pour y réaliser des reportages de 60 minutes diffusés le week-end. À travers ses rencontres avec les habitants, le journaliste racontera l’identité et le patrimoine de différentes régions. Premier arrêt : l’Alsace. Au total, il devrait incarner quatre à cinq reportages par an. La retraite ? Jean-Pierre ne connaît pas.