« "Mask Singer" m’a confortée dans l’idée de faire de la comédie », confie Karine Ferri

INTERVIEW L’animatrice de TF1, qui a quitté « Mask Singer » samedi soir, explique à « 20 Minutes » comment elle a vécu l’expérience et ce qu’elle en retient

Propos recueillis par Fabien Randanne

— 

Karine Ferri était l'araignée dans la saison 2 de Mask Singer.
Karine Ferri était l'araignée dans la saison 2 de Mask Singer. — CHRISTOPHE CHEVALIN - TF1
  • Karine Ferri a quitté Mask Singer samedi sur TF1. Elle se cachait sous le costume de l’araignée.
  • « Je marchais comme sur un podium, je me tenais avec une main sur la hanche. J’ai essayé de casser tous les codes que je peux avoir dans l’exercice de l’animation », explique-t-elle à 20 Minutes.
  • « Je suis entrée dans un rôle, ça m’a énormément amusée et ça me conforte dans l’idée de ce que j’ai envie de faire maintenant. En plus de l’animation, évidemment (…). J’aime jouer, j’ai envie de revenir à mes premières amours pour la comédie », ajoute l’animatrice qui révèle avoir bientôt bouclé un projet de scénario qu’elle va proposer à TF1.

L’araignée a surpris son monde dans Mask Singer. Samedi, la personnalité cachée sous le costume de la sexy arachnide a dû dévoiler son identité. Sous le masque se trouvait… Karine Ferri, l’animatrice de TF1 qui a pris un malin plaisir à brouiller les pistes, comme elle l’explique ce lundi à 20 Minutes.

Camille Combal, avec qui vous présentez « Danse avec les stars », ne vous a pas reconnue, ça vous réjouit ou ça vous inquiète ?

(rires) Non, ça va ! Après plusieurs semaines passées dans l’aventure, c’est vrai que je me disais « Quand même, c’est pas possible qu’il ne m’ait pas reconnue ! ». A sa décharge, c’est compliqué de reconnaître quelqu’un par une voix chantée alors que lui m’entend avec ma voix parlée. On bosse régulièrement ensemble, mais je ne chante pas. J’ai aussi volontairement changé ma démarche, ma jambe d’appui, la manière dont je me tiens. J’ai enlevé tout ce qui aurait pu lui donner des indices.

Il paraît que vous avez même renoncé à votre parfum pour ne pas être reconnue…

Oui, je ne me parfumais jamais les jours de tournage. Je porte le même depuis très longtemps et c’est vrai qu’un parfum c’est une identité. Je marchais comme sur un podium, je me tenais avec une main sur la hanche. J’ai essayé de casser tous les codes que je peux avoir dans l’exercice de l’animation.

Vous avez modifié votre gestuelle, mais beaucoup ont été étonnés de vous voir dans le registre sensuel de l’araignée. Cela vous surprend ?

Non. Je ne suis pas surprise parce que je suis plutôt très réservée et pudique. L’araignée était à l’opposé de ce que je suis. Elle était sûre d’elle, très mystérieuse, très sexy avec un costume en référence à Jean Paul Gaultier. Le tout est d’incarner un personnage. J’ai essayé de me mettre dans la peau d’une comédienne et de jouer un rôle. Il y a eu un vrai travail derrière tout ça.

D’après votre coach vocale, Alexandra Chabane, vous avez été la personnalité la plus bosseuse de cette saison de « Mask Singer ». Vous avez beaucoup répété ?

Ça fait plaisir d’entendre ce genre de choses parce que je suis quelqu’un qui travaille beaucoup, j’ai besoin de me rassurer alors je vais peut-être en faire un peu plus que les autres. Une fois que j’avais accepté Mask Singer, je voulais jouer le jeu à fond. Je ne suis pas chanteuse, je devais apprendre à placer ma voix, à maîtriser ce nouvel outil. Quand je suis arrivée, je n’étais pas très sûre de moi, j’avais peur d’aller vers des titres en anglais. Alexandra Chabane a été exceptionnelle. Elle a su trouver les bons mots et prendre le temps. Cela s’est joué sur plusieurs mois pour arriver à ce résultat. Il y a un côté exutoire dans la chanson.

Est-ce que cela vous a appris ou apporté des choses que vous pourrez désormais mettre à profit dans votre travail d’animatrice ?

Je ne sais pas si je peux mettre ça à profit en tant qu’animatrice mais, en tout cas, j’ai adoré cette aventure parce que j’aime le show de manière générale. J’ai trouvé les tableaux très beaux, avec une magnifique mise en scène. Ça m’a confortée dans ce que j’ai pu faire plus jeune, c’est-à-dire beaucoup de théâtre. Là, je suis entrée dans un rôle, ça m’a énormément amusée et ça me conforte dans l’idée de ce que j’ai envie de faire maintenant. En plus de l’animation, évidemment, parce que j’aime bien faire plusieurs choses à la fois et les challenges. J’aime jouer, j’ai envie de revenir à mes premières amours pour la comédie.

Donc si TF1 vous propose de jouer dans une fiction, vous foncez sans hésiter ?

De manière générale, je ne vais jamais dans un programme quel qu’il soit sans hésiter. Je suis quelqu’un de réfléchi, je pèse le pour et le contre et j’ai envie d’aller vers quelque chose qui me correspond. Je ne veux pas faire les choses pour les faire mais parce que le rôle m’appelle, quelle qu’en soit la raison. Par ailleurs, je travaille actuellement avec des équipes sur un scénario qu’on a bientôt terminé et j’ai hâte d’aller le proposer à TF1.

Ce serait une série ? Un unitaire ?

Il faut qu’on en parle avec la chaîne, on verra…

D’ici là, on vous retrouve régulièrement sur TF1…

Je continue Les Docs du week-end le samedi. Je serai l’an prochain sur les directs de The Voice et d’ici là je coanimerai avec Christophe Beaugrand la soirée du 31 décembre. Pour Danse avec les stars (DALS), on est dans l’attente des décisions par rapport à la crise sanitaire. On devrait en savoir plus d’ici quelque temps mais toutes les équipes bossent pour proposer un super programme avec beaucoup de changements. On a hâte avec Camille de retrouver DALS, parce que ça manque.