« Ici Tout Commence » : « Si les jeunes peuvent voir Maxime comme leur mentor, on aura tout gagné », confie Clément Rémiens

INTERVIEW Clément Rémiens, 23 ans, est le héros de la nouvelle série quotidienne de TF1, « Ici Tout Commence »

Propos recueillis par Clément Rodriguez
— 
Clément Rémiens, chef en herbe et star en devenir
Clément Rémiens, chef en herbe et star en devenir — © Fabien MALOT/ITC/TF1
  • La nouvelle série quotidienne de TF1, Ici Tout Commence, a été lancée ce lundi.
  • Parmi la trentaine de comédiens qui composent le casting, Clément Rémiens en est la star.
  • « Je vois cette opportunité comme un nouveau rôle », confie l’acteur dans un entretien à 20 Minutes.

Une montée en grade qui lui réussit. Depuis le 2 novembre, Clément Rémiens est la figure de proue de la nouvelle série quotidienne de TF1. Cela faisait trois ans que les téléspectateurs de la chaîne le côtoyaient dans Demain Nous Appartient, mais le comédien s’est envolé vers un autre univers, tout proche de celui dans lequel il a été révélé au public, avec Ici Tout Commence.

Parmi la trentaine d’acteurs qui composent le casting, c’est lui qui en est la tête d’affiche à seulement 23 ans. Lors d’une visite sur les lieux du tournage, dans le Gard, à la fin du mois de septembre, Clément Rémiens s’est entretenu avec 20 Minutes. L’occasion d’évoquer les changements qu’implique ce nouveau rôle dans sa vie personnelle et professionnelle.

On vous présente comme le personnage principal d’une série qui compte une trentaine de protagonistes. Pas trop de pression ?

Je suis présenté comme le personnage principal pour ce lancement peut-être, mais effectivement, sur une série quotidienne, pour que le public s’identifie, il faut faire confiance à d’autres acteurs et donc j’espère que le public continuera de s’identifier à Maxime. Pour donner des couleurs à Maxime, il faut aussi qu’il s’entoure donc le but est que ce soit une série chorale. Mais je suis très fier d’avoir des choses à défendre.

Qu’est-ce qui change par rapport à Demain Nous Appartient ?

C’est un gros changement, que ce soit pour moi ou pour Maxime. Personnellement, je change de cadre, je découvre de nouvelles personnalités, Maxime découvre de nouveaux personnages donc il évolue. Moi, j’ai la chance de découvrir une toute nouvelle équipe. Fatalement, c’est différent. C’est certes la même production et le même personnage, mais Maxime sera totalement différent. S’il revenait à Sète demain [dans Demain Nous Appartient], ce ne serait pas le même. Ici, il est là pour s’engager professionnellement, prouver des choses donc il a un autre comportement et c’est pour ça que je vois cette opportunité comme un nouveau rôle… Mais avec le même prénom (rires).

Vous avez l’impression d’avoir changé de rôle alors ?

Bien sûr, il y a un changement et ça s’est ressenti dans le ventre. Quand je suis arrivé sur Ici Tout Commence, c’était un lancement, j’avais la boule au ventre, j’avais l’adrénaline, je voulais y aller. Il y a un changement et je m’y suis préparé.

La protection de l’environnement vous importe beaucoup à titre personnel. C’est aussi quelque chose qui va être intégré dans la série ?

C’est comme cela que le nouveau Maxime m’a été présenté. Il prône une cuisine locavore et bio, et il veut cuisiner avec les bons produits du potager. Ça me correspond, oui, mais ce n’est pas forcément important que ce soit le cas. C’est super parce que c’est une série quotidienne et qu’il est important de faire passer de bonnes valeurs, de parler de sujets importants, qui divisent, donner un point de vue, etc. Défendre les valeurs de mon personnage si ça me correspond, j’en suis plutôt fier.

C’est une série qui est aussi présentée comme voulant conquérir un public jeune. Qu’est-ce qui peut les attirer ?

Les jeunes aiment la cuisine déjà ! On peut s’identifier. Je trouve ça très juste d’avoir réfléchi aux personnages avant d’écrire le scénario. C’est une superbe idée qui permet aux gens de pouvoir se retrouver dans l’écran. Chacun pourra s’identifier aux histoires de Maxime, d’Eliott, de Noémie… Si les jeunes peuvent voir leur mentor ou se dire qu’ils ont envie de lui ressembler, on aura tout gagné. Si on peut leur montrer de belles valeurs, c’est très important.

Vous êtes rôdé à l’exercice du feuilleton quotidien mais est-ce qu’il y a un rythme différent entre Demain Nous Appartient et Ici Tout Commence ?

Il y a quand même un changement de rythme parce que j’ai beaucoup plus de choses à défendre et donc plus d’engagement et de travail à rendre. On a tellement de chance de pouvoir jouer des choses différentes. On va vite, extrêmement vite, c’est ce que les gens du métier peuvent nous reprocher, que l’on manque peut-être un peu d’artistique mais on a de la chance de pouvoir jouer une palette d’émotions.

Le tournage effréné d’une série quotidienne laisse-t-il la place à de l’improvisation ?

Nous n’avons pas la place pour l’improvisation mais l’acteur peut se permettre d’improviser s’il garde l’information principale. C’est une confiance à établir entre la mise en scène et l’acteur. Moi, je n’arrive pas sur un plateau avec mon texte su à 100 % mais c’est une volonté de ma part, ce n’est pas parce que j’ai la flemme. Ça dépend des scènes mais je me laisse le droit à l’erreur. La scène, je la construis au fur et à mesure des prises avec mon partenaire donc c’est une forme d’improvisation. Si tu connais trop ton texte, tu passeras ton temps à essayer de truquer ou de chercher le naturel parce que tu arrives avec une proposition trop franche. Tu n’es plus un créateur à ce moment-là.