« L’Agence » : Le « Selling Sunset » à la française où l’immobilier de luxe est une affaire de famille

TELEVISION « L’Agence » est lancé le 24 septembre sur TMC mais le premier épisode est déjà disponible sur myTF1

F.R.

— 

Dans L'Agence, l'immobilier de luxe est une affaire de famille.
Dans L'Agence, l'immobilier de luxe est une affaire de famille. — Réservoir Prod. / TMC
  • Le premier épisode de L’Agence est visible sur myTF1 avant sa diffusion sur TMC le 24 septembre à 21h15.
  • Ce docu-réalité suit les membres d’une famille travaillant ensemble au sein d’une agence immobilière spécialisée dans l’immobilier de luxe.
  • « On a commencé à travailler dessus il y a deux ans », explique à 20 Minutes Guillaume Wanneroy, le directeur général de Réservoir Prod, précisant que les similitudes avec Selling Sunset sur Netflix relève de la « coïncidence ».

 

Si l’on vous dit : « C’est un docu-réalité suivant des agents immobiliers dans leurs activités professionnelles mais aussi dans leur vie privée », vous pensez à… ? Pour peu que vous soyez abonné à Netflix, vous répondrez sans doute Selling Sunset. Cette émission américaine, dont trois saisons sont disponibles, montre le quotidien d’une agence de Los Angeles avec ses pros de l’immobilier de luxe aux physiques hollywoodiens.

Désormais, il faudra aussi compter avec L’Agence, lancée jeudi 24 septembre, à 21h15, sur TMC, dont le premier épisode est déjà dispo sur le site du groupe TF1. Un programme bien français qui n’est pas une adaptation du concept américain. « C’est une coïncidence, assure à 20 Minutes Guillaume Wanneroy, le directeur général de Réservoir Prod. On a commencé à travailler dessus il y a deux ans. L’idée est bonne, apparemment. »

« Ils sont plein de vie, sérieux, drôles, ont des doutes »

Le cahier des charges visait à proposer quelque chose « d’innovant autour du domaine de l’immobilier, avec une démarche plus immersive », explique-t-il. Lors du casting, un profil s’est démarqué. Ou plutôt plusieurs profils puisque les professionnels de L’Agence forment… une famille. En l’occurrence Sandrine et Olivier, les parents, travaillant avec leurs fils Martin, 31 ans, Valentin, 29 ans et Louis, 25 ans. Raphaël, le cadet lycéen de 16 ans et Majo, la grand-mère fantasque complètent le tableau.

« Ils sont plein de vie, sérieux, drôles, ont des doutes », liste Guillaume Wanneroy. Un bon casting de personnages bien réels que le public découvrira entre Montmartre et Ibiza, tentant de boucler des contrats à plusieurs millions d’euros. Parfois, avec des personnalités telles que Fabrice Luchini qui ne manque pas de faire son numéro dans les premiers épisodes. « Ça l’amusait, glisse le directeur général de Réservoir Prod. Ce n’est jamais facile d’obtenir la présence de people, mais on s’assure d’une certaine discrétion sur la localisation exacte des endroits visités. »

Majo « nous a emmenés dans son histoire »

L’Agence montre aussi des moments plus intimes, comme le mariage de Martin ou une séance de team-builiding au cours de laquelle l’un des membres de la famille fendille l’armure. Certaines situations semblent manquer de spontanéité – peut-être la présence des caméras influe-t-elle sur les comportements ? - mais Guillaume Wanneroy le garantit, les investigations sentimentales de Majo que ses petits-fils inscrivent sur un site de rencontre pour seniors, n’ont rien de scénarisé : « Elle a son tempérament et suffisamment d’impulsion, c’est elle qui nous a emmenés dans son histoire. »

Pour l’heure, cinq épisodes ont été livrés à TMC. La production espère évidemment une suite car, il y a « encore plein de choses à raconter ». La famille, dont l’activité était au point mort pendant le confinement a vu les choses reprendre « significativement ». Guillaume Wanneroy l’assure : « Ils s’apprêtent à avoir de nouvelles demandes après la diffusion du programme. »