« The Voice Kids » : « Je ne me suis pas levé un matin en imitant la voix de Claude François », raconte Jérémy

INTERVIEW L’adolescent de 15 ans a étonné les coachs et le public grâce à sa voix et son étrange similarité avec celle de Cloclo

Propos recueillis par Clément Rodriguez

— 

Jérémy, 15 ans, ne veut pas être considéré comme le Cloclo nouvelle génération
Jérémy, 15 ans, ne veut pas être considéré comme le Cloclo nouvelle génération — Bureau233/ITV/TF1
  • La saison 7 de The Voice Kids s’est ouverte ce samedi soir avec la découverte de (jeunes) talents plus doués les uns que les autres.
  • Un adolescent a particulièrement retenu l’attention des coachs grâce à sa voix semblable à celle d’un adulte, et très proche de celle de Claude François.
  • Jérémy, 15 ans, livre ses impressions à 20 Minutes après sa prestation et sa qualification dans l’équipe de Jenifer.

Il chante du Claude François comme Claude François… Mais ce n’est pas Claude François ! Ce samedi soir, pour le retour de The Voice Kids à l’antenne, les téléspectateurs de TF1 ont été surpris par Jérémy, un jeune homme de 15 ans. Venu interpréter Le Chanteur Malheureux, l’adolescent a aussi étonné le banc des coachs avec sa voix étrangement similaire à celle de Cloclo. « C’est une blague ? Ah non, ce n’est pas une blague », a même lancé Jenifer en se retournant sur celui qui fait désormais partie de son équipe.

Ce n’est pas la première fois que Jérémy participe à une émission de télévision. Sa voix fait le buzz après son passage dans Le QG, l’émission de Guillaume Pley et Jimmy Labeeu, puis connaît le même destin dans un numéro de C’est mon choix, présenté par Evelyne Thomas. Pour 20 Minutes, le jeune chanteur revient sur son passage dans l’émission, son amour pour son idole et sa voix si particulière.

Comment s’est faite ton arrivée sur The Voice ?

C’est une personne de la production qui m’a contacté suite à mon passage dans l’émission de Guillaume Pley sur YouTube. J’y ai réfléchi pendant un moment et je me suis dit que c’était la bonne chose à faire. J’avais même pensé à participer à The Voice Kids les années précédentes mais je trouvais que ce n’était pas le bon moment, que je n’étais pas au top de mon niveau. Cette fois-ci, j’avais bien travaillé, ça fait cinq ans que je bosse sans relâche.

On a pu te voir dans les émissions Le QG et C’est mon choix. La scène de The Voice Kids était-elle la plus impressionnante ?

Oui et non, parce qu’une scène, c’est une scène. L’important, ce n’est pas le stress mais le plaisir. Les quatre coachs devant moi, ce n’était pas des stars mais des personnes comme les autres. Par contre, sur toutes les émissions, je stresse au moment de la diffusion. TF1 a diffusé un extrait de ma prestation il y a quelques jours, et j’ai été rassuré avec les premiers retours. Mais j’aime aussi quand il y a du mauvais, je demande qu’il y en ait parce que ça me permet de garder les pieds sur terre.

Au moment de ta prestation, les coachs pensent que tu es un adulte. Est-ce que tu comprends leur réaction ?

Au début, je ne m’en rendais pas trop compte et quand on s’est trouvés dans les coulisses, qu’on entendait les petites voix aiguës, je me suis dit que j’étais différent. C’est bien justement. L’âge ne représente rien dans la vie. Je trouve même ça mieux qu’on croie que je suis un adulte parce que cela empêche de me cataloguer.

Comment t’est venue cette voix si particulière ?

C’est naturel, c’est ma voix. Je ne me suis pas levé un matin en imitant la voix de Claude François. C’est involontaire. D’ailleurs, je ne pense pas avoir la voix de Claude François. Je sais juste que c’est la mienne. Mais j’ai fait exprès de choisir l’une de ses chansons pour le casting parce que c’est un titre que l’on n’entend plus beaucoup et ça fait du bien de le réécouter. Aujourd’hui, je n’enregistre plus de chansons de Claude François mais j’en fais encore sur scène. J’ai commencé avec lui, donc c’est important de le faire. Mais sur scène, il y a aussi mes chansons à moi.

Est-ce que tu as déjà pensé à t’inscrire à Incroyable Talent avant de passer par The Voice Kids ?

J’ai failli faire l’émission, la même année que Jean-Baptiste Guégan d’ailleurs. J’étais plus jeune, j’avais passé les premiers castings, mais je ne suis pas allé plus loin parce qu’on m’a expliqué qu’il y avait trop d’enfants cette saison-là. Si j’avais fait l’émission et si je m’étais qualifié pour la finale, on aurait pu refaire la guerre entre Claude François et Johnny Hallyday, qui étaient rivaux. Ça aurait été drôle (rires).

Sans trop en dévoiler sur la suite de l’émission, est-ce que tu vas t’ouvrir à d’autres univers ?

J’aime chanter des chansons à textes, j’aime beaucoup les chansons romantiques, les chansons engagées. Cela permet de faire passer des messages différents que l’on ne peut pas passer avec des mots. Je suis quelqu’un qui a du mal à s’exprimer avec la parole et j’ai besoin de ressentir ce que je chante. Si on chante une chanson contraire à l’émotion qu’on peut ressentir, elle ne va pas être sincère.

Qu’est-ce que représente Claude François dans ta vie ?

C’est un modèle. Tout ce que j’ai pu faire artistiquement est inspiré de Claude François, mais je n’écoute pas que ses chansons. C’était souvent le cas avant, moins aujourd’hui parce que j’en ai trop écouté avant. Mais j’ai toujours le plaisir de les réécouter.

Tu as même toute sa gestuelle, c’est impressionnant !

Ce n’était pas mon but à la base. Quand j’étais gamin, j’aimais bien faire ses chorés. On a tous essayé de ressembler à une star… Mais je m’appelle Jérémy Thomas, je ne m’appelle pas Claude François. Le vrai plaisir de vivre la scène, c’est d’être soi-même. C’est important.