« Fort Boyard » : Pourquoi l’émission marque-t-elle (vraiment) le top départ de l’été ?

AHOU CHA-CHA-CHA Le retour du jeu de France 2 est le signe que l’été peut enfin commencer

Clément Rodriguez

— 

« Félindra, tête de tigre », la bande-originale de notre été
« Félindra, tête de tigre », la bande-originale de notre été — GILLES SCARELLA/ FTV
  • France 2 lance la 31e saison de Fort Boyard ce samedi 11 juillet.
  • À l'antenne tous les étés depuis 1990, l'émission est une véritable institution qui rythme notre année.
  • 20 Minutes vous explique pourquoi vos vacances peuvent commencer dès les premières notes du générique.

Ce samedi soir, le générique de Fort Boyard va résonner dans notre salon, et on en frissonne d’avance. « Tiiin tin tin tin tin tin tin-tin-tin-tin-tiiin », voilà notre hymne de la Ligue des champions à nous, fervents supporteurs du FC archipel charentais. Avec cette mélodie, le top départ de notre été est donné. Que le Père Fouras et Passe-Partout viennent envahir notre poste, on ne demande que cela. Et lorsque Olivier Minne prononce la mythique phrase « Félindra, tête de tigre », on sent les embruns fouetter notre visage.

Mais alors pourquoi sommes-nous si heureux du retour de l’émission ? Tout d’abord parce que la pause entre les deux saisons était exceptionnellement longue. Avec un premier épisode diffusé ce 11 juillet, France 2 signe le démarrage le plus tardif de l’histoire du jeu. Outre ces soucis de calendrier, Fort Boyard c’est aussi un vrai monument de la télé qu’on prend plaisir à retrouver chaque été, et ce pour plein de raisons différentes.

Qui dit Fort Boyard dit « rendez-vous »

La télévision est un média de rendez-vous. Puisqu’on est un peu pantouflards, on aime bien retrouver ses programmes tous les jours ou toutes les semaines à la même heure. C’est pareil avec Fort Boyard, qui résiste contre vents et marées à toutes les saisons et domine les audiences quasiment chaque samedi soir. Les programmateurs des chaînes devraient d’ailleurs se faire du souci : malgré toutes les nouveautés lancées chaque été ( si, si, il y en a), le jeu de France 2 est le seul à revenir tous les ans depuis 1990. Malgré un public moins nombreux devant le poste à cette période de l’année, les fidèles répondent présent encore aujourd’hui. La preuve que c’est dans les vieux forts que l’on fait les meilleurs jeux d’aventure.

Qui dit Fort Boyard dit « madeleine de Proust »

On a (presque) tous des souvenirs avec l’émission. Est-ce que c’est parce qu’on la regardait même lors de notre semaine de vacances sur la côte d’Azur ? Est-ce que c’est parce que nos parents nous autorisaient à manger une glace sur le canapé en même temps ? Est-ce que c’est parce que l’on avait peur du Père Fouras (voire encore aujourd’hui) ? Pour toutes ces raisons, Fort Boyard est une vraie madeleine de Proust. Tous ces souvenirs liés à l’été ressurgissent au son des clés que tient Passe-Partout, et nous donnent envie de plonger les pieds dans le sable.

Qui dit Fort Boyard dit « famille »

On ne peut pas trouver de meilleur exemple que Fort Boyard lorsque l’on tente de définir ce qu’est une émission familiale. Avec ses cellules colorées, ses épreuves déjantées et ses énigmes, elle plaît de 7 à 77 ans. « Les enfants et adolescents d’hier, parents ou grands-parents pour certains aujourd’hui, ont passé le flambeau en mettant leurs enfants devant le programme », disait même Olivier Minne à 20 Minutes l’an dernier. L’été, c’est aussi synonyme de retrouvailles en famille, des grandes tablées autour d’un barbecue et de petits-cousins qui nous piquent notre téléphone pour jouer avec. Fort Boyard reste donc l’astuce ultime pour avoir deux heures de tranquillité dans sa soirée.

Qui dit Fort Boyard dit « évasion »

Pour de nombreux Français, le programme de l’été ne se résume pas qu’aux cocktails fruités et à la bronzette sur la plage. Pour ceux qui ne partent pas en vacances ou qui continuent à travailler, Fort Boyard peut être la respiration de la semaine pour s’évader de son quotidien. Comme on a pu le remarquer avec Koh-Lanta durant le confinement, les téléspectateurs sont en demande de paysages qui sonnent comme un ailleurs. Quoi ? Comment ? Vous dîtes que la Charente-Maritime ne vous fait pas autant rêver que les Fidji ? Pourtant, la production met les moyens pour proposer un vrai jeu d’aventure avec des épreuves dans la mer et des plans au drone surplombant l’édifice. Rien que ça suffit à notre bonheur.