« Good Singers » : « L’émission correspond aux valeurs que j'ai envie de porter », confie Jarry

QUI EST QUI ? C’est la première fois que l’humoriste est à la tête d’une émission en prime sur TF1. Pour autant, Jarry ne se considère pas comme animateur 

Clément Rodriguez

— 

Jarry monte en grade chez TF1, avec l'animation de son premier prime
Jarry monte en grade chez TF1, avec l'animation de son premier prime — © Philippe Le Roux / TF1
  • Good Singers, le nouveau jeu musical de TF1, est lancé ce vendredi 17 juillet à 21 h 05.
  • Animée par Jarry, l’émission réunit des personnalités-enquêtrices devant identifier quels sont les bons et les mauvais chanteurs dans un groupe de 12 personnes.
  • L’humoriste s’est confié à 20 Minutes sur la pression de présenter un prime sur TF1, la mécanique feel-good du programme, et la différence avec la scène.

Le chant est votre passion mais vous êtes loin d’avoir les capacités vocales de Whitney Houston ou Freddie Mercury ? Ce n’est plus un problème pour passer à la télé. Dans Good Singers, il n’y a pas de compétition et tout le monde est accepté. C’est l’une des raisons pour lesquelles Jarry a accepté la proposition de tenir les rênes du nouveau jeu de TF1. Fin juin, l’humoriste a endossé le costume d’animateur pour enregistrer deux sessions de cette émission musicale adaptée d’un format turc.

Le concept ? Deux équipes de célébrités font face à douze personnes. Parmi elles, des bons et des mauvais chanteurs. Afin de déterminer qui est qui, les stars découvriront des indices vocaux ou visuels au fil de l’émission. Plus les enquêteurs d’un soir seront bons, plus ils augmenteront la cagnotte de leur association. Les candidats, eux, n’ont rien à gagner, à part leur quart d’heure de célébrité. « Les bons chanteurs ont le plaisir de chanter en prime sur TF1 et les autres sont des joueurs avant tout, déclare Jarry. Ils tiennent le micro comme des chanteurs professionnels pour essayer d’induire en erreur les célébrités. »

La version anonyme de Mask Singer ?

Une enquête, des chanteurs plus ou moins bons, la présence de Jarry, certains indices laissent à penser que Good Singers se rapproche de Mask Singer (tiens, même le titre de l’émission est presque le même). La différence se joue au niveau du casting, mais aussi du rythme. En fin d’année dernière, le jeu de Camille Combal traînait parfois en longueur. Avec Good Singers, on nous promet une prestation et une révélation toutes les sept minutes.

Dans le fond, le propos est le même : il ne s’agit pas de monter les candidats les uns contre les autres mais de proposer une compétition gentillette. « Il n’y a pas d’histoire de carrière ou de maison de disques, on s’en fout de tout ça », promet Jarry, qui souhaite que les téléspectateurs se prennent au jeu des pronostics. « Aujourd’hui, on fait tout pour avancer, progresser, gagner. C’est une émission feel-good, on est juste là pour passer un bon moment, pour être surpris ou ému parce qu’il y a des voix incroyables. »

« J’ai eu envie de bien le vivre »

Pour Jarry, Good Singers est une première : jamais l’humoriste n’avait été à la tête d’une émission de prime pour TF1. Avant le lancement, le stress est donc à son paroxysme. « Ce n’est pas de la pression, c’est un ouragan de pression, confie-t-il. Je voulais être à la hauteur du cadeau que me faisait TF1. J’ai eu envie de bien le vivre, de me faire plaisir et j’attends de savoir si les gens vont aimer le programme ou pas. »

Contrairement à son spectacle, Titre, l’animation d’un tel barnum laisse peu de place à l’improvisation. Même s’il s’est « octroyé des petites fenêtres pour faire quelques impros », Jarry avait également besoin de se rassurer dans son rôle de performeur. « On ne maîtrisait pas complètement le format, on ne savait pas exactement comment les manches allaient se passer », dit-il, reconnaissant que le manque de public l’a quelque peu refréné. « Quand il y a 15 personnes qui applaudissent, il n’y a pas de quoi se taper contre les murs non plus. Je reste un homme de scène. Si j’avais eu 100 personnes dans le public, je pense que j’aurais lâché beaucoup plus les chevaux », lance l’humoriste.

Malgré cette belle exposition en prime, Jarry ne compte pas se concentrer sur l’animation à l’avenir. « Je n’ai pas du tout les codes de l’animation et ça m’intéresse très peu, dévoile-t-il. Je suis un gamin, j’ai envie de m’amuser. » S’il a tout de suite accepté de prendre les commandes de Good Singers, c’est parce que le programme, populaire et familial, « correspond aux valeurs [qu'il a] envie de porter. » Ce retour sur un plateau de télévision est également un avant-goût de la reprise de son spectacle, prévue pour fin septembre.