« Touche pas à mon poste » : Le départ de Matthieu Delormeau marque-t-il la fin d’une époque ?

DARKA OU RASSRAH ? Matthieu Delormeau a annoncé son départ de « Touche pas à mon poste » après quatre saisons. Avec lui, c’est toute une période de l’émission qui prend fin

Clément Rodriguez

— 

Le plateau de « Touche pas à mon poste » à la rentrée 2019
Le plateau de « Touche pas à mon poste » à la rentrée 2019 — © PIERRE-OLIVIER / C8
  • Vendredi 19 juin, Matthieu Delormeau a annoncé au Parisien qu’il quittait Touche pas à mon poste.
  • Pendant plusieurs années, le chroniqueur a été la cible des attaques de ses camarades dans l’émission.
  • Sans lui, le programme animé par Cyril Hanouna peut faire table rase du passé et oublier les polémiques.

Fin de saison pour Touche pas à mon poste. Alors qu’habituellement chaque épilogue se termine en feux d’artifice, dans les rires, et parfois même dans les larmes, le programme a écrit la conclusion de sa onzième année le jeudi 18 juin dans des conditions particulières. Pendant plusieurs mois, à cause du coronavirus, TPMP est devenu Ce soir chez Baba, puis C que du kif. Sur un plateau sans public, le dernier épisode s’est donc tourné sans faire de vagues.

Mais tel le scénario d’une bonne série, un rebondissement s’est immiscé à la toute fin de la saison. Dans une interview au Parisien, Matthieu Delormeau a annoncé qu’il ne rempilerait pas pour une année supplémentaire à la rentrée. « Tout a une fin et il faut savoir passer à autre chose. […] J’ai envie de vivre de nouvelles aventures, à la télévision, à la radio, sur scène ou sur un plateau de cinéma… Si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferai jamais », a-t-il précisé.

La fin du rôle de souffre-douleur

Avec le départ de Matthieu Delormeau, Touche pas à mon poste perd l’un de ses chroniqueurs phares (mais pas forcément le plus populaire, c’est ce qui fait le charme du programme). Même s’il a su évoluer vers un talk-show plus positif depuis quelque temps, TPMP traîne toujours ses vieilles casseroles liées aux polémiques autour de l’ancien animateur de NRJ12. L’émission va-t-elle profiter de son exil pour faire une croix sur les méandres de son histoire ?

Dès sa première saison en 2015, un rôle de souffre-douleur a été réservé à Matthieu Delormeau. On se souvient notamment de l’affaire des nouilles dans le slip, la première d’une longue série. Quelques mois plus tard, l’animateur avait été qualifié de « pleureuse » par Cyril Hanouna. Ça, c’était avant d’être piégé pour une caméra cachée pendant laquelle le trublion de C8 avait fait croire à son chroniqueur qu’il devrait porter le chapeau d’un meurtre commis devant ses yeux.

Toutefois, Matthieu Delormeau n’est pas amer. « Tu te prends des tartes à la crème ou des nouilles dans le slip. J’ai fait ça pendant cinq ans, car cela m’a amusé, confie-t-il au Parisien. Parfois, je n’avais pas envie de faire la fête, mais je ne me suis jamais senti humilié. »

Une nouvelle ère s’ouvre

Les polémiques, « Touche pas à mon poste » tente de s’en éloigner depuis plusieurs saisons. Les happenings douteux ont donc laissé place à des jeux moins dangereux, et les débats, quoique toujours aussi peu nuancés, sont mieux maîtrisés. C’est avec ce bilan que Cyril Hanouna veut donner un nouvel élan à son émission à la rentrée. « C’est terminé, il n’y aura plus de gros débats de société dans TPMP. Ce sera le divertissement, la rigolade, les images et les médias », a-t-il lancé lors de la dernière de C que du kif.

L’animateur compte également réorganiser la grille des avant-soirées de C8 en pérennisant la formule appliquée depuis un mois. À la rentrée, Touche pas à mon poste verra sa durée réduite et sera diffusé de 18 h 45 à 20 h 15. Le jeu À prendre ou à laisser, joli succès d’audience du déconfinement, est quant à lui renouvelé et assurera la relève jusqu’à 21h15.

Après plus de dix ans d’antenne, Touche pas à mon poste veut retrouver l’ADN qui a fait sa gloire, à savoir la proximité avec son public et le décorticage des médias. Le rendez-vous est donné en septembre pour savoir s’il s’agit bien de la formule gagnante.