« Les Marseillais » : Un syndicat policier saisit Christophe Castaner après les insultes « anti-flics » d’Alix

JUSTICE Le secrétaire général d’Unité-SGP-FO demande que les auteurs des insultes soient « traduits devant la justice »

20 Minutes avec AFP

— 

Alix des « Marseillais » a insulté des policiers en train de réaliser un contrôle
Alix des « Marseillais » a insulté des policiers en train de réaliser un contrôle — Instagram/@alix_dmx

En avril dernier, l’épisode de l’arrivée d’Alix dans Les Marseillais aux Caraïbes, battait un record d’audience en devenant le plus regardé de l’histoire du programme. Mais c’est pour une tout autre cause qu’on parle d’elle aujourd’hui. Le syndicat policier, Unité-SGP-FO, outré par les vertes insultes proférées par Alix sur les réseaux sociaux à l’égard d’agents de police, a demandé à Christophe Castaner de porter plainte pour outrage et incitation à la haine.

Candidate de l’émission Les Marseillais depuis 2018, Alix Desmoineaux a diffusé cette semaine sur Instagram une vidéo où, circulant en voiture, elle insulte des policiers en train de réaliser un contrôle : « C’est fou de toujours contrôler des Noirs et des Arabes, bande de fils de pute (…) Désolée pour la vulgarité. »

Un courrier adressé au ministre de l’Intérieur

« Je ne peux pas accepter la diffusion de tels propos sur les réseaux sociaux, ces derniers mettant en exergue la haine à l’encontre des forces de l’ordre, laissant ainsi penser que ce ne sont que des propos vulgaires alors que ce sont avant tout des propos délictueux à l’encontre de notre institution et de celles et ceux qui la représentent », écrit le secrétaire général d’Unité-SGP-FO, dans un courrier adressé au ministre de l’Intérieur, soulignant que la jeune femme disposait d’un compte avec 1,8 million d’abonnés.

Dénonçant un nouvel épisode de « la haine anti-flics », Yves Lefebvre, demande au ministre « de tout mettre en œuvre pour rechercher et interpeller les auteurs de ces publications absolument intolérables » et de déposer plainte pour qu’ils soient « traduits devant la justice pour outrage et incitation à la haine contre les représentants des forces de l’ordre. »