« Koh-Lanta » : « Régis et moi, on va avoir une bonne discussion », prévient Jessica

INTERVIEW Jessica, éliminée à la fin de l’épisode de « Koh-Lanta » diffusé ce vendredi sur TF1, revient sur son aventure dans le jeu pour « 20 Minutes »

Propos recueillis par Fabien Randanne

— 

Jessica, candidate de Koh-Lanta, l'île des héros.
Jessica, candidate de Koh-Lanta, l'île des héros. — Philippe LEROUX/ALP/TF1
  • Jessica, 35 ans, a été éliminée de Koh-Lanta, l’île des héros à la fin de l’épisode diffusé ce vendredi sur TF1.
  • Elle serait restée dans l’aventure si Régis, qui lui avait promis de s’allier avec elle, avait tenu parole. Mais elle n’a pas vécu cela comme une trahison « parce que, à la base, on n’avait pas d’affinités », assure-t-elle à 20 Minutes.
  • Jessica vit très mal les messages haineux sur les réseaux sociaux dont sont la cible certains de ses partenaires d’aventure. « Les téléspectateurs ont le droit de donner leur avis sur la manière dont on a joué. Mais les insultes et les menaces de mort n’ont pas leur place dans ces dialogues », insiste-t-elle.

Elle est partie la tête haute et avec classe. A la fin de l’épisode de Koh-Lanta, l'île des héros diffusé ce vendredi sur TF1, Jessica a dû se résigner à éteindre son flambeau. L’Essonnienne de 35 ans, qui participait au jeu d’aventure pour la deuxième fois après une première expérience en 2015, aurait pu sauver sa place si Régis avait tenu sa promesse de s’allier avec elle… L’aventurière a cependant réagi avec fair-play et pragmatisme. Comme elle le confie à 20 Minutes, elle n’a aucun regret

L’épisode a commencé par votre explication tendue avec Régis à l’issue du précédent conseil. Il avait affirmé, devant tout le monde, que vous aviez en tête une liste des personnes à éliminer. Chose que vous avez démentie avec véhémence… Vous lui en voulez ?

J’ai beaucoup de recul sur le jeu. Une fois qu’il est terminé, je fais table rase de ce qu’il s’est passé, je suis amnésique des problèmes. Sur le coup, je lui en ai beaucoup voulu, j’étais très en colère. Je l’ai exprimé, il fallait que ça sorte parce que je ne pouvais pas subir une injustice. Il n’y a jamais eu de liste car je suis incapable de faire ce genre de choses. La stratégie n’est pas ancrée en moi. Sur Koh-Lanta, on ne peut pas prévoir le futur et se dire « le prochain éliminé, ce sera telle personne, le suivant telle autre et après telle autre… » Régis et moi on va avoir une bonne discussion. On n’aura jamais le fin mot de l’histoire sur ça, car tout le monde s’est renvoyé la balle. Il avait cru comprendre que j’avais insinué ça. Est-ce qu’il se rend compte qu’il a cru comprendre des choses que je n’ai pas dites ? C’est ce que je lui demanderai et puis on s’en arrêtera là.

Régis avait convenu de faire alliance avec Claude et vous, avant de se dédire lors des votes au conseil. Il a ainsi contribué à votre élimination. C’est une trahison ?

Je n’ai pas cette impression parce que, à la base, on n’avait pas d’affinités. J’avais pleinement conscience qu’il faisait partie de l’équipe jaune. On s’était rapprochés Régis et moi après l’épreuve des binômes, on a pu discuter. Il y a eu un moment où il se sentait la cinquième roue du carrosse dans son équipe. Moi, j’étais un peu toute seule. En discutant, on a tenté une alliance. Il avait le choix d’accepter ou de refuser simplement. S’il disait oui tant mieux. J’avais cette carte à jouer. S’il disait non, je ne lui en aurais pas tenu rigueur. Il a eu un moment d’hésitation quant à la suite de son aventure. Il a décidé de s’engager, d’accepter de se tourner vers Claude et moi. Même là, je n’avais pas confiance. On a dû avoir plusieurs discussions pour qu’il me rassure, qu’il me dise qu’il était de notre côté. Mais l’équipe jaune est très soudée, quand elle a senti le vent tourner, et a vu que Régis avait le cul entre deux chaises, elle l’a rattrapé. C’est légitime. Mais je pense qu’au départ Régis a été sincère dans sa démarche envers moi.

Régis fait partie des candidats qui reçoivent insultes et menaces de la part d’une partie du public. Cela vous évoque quoi ?

Ça me touche. Même si je ne suis pas visée directement, ça concerne mes camarades. Ce sont des personnes avec lesquelles j’ai vécu une belle aventure. Certes, on fait passer les téléspectateurs par toutes les émotions, on anime leur soirée les vendredis… Koh-Lanta, c’est comme une série télé, comme quand on regarde La Casa de Papel et que l’on aime tel personnage, qu’on déteste un autre, qu’on critique les créateurs parce qu’ils font partir un personnage. On a la chance d’avoir les réseaux sociaux pour pouvoir communiquer avec le public. Les téléspectateurs ont le droit de donner leur avis sur la manière dont on a joué. Mais les insultes et les menaces de mort n’ont pas leur place dans ces dialogues. Cela engendre de grosses conséquences, ça peut être dramatique.

Vous discutez un peu de tout ça entre candidats ?

Bien sûr. J’aime prendre mon téléphone et avoir de la bienveillance envers certains quand je sens que c’est un épisode qui va être difficile pour eux, qu’ils vont être critiqués. Je les appelle, on en discute et, inversement, ils sont là aussi quand j’ai besoin de parler, de discuter. On s’explique sur certaines choses qui ont été dites et on se soutient.

Lors du débrief face caméra, vous dites que vous n’avez atteint aucun des objectifs que vous vous étiez fixés. Avec le recul votre impression est la même ?

Sur le coup, j’étais déçue. Je voulais aller encore un peu plus loin et essayer de m’incruster proprement dans les stratégies. Ma mère, avant que je parte m’avait dit : « Jess, tu avais une super image dans ton premier Koh-Lanta. Mais c’est aussi un jeu et sur ce deuxième, il faut que tu sois un peu plus stratège, sans faire de choses incorrectes. » Mais je n’ai pas réussi à le faire. J’ai un peu avancé seule dans l’aventure. Je n’avais que Claude à mes côtés, Teheiura jusqu’à un certain moment… Avec le recul, je n’ai aucun regret sur l’aventure, je suis restée telle que j’étais. J’ai d’autres compétences que la stratégie. Je me bats dans les épreuves, j’aime communiquer, échanger, rigoler.

Prête à partir pour un troisième « Koh-Lanta » ?

Je repartirais les yeux fermés ! On est toujours prêts à refaire un Koh-Lanta. La majeure partie des « Koh-Lantais » l’affirme : c’est une aventure exceptionnelle. Jamais deux sans trois, comme on dit. J’y crois fort !