Coronavirus: Dans les coulisses insolites de « Renversant ! Le concert des confinés », le show par écrans interposés

MUSIQUE Dave, Selah Sue, Yael Naim, Ayo... De nombreux artistes se sont lancés le défi de réaliser un concert confiné, diffusé mercredi à 23h30 sur France 3

Clio Weickert

— 

Yael Naim participe au
Yael Naim participe au — Simone&Raymond Productions - France Télévisions
  • Mercredi à 23h30, France 3 diffusera « Renversant ! Le concert des confinés ».
  • Dave, Selah Sue, Yael Naim, Ayo… De nombreux artistes ont accepté le défi d’Elise Chassaing et Raphal Yem de réaliser un concert pendant le confinement.
  • Au programme ? Des duos, des trios, des reprises, ou encore un hommage au chanteur Christophe, décédé la semaine dernière.

Le confinement et la pandémie du Covid-19 n’auront pas la peau de la musique. Alors que des initiatives musicales fleurissent un peu partout à travers le monde, à l’instar de l’événement One World : Together at Home diffusé sur les réseaux sociaux et à la télévision le week-end dernier, France 3 a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice. Mercredi à 23h30 (et à partir de 6 h sur france.tv), la chaîne diffusera Renversant ! Le concert des confinés, présenté par Elise Chassaing et Raphal Yem.

Adaptée d’un format que le binôme présente depuis deux saisons sur France 3 Centre-Val-de-Loire, l’émission s’est lancé le défi de réaliser un concert virtuel, en réunissant une multitude d’artistes confinés : Ayo, Michel Jonasz, Selah Sue, Dave, Claudio Capéo ou encore LEJ. Au programme ? Des duos et des trios surprenants (et bien plus encore), des reprises inédites, un hommage au chanteur Christophe, décédé la semaine dernière, mais aussi un gros défi technique.

Extrait Michel Jonasz – Renversant "Le concert des confinés" from ELBAZ STEPHANIE on Vimeo.

« Renversant » en « mode confiné »

« L’idée était de permettre à tous ces artistes qui ont vu toutes leurs tournées et leurs dates annulées, de quand même garder le contact avec leur public dans une émission qui soit joyeuse et qui aide à garder le moral », explique à 20 Minutes Elise Chassaing, coanimatrice de l’émission. Sans oublier la possibilité pour de nombreuses personnes qui s’affairent en coulisses de reprendre le chemin du travail dans cette période très compliquée. « Cela me rend vraiment heureuse car ça permet aussi aux intermittents de l’équipe, dont je fais partie, de travailler. Ça fait du bien de continuer à bosser et on est très reconnaissant envers France 3 de nous avoir fait confiance et nous avoir permis de le faire », note l’animatrice.

Tout en conservant l’ADN de Renversant, dont le principe est de créer des rencontres musicales et humaines entre des artistes aux univers différents, l’idée a été de décliner le format en « mode confiné », en réunissant les chanteurs et chanteuses par écrans interposés. Des nouveaux duos et trios ont vu le jour. Julie Zenatti, Tom Leeb et André Manoukian ont ainsi repris La déclaration d’amour de France Gall. Des duos séparés, comme Les Frangines, ont été rassemblés pour entonner en chœur leur tube Ensemble.

Un défi technique de taille

Ce concert d’un genre nouveau n’a pas été des plus simples à mettre en place. « Notre défi a vraiment été technique. On a eu beaucoup de galères parce que c’est très compliqué, précise Elise Chassaing. On a l’habitude de travailler avec des outils professionnels, des caméras par exemple, et là on a dû réinventer notre manière de travailler, en mettant les artistes à contribution pour qu’ils se filment avec les moyens du bord. Sans compter que parfois les connexions Internet ne fonctionnaient pas, ça compliquait donc pour faire les interviews, enregistrer les concerts… »

Un défi relevé haut la main par les artistes, comme Yael Naim, dont le dernier album Nightsongs est sorti en plein confinement en mars. « Toutes ces nouvelles formes d’émissions ou de festivals, c’est chouette car c’est une autre manière de partager, nous sommes tous chez nous en train d’essayer de se débrouiller, d’amener quelque chose de personnel et d’artistique. Et voir toute cette humanité et ces artistes, et tous les gens qui les regardent en train de créer ce nouveau happening, c’est génial ! Ça casse aussi un peu un format, celui de la télé où on doit être bien habillé bien maquillé, on part sur autre chose », se réjouit-elle.

Se réinventer dans la contrainte

Si la chanteuse reconnaît s’être « prise la tête quelques jours » afin de réfléchir à la meilleure prise de son et de vue, l’exercice s’est révélé plutôt excitant : « Il y a l’idée de continuer à partager dans une période où on est tous isolés et séparés, c’est une manière de se connecter, mais aussi quelque chose de purement artistique dans le fait de travailler dans la contrainte ».

Le contexte et l’isolement forcent à se réinventer et à innover de part et d’autre. « En termes de production c’est hyper stimulant parce qu’on est obligé d’aller puiser dans des ressources qu’on n’imaginait pas avoir, confirme Elise Chassaing. La contrainte de ce confinement nous pousse à être créatifs puisque cette émission on ne l’aurait sans doute pas faite avec une programmation aussi extraordinaire si les artistes n’avaient pas été disponibles, et avaient envie de faire quelque chose qui changeait un peu de l’ordinaire. »

Au-delà de la prouesse technique d’un tel concert, il faut également se faire à l’idée de partager sa musique, mais sans ressentir la présence d’un public. « Ça peut être bizarre, on a envie de voir les gens, reconnaît Yael Naim. Là on n’a pas de retour, parfois c’est embarrassant, on ne sait pas si on ennuie, si c’est bien ou non… Pour l’instant en ce qui me concerne, j’essaie juste de plonger dans le truc et de me mettre à fond dans mon monde, en espérant que ça marche ! » Avec sa grâce et sa mélancolie, l’artiste réussit en tout cas à merveille à nous faire oublier nos soucis le temps d’un instant.

Extrait Yaël Naim – Renversant "Le concert des confinés" from ELBAZ STEPHANIE on Vimeo.

Et sinon, qu’est-ce que ça fait de présenter une émission sans public et sans contact direct avec les artistes ? « C’est plus difficile et en même temps c’est plus décontracté parce qu’on est chacun chez soi et on est tous un peu dans la même galère… On traverse tous une épreuve commune, ça crée tout de suite un lien », estime Elise Chassaing. La preuve que de belles initiatives peuvent naître du chaos.