Coronavirus : A quoi servent les bulletins météo alors qu’on n’a pas le droit de sortir ?

METEO C’est le printemps et on ne peut pas en profiter

Benjamin Chapon

— 

Pour qui ce beau temps ? Pour personne, restez chez vous
Pour qui ce beau temps ? Pour personne, restez chez vous — B.Chapon/20 Minutes
  • Alors que la France est confinée, les bulletins météo à la télévision annoncent des températures « supérieures aux moyennes de saison » et des jours qui allongent.
  • Pour Chloé Nabedian, journaliste météo sur France 2, la météo a un rôle social, qui fait du bien au moral des gens.
  • « Le programme est un vrai programme d’informations à part entière. On a aussi des pastilles vidéos qui sont des fenêtres sur ce qui se passe dans le monde, et en France. On montre un peu du dehors », explique-t-elle.

Vous avez remarqué ? Il fait beau, presque chaud. Alors que la France, comme une bonne partie du monde, est confinée, ce printemps est d’une insolence irritante. Et chaque jour, les bulletins météo à la télévision annoncent des températures « supérieures aux moyennes de saison » et des jours qui allongent.

Pourquoi ? Pour qui ? Peut-on aller à la plage ? Non. Peut-on organiser un apéro en terrasse en sortant du boulot ? Non plus. Dans ce contexte, à quoi servent ces bulletins météo affriolants ?

Printemps inutile

Sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés. Il en est pour se réjouir de ce retour du printemps. Voir la nature se réveiller, même depuis sa fenêtre, en grise certains. D’autres deviennent philosophes et constatent que, en somme, « la nature n’a pas besoin de nous. »

Et il y a aussi les aigris. Celles et ceux qui s’agacent.

Chloé Nabédian, journaliste météo sur France 2, comprend les deux types de réaction : « C’est vrai qu’on a eu une succession de tempêtes quand on pouvait sortir et maintenant qu’on est confinés, il fait beau. C’est pas de pot… » Mais la journaliste estime malgré tout nécessaire de maintenir des bulletins météo « ne serait-ce que parce que de nombreuses personnes ne sont pas confinées. Les personnels soignants, les agriculteurs, les transporteurs… Tous ces gens-là sont peut-être contents de savoir s’il va pleuvoir, s’il va y avoir des gelées. Quand on doit prendre la route, c’est toujours utile de savoir s’il va y avoir du verglas. »

La météo, ce n’est pas que le temps qu’il fait

Chloé Nabédian vante ainsi le rôle social de la météo, un service public qui fait aussi du bien… au moral. « Très sincèrement, moralement, je crois que le beau temps a un impact énorme, plaide la journaliste. S’il y avait du brouillard ou de la pluie, l’impression d’enfermement serait encore plus forte. Là, même de chez soi, on peut profiter du soleil. Surtout ceux qui ont un balcon, ou un jardin. Je vois mes voisins s’allonger par terre pour profiter du soleil qui entre chez eux. Faire un peu de luminothérapie, c’est pas mal en ce moment. »

En somme, le bulletin météo reste utile et nécessaire à tous. « Le programme est un vrai programme d’informations à part entière. On a aussi des pastilles vidéos qui sont des fenêtres sur ce qui se passe dans le monde, et en France. On montre un peu du dehors. »

Micro-climat

La journaliste météo est en revanche plus circonspecte quant aux téléspectateurs qui s’emballent sur le thème de « la nature reprend ses droits » et qui voient dans cet épisode une leçon positive. Au-delà du beau temps, certains notent ainsi que l’on peut à nouveau entendre les oiseaux en ville et que la pollution a baissé.

« Ce n’est pas ce petit repos pour la nature, cette parenthèse, qui va changer les choses pour le climat, rappelle Chloé Nabédian. La crise du coronavirus va passer. La crise climatique, elle, est irréversible. Et ce n’est pas en étant confinés qu’on va la régler, c’est en agissant, en prenant des décisions. » Chloé Nabédian observe ainsi avec inquiétude certaines entreprises et gouvernement « profiter » de la crise du coronavirus pour annoncer se retirer de leurs engagements en faveur du climat : « La baisse du prix du pétrole, dans ce contexte, n’est pas une bonne nouvelle. »

En mai 2019, une canicule précoce avait frappé les esprits et rappelé à chacun les dangers du changement climatique. Chloé Nabédian ne peut pas s’engager sur les températures attendues dans les prochains mois : « Je peux juste vous dire qu’on va avoir un week-end agréable avec des températures très douces. »

Avec des jours plus longs et des pluies rares, un air plus respirable et des bourgeons qui bourgeonnent, la nature sait se montrer sous son plus beau jour. En attendant que la réalité ne nous rattrape.