Coronavirus : « Les tournages de "C’est Canteloup" sont maintenus. On va voir jusqu’à quand », avance Alessandra Sublet

INTERVIEW L’animatrice et productrice évoque pour « 20 Minutes » la manière dont les mesures prises dans le cadre de la pandémie de coronavirus a un effet sur ses activités professionnelles

Fabien Randanne

— 

Nicolas Canteloup et Alessandra Sublet sur le plateau de
Nicolas Canteloup et Alessandra Sublet sur le plateau de — Christophe Chevalin / TF1

« Je respecte les consignes du gouvernement. » La présentatrice de C’est Canteloup sur TF1, Alessandra Sublet, jointe par 20 Minutes ce lundi au téléphone, est relativement sereine et consciente d’avoir plus de chance que d’autres. L’objet initial de l’interview était le documentaire qu’elle a coproduit, Tony Parker Confidentiel, qui sera diffusé le 24 mars sur TMC et pour lequel elle a suivi le basketteur dans l’intimité. Mais la conversation a bien évidemment commencé par une évocation de la pandémie de coronavirus.

Nous avons décidé de retranscrire cette partie de l’entretien – avant de mettre en ligne le reste de la discussion dans les jours à venir – car il donne un exemple de la manière dont une animatrice et productrice a dû et doit composer, sur le plan professionnel, avec la situation inédite qui bouleverse actuellement la vie de toute la population.

Comment allez-vous ?

Je respecte les consignes du gouvernement. J’ai la chance de vivre à la campagne donc ça change beaucoup de choses, ce n’est pas tout à fait pareil qu’être confiné dans un appartement en ville. Je me sens privilégiée. Je pense surtout au personnel hospitalier qui est plus que jamais mobilisé pour soigner nos malades. Par ailleurs, je suis, comme beaucoup, très étonnée qu’un grand nombre de gens ne prennent pas la mesure de ce qu’on leur demande. Mais je me dis que dans les semaines qui viennent les choses vont changer.

Une aggravation de la situation et d’éventuelles nouvelles mesures exigées par le gouvernement pourraient effectivement changer la donne…

Il faut toujours arriver au drame pour que les gens se rendent compte d’une situation. Quand on voit ce qui se passe en Italie, ce n’est pas anodin. TF1 respecte toutes les consignes de sécurité et à très vite pris des mesures pour l’ensemble de ses équipes.. On est quelques uns à pouvoir encore tourner, dont Nicolas Canteloup, on est à plus d’un mètre l’un de l’autre, donc tout est respecté. On va voir jusqu’à quand on peut le faire.

Vous tournez depuis plusieurs jours « C’est Canteloup » sans public…

Oui. Les tournages sont maintenus parce que c’est possible. On est sur un plateau, on n’est pas à côté l’un de l’autre. On respecte les consignes. Les gens sont confinés chez eux, je trouve ça bien de pouvoir donner un peu de légèreté au milieu du flux d’infos qui tombent heure par heure et qui ne sont pas forcément agréables à lire ou à entendre, même si essentiels. Je suis plutôt contente de pouvoir contribuer à divertir les gens dans cette période difficile.

Pourtant il va être difficile de ne pas évoquer le coronavirus et d’essayer d’en rire. Cela ne risque-t-il pas d’être délicat ?

Oui mais en même temps Nicolas Canteloup et ses auteurs ont toujours su bien faire les choses à ce niveau-là. Je pense que c’est important de pouvoir continuer à divertir les gens, c’est le slogan de TF1 : « Partageons des ondes positives. »

Concrètement, comment vont se passer vos journées ? Vous faites les allers et retours entre chez vous et le plateau sans croiser personne ?

On prend notre température à l’entrée de TF1, ce que je trouve être une bonne mesure, et ensuite, on ne croise pas grand monde. Il y a des messages de prévention partout : dans les ascenseurs, sur les écrans… On a pris nos dispositions, on a des gants, des masques à disposition, les choses ont été bien faites. Je suis aussi productrice, et de ce côté-là, on s’est organisé, les monteurs montent chez eux. C’est possible, donc c’est parfait. Et les journalistes avec lesquels je travaille peuvent aussi travailler de chez eux. On a ainsi pu sortir à temps le documentaire sur Tony Parker.

Pas de chômage technique en vue dans votre société de production ?

On est une équipe réduite, donc non. En revanche, j’ai une pensée pour tous les producteurs de télévision, de cinéma et de spectacle qui ne sont pas tous dans ma situation, bien au contraire. Mais cela va avoir des conséquences pour toutes les professions, beaucoup de gens vont subir des pertes et ce n’est pas juste le petit milieu de la télévision qui est concerné.