France Télévisions: Delphine Ernotte saura d'ici à début mai si elle est reconduite ou non

MEDIAS L'actuelle présidente du groupe audiovisuel public, en poste depuis 2015, brigue un deuxième mandat

20 Minutes avec AFP

— 

Delphine Ernotte, en septembre 2019.
Delphine Ernotte, en septembre 2019. — JOEL SAGET / AFP

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) s’est donné un peu plus de deux mois pour nommer la prochaine ou le prochain président de France Télévisions. L’actuelle dirigeante, Delphine Ernotte, candidate à un nouveau mandat, sera donc fixée sur son sort au plus tard le 5 mai.

Dans un communiqué publié ce mercredi, le CSA a précisé qu’il recevrait les candidatures à la présidence du groupe public du 4 mars au 2 avril. Les candidatures recevables, ainsi que les projets stratégiques de celles et ceux qui les soumettront, seront rendues publiques le 8 avril. Le conseil choisira le même jour les noms des candidats qu’il auditionnera. Cette liste sera également rendue publique.

Les auditions auront lieu à partir du 20 avril et le CSA se donne jusqu’au 5 mai pour décider de la future présidence de France Télévisions, via un vote à bulletin secret, à la majorité de ses sept membres.

Pour l’heure, deux candidats déclarés

Deux candidats se sont pour l’instant publiquement déclarés. Delphine Ernotte, nommée à la tête du groupe public en 2015 pour un mandat de 5 ans, avait annoncé en janvier qu’elle était prête à rempiler pour un deuxième mandat, qui doit être écourté jusqu’à fin 2022 en raison de la réforme de l’audiovisuel.

Le représentant du syndicat de journalistes SNJ, Serge Cimino, se présentera face à elle, comme il l’avait déjà fait en 2015.

L’actuelle dirigeante peut s’appuyer sur un solide bilan, même si son action n’a pas été exempte de critiques.

Le CSA a rendu globalement un satisfecit sur ses quatre premières années à la tête de France Télévisions, relevant notamment une « amélioration significative de la gouvernance du groupe » et des audiences en hausse pour France 2 et France 3.

Davantage de transparence

La procédure suivie par le CSA en 2015 pour nommer Delphine Ernotte avait été critiquée pour son opacité et contestée en justice par plusieurs syndicats. Cette année, le CSA a opté pour une procédure beaucoup plus transparente puisque, contrairement à 2015, il rendra publique la liste des candidatures et les noms des personnes auditionnées.

Cela avait déjà été le cas en 2018 lorsqu’il avait nommé Sibyle Veil à la tête de Radio France, pour succéder à Mathieu Gallet. Si la réforme de l’audiovisuel est adoptée telle quelle, dans les prochains mois, ce sera la dernière fois que le CSA nommera le dirigeant d’une entreprise de l’audiovisuel public.