« Tout le monde veut prendre sa place » : Nagui surprend un candidat en train de tricher et le remet à sa place (mais c’était bien tenté)

TELEVISION Un candidat a profité samedi de sa grande taille pour « s’inspirer » des réponses des autres candidats

C.W.

— 

Nagui a surpris un de ses candidats en train de tricher.
Nagui a surpris un de ses candidats en train de tricher. — Aurelien FAIDY/AutoFocus-prod/FTV

C’est ce qu’on appelle un beau flagrant délit de triche. Dans l’émission Tout le monde veut prendre sa place diffusée ce samedi midi sur France 2, les téléspectateurs ont pu constater à quel point il était difficile de tricher face à la vigilance de Nagui. Car lorsqu’un candidat, dépassant d’une tête ses adversaires, a tenté de « s’inspirer » des réponses de ses camarades, Nagui l’a gentiment remis à sa place. Une séquence à découvrir dans le replay par ici (à partir de 33 minutes).

« Ça va Mikaël, ça se passe bien ? »

« Qu’est-ce que le London Eye, qui offre une vue panoramique sur la ville à 135 m de hauteur ? » Ne sachant répondre à cette question, c’est en toute logique que le candidat a tenté de tricher. Mais c’était sans compter sur l’œil acéré de Nagui… « Ça va Mikaël, ça se passe bien ? », lui lance alors l’animateur, avant de poursuivre : « Oui, vous hésitez, en même temps ce qui est bien c’est que, à la hauteur à laquelle vous êtes, vous pouvez largement regarder ce que répondent les autres pour ensuite répondre ce que Cédric a répondu. On est d’accord ? C’est ce qu’il s’est passé, et donc ce sera la dernière fois que j’accepte votre réponse dans ces conditions, mais c’est une bonne réponse ! »

Et loin de lâcher l’affaire, Nagui en remet une couche quelques minutes après, en faisant le décompte des points : « Avec une totale injustice, Mikaël est en tête avec 12 points ! Ça, Mikaël, jusqu’à la fin de l’émission vous allez en bouffer de celle-là ». Mais que ceux qui détestent la triche se rassurent, le candidat n’a pas réussi à cumuler assez de points pour aller en finale. Mais bon, qui ne tente rien n’a rien, non ?