« C’est inimaginable ! »… Guy Joao, pris à tort pour Xavier Dupont de Ligonnès, sort du silence sur M6

MEDIAS Ce vendredi, le retraité de 66 ans se confie pour la première fois à la télévision dans une interview diffusée à 12h45 et 19h45 sur M6

Fabien Randanne
— 
Guy Joao, interviewé par M6 en janvier 2019.
Guy Joao, interviewé par M6 en janvier 2019. — M6

Cet homme de 66 ans répondra aux questions du journaliste François Vignolles. Dans un premier extrait mis en ligne dans la matinée, on le voit au côté de sa femme, en train de raconter les conditions de son arrestation. Il avait été confondu avec Xavier Dupont de Ligonnès, l’homme soupçonné d’avoir tué son épouse et leurs quatre enfants à Nantes en 2011 et dont on ignore ce qu’il est devenu.

« Lorsqu’on m’a dit que j’étais un criminel, un assassin, j’ai dit : "Bon, pas de problème, je n’ai jamais tué personne." Donc deux policiers me prennent, me mettent les menottes et me mettent à l’arrière d’un petit fourgon de police, à l’arrière comme les chiens ! On est dans la science-fiction, c’est inimaginable ! », relate-t-il.

Guy Joao a été mis en garde à vue et placé à l’isolement total durant 26 heures, le temps que ses empreintes génétiques lèvent toute suspicion.

« Il nous dit qu’il garde une colère sourde sur son interpellation »

L’interview a été tournée lundi et mardi à Dunoon (Ecosse) et a duré au total 90 minutes. « Physiquement, par rapport à la photo qui avait été publiée à l’époque dans la presse, ce n’est plus le même homme, il nous raconte que ses nuits sont encore faites d’insomnies », a souligné le journaliste de M6 qui avait multiplié les contacts avec Guy Joao pour le convaincre de témoigner face caméra.



« Il a basculé de l’autre côté du miroir à un moment donné, sans savoir pourquoi on l’interpellait, et il a été très abattu les premiers jours et les premières semaines. Il tente de prendre du recul, mais il nous dit qu’il garde une colère sourde sur son interpellation, un cauchemar », ajoute François Vignolles.