Eurovision 2020: France 2 n’a pas encore décidé comment sera choisi le candidat français

MUSIQUE Un article mis en ligne par « Le Parisien » samedi au sujet de l’arrêt de « Destination Eurovision » a suscité des incompréhensions, notamment autour du terme « sélection interne ». Explications

Fabien Randanne

— 

Sur le plateau de «Destination Eurovision» 2019.
Sur le plateau de «Destination Eurovision» 2019. — GILLES SCARELLA - FTV

En révélant que France 2 avait décidé de ne pas reconduire Destination Eurovision l’an prochain, l’article publié samedi par nos confrères du Parisiena jeté un pavé dans la mare eurovisionnesque. Pour rappel, le concept de cette émission – qui aura vécu le temps de deux éditions, en 2018 et 2019, et a vu les victoires du duo Madame Monsieur et de Bilal Hassani – visait à désigner l’artiste et la chanson qui iraient représenter la France au concours musical international. Les candidats étaient départagés par les votes de jurés étrangers et par les suffrages du public.

« Nous voulons davantage maîtriser le processus, avec une sélection en interne », a déclaré Alexandra Redde-Amiel, directrice des divertissements et variétés de France Télévisions au quotidien. L’expression « sélection interne » a été mal interprétée par plusieurs médias et observateurs de l’événement car, dans l’univers Eurovision, cela signifie que l’artiste et le morceau qui défendront les chances d’un pays sont choisis en petit comité et sans solliciter l’avis du public.

Pas un souci d’audience

Si France Télévisions abandonne bien la marque Destination Eurovision, ce n’est pas en tout cas en raison des audiences de l’émission (1,9 million de téléspectateurs en moyenne sur les trois primes de janvier 2019) – comme l’avançait Le Parisien –, a indiqué ce lundi à 20 Minutes qu’Alexandra Redde-Amiel.

Le groupe audiovisuel public n’a encore rien arrêté quant au système de désignation de l’artiste. « Nous menons une réflexion avec plusieurs hypothèses », a redit la directrice des divertissements et variétés de France Télévisions à 20 Minutes. L’une d’elles, évoquée dans l’article du Parisien, consisterait en une compétition entre « trois ou quatre chansons et talents » au sujet desquels le public aurait son mot à dire, par exemple, lors d’un prime time. Dans ce cas de figure, il conviendrait de parler de présélection en interne (et non de sélection interne) des artistes en lice.

Autre possibilité : que la chaîne ait « un coup de cœur » pour une chanson et, le cas échéant, elle serait la seule à décider de l’envoyer à l’Eurovision. C’est ce qu’il s’est passé entre 2014 et 2017 pour Lisa Angell, Amir ou encore Alma qui ont fini respectivement 25e, 6e et 12e. Il s’agirait ici d’une véritable « sélection interne ». Si cette option était retenue, France 2 programmerait une émission spéciale sur le thème de l’Eurovision pour révéler son choix au public.

Quel que soit le dispositif retenu, l’émission devrait être diffusée en début d’année, au plus tard à la mi-mars, soit le dernier délai pour officialiser une chanson candidate auprès de l’UER (Union européenne de radiotélévision) qui chapeaute l’Eurovision.

« On a reçu pas mal de chansons »

La vraie grande nouveauté, c’est que cette année, France 2 s’ouvre aux propositions des auteurs et compositeurs étrangers. « On a reçu pas mal de chansons », a confié Alexandra Redde-Amiel à 20 Minutes. En 62 participations à l’Eurovision, les chances tricolores ont toujours été défendues par des chansons écrites et composées par des artistes français. A chaque pas, le morceau interprété en 2004 par Jonatan Cerrada et aux crédits duquel figure le musicien gallois Steve Balsamo, étant la seule exception.

L’édition 2020 de l’Eurovision se tiendra à Rotterdam (Pays-Bas) et la finale, à laquelle participera la France sera retransmise en direct sur France 2 le samedi 16 mai.