« La France a un incroyable talent » : A quoi servent les candidats qui reçoivent quatre refus du jury ?

C'EST NON OK pour les talents, mais l’émission de M6, qui revient mardi, apporte aussi son lot de candidats refusés

Clément Rodriguez

— 

L.Breton/M6

« La France a un incroyable talent. » M6 ne cesse de nous le répéter depuis treize ans (enfin dix, parce que l’émission ne s’appelait que Incroyable Talent lors des trois premières saisons). Assurément, le programme a su dénicher des perles rares telles que l’humoriste Laura Laune, Franky Zapata ou Jean-Baptiste Guégan, le sosie vocal de Johnny Hallyday disque d'or en seulement deux semaines. Or, chaque saison, les auditions se déroulent sur quatre ou cinq jours, et ce pendant six à huit heures, alors forcément il y a des fois où la mayonnaise ne prend pas.

Résultat : les quatre coachs appuient sur leur buzzer et les lumières s’éteignent. Mais alors, à quoi servent ces candidats qui se prennent un gros bide ? « Ce sont des bons clients pour la télévision. Ce sont des gens atypiques, ils arrivent avec des certitudes. C’est perché mais en même temps, il se passe quelque chose », répond Marianne James, dont c’est la deuxième saison en tant que membre du jury.

« Est-ce qu’ils se servent de nous ? Oui »

Et celle qui connaît bien le principe des casseroles pour avoir officié dans  Nouvelle Star pendant quatre ans : « vous êtes client ou pas, mais ils viennent avec un concept. Est-ce qu’ils iront en finale ? Peut-être pas, mais ils ont tous quelque chose, ils ne sont pas là par hasard. » « Ils sont nécessaires, absolument utiles. Est-ce qu’on se sert d’eux ? Oui. Est-ce qu’ils se servent de nous ? Oui. Ils savent à quoi s’attendre », insiste encore Marianne James.

« LFAUIT » est donc un bon plan pour ces « pas si talentueux que ça », car elle leur apporte une notoriété rapide, même s’il ne s’agit, dans la plupart des cas, que d’un simple quart d’heure de gloire. En quelques minutes seulement, les artistes amateurs ou professionnels se font connaître de plus de trois millions de téléspectateurs.

« Ils sont là pour être sur le fil »

David Ginola indique, lui, que « s’il n’y avait que d’immenses talents dans cette émission, ce serait ennuyeux. » Selon l’animateur, un talent show ne peut pas se baser uniquement sur des prestations hors du commun. Outre les nombreux magiciens, chanteurs et acrobates, La France a un incroyable talent a donc besoin de numéros plus loufoques pour faire la balance et mettre en valeur les candidats qui ont un vrai don. « Ces personnes qui ont quatre "non" amènent une coupure, on a besoin de se relâcher, enchaîne David Ginola. L’émission n’est pas juste une émission de talents, il y a de la place pour tout le monde. »

Et donc de la place pour ceux que les jurés appellent les « what the fuck ». « Ils ne sont pas là pour avoir quatre croix, ils sont là pour être sur le fil, ils commencent leur numéro de funambule, et on ne sait pas de quel côté ils vont tomber, poursuit Eric Antoine. On ne sait pas si c’est de la nullité la plus totale ou du génie. » L’effet de surprise est donc total pour les quatre juges, ce qui participe à la spontanéité de leurs réactions.