VIDEO. « Des Racines et des Ailes »  : Les secrets de la production pour s’immiscer dans des lieux prestigieux

JOURNEES DU PATRIMOINE France 3 diffuse ce mercredi soir une émission exceptionnelle de « Des Racines et des Ailes ». On y verra, pour la première fois, une reconstitution en 3D de la construction de la tour Eiffel et de l’exposition universelle de 1889

Clément Rodriguez

— 

Carole Gaessler est à l'animation de « Des Racines et des Ailes » depuis septembre 2014.
Carole Gaessler est à l'animation de « Des Racines et des Ailes » depuis septembre 2014. — Jean-philippe BALTEL / FTV
  • La tour Eiffel ouvre ses portes à Des Racines et des Ailes à l’occasion des Journées du patrimoine.
  • L’émission proposera, pour la première fois, une reconstitution en 3D de la construction de la Dame de Fer et de l’exposition universelle de 1889.
  • Hélène Frandon, la rédactrice en chef de l’émission, nous dévoile tous les secrets du programme.

22 ans d’existence, des reportages aux quatre coins du monde, et des destinations qui donnent toujours plus envie d’ailleurs. Des Racines et des Ailes entame sa vingt-troisième saison en cette rentrée, et met les petits plats dans les grands. Dans le cadre des Journées du patrimoine, Carole Gaessler propose ce mercredi aux téléspectateurs de France 3 de s’intéresser durant plus de deux heures à l’héritage de la Belle Époque, au Moulin-Rouge, et surtout à la tour Eiffel, qui fêtent tous les deux leur 130e anniversaire.

Des reconstitutions 100 % inédites

Il y a dix ans, Des Racines et des Ailes avait déjà consacré l’intégralité de son programme à la Dame de Fer. Mais progrès de la technologie oblige, cette nouvelle émission met en avant la construction de la tour en trois dimensions. « On a habituellement trois photos en noir et blanc qui nous racontent cette histoire. C’est déjà fascinant, mais vous ressentez les choses différemment en 3D », explique Hélène Frandon, rédactrice en chef du programme, qui note que c’est la première fois que l’édification de la tour est proposée en 3D.

Ce reportage est également l’occasion de revenir sur l’exposition universelle de 1889, elle aussi reconstituée en 3D pour la première fois. On y verra les pavillons qui se trouvaient au pied de la tour Eiffel, tous disparus depuis, puisque la Dame de Fer est le seul élément architectural de cette exposition qui subsiste aujourd’hui. C’est un infographiste indépendant aux équipes techniques et éditoriales qui est à l’origine de ce travail.

« On n’improvise pas une émission à la tour Eiffel »

« Cette émission est particulière car on n’improvise pas une émission à la tour Eiffel. Tout est compliqué parce qu’il y a énormément de choses qui se passent à bord de la tour, il y a énormément de monde, tout est compliqué et doit se préparer en amont », confie Hélène Frandon. En conséquence, le projet de cette émission a mûri dans la tête des journalistes deux ans auparavant. Les tournages, quant à eux, ont démarré il y a plus d’un an. « C’est un travail de très longue haleine qui mobilise nos équipes et notre réalisateur à très long terme », ajoute la rédactrice en chef.

La volonté du réalisateur de cette émission spéciale est de faire transparaître à l’écran la sensation de vertige que l’on peut avoir en montant sur la tour. Pour cela, certains plateaux de Carole Gaessler sont tournés au deuxième étage. « Jamais personne n’était monté aussi haut pour voir Paris en 1889. On ne peut à peine concevoir ce que les Parisiens ont ressenti en allant à cette hauteur pour la première fois », souligne Hélène Frandon.

Conquérir la confiance des lieux visités

La préparation de ces émissions se construit en étroite collaboration avec les lieux qui les accueille. Il faut d’abord prendre contact avec les équipes de communication et se mettre d’accord sur ce qu’il est possible de réaliser au moment du tournage. Des négociations se mettent alors en place, facilitées par l’image que renvoie Des Racines et des Ailes, à en croire sa rédactrice en chef : « Ce sont des lieux qui nous accueillent parce qu’ils ont confiance en nous. Ils vont nous offrir des possibilités qu’ils n’offrent pas à d’autres, grâce à cette confiance bâtie sur notre longévité. »

Si des liens se sont tissés avec les sites culturels et patrimoniaux français, les choses sont quelque peu différentes à l’étranger. Puisque l’émission est moins connue en dehors de nos frontières, les journalistes conquièrent la confiance des personnes qui s’occupent des lieux visités en leur montrant le programme. « Ça va moins vite, il faut plus expliquer, plus présenter le projet, ils ont des processus administratifs plus longs que les autres », détaille Hélène Frandon.

Le prochain défi du programme : proposer une émission spéciale consacrée à Notre-Dame de Paris. « Nous travaillons ardemment pour proposer quelque chose d’honnête et qui soit à la hauteur de tout ce que nous avons voulu faire depuis 20 ans », conclut Hélène Frandon. Le pari semble réussi puisque la production promet déjà une diffusion prochainement, avec des images inédites tournées au cœur de la cathédrale.