VIDEO. Rozana, Comme J’aime, Afflelou… Pourquoi des publicités mettent-elles en scène des présidents d’entreprises ?

C'EST QUI LE PATRON ? Difficile de passer à côté de ces publicités à la tonalité particulière. Souvent critiquées, elles ont pourtant leurs défenseurs

Ingrid Zerbib
— 
Ces publicités qui mettent en scène des présidents d'entreprises, vous les avez forcément vues.
Ces publicités qui mettent en scène des présidents d'entreprises, vous les avez forcément vues. — Rozana, Comme J'aime, Afflelou
  • Les publicités comme Rozana, Comme J’aime et Afflelou mettent en scène des présidents d’entreprises.
  • Elles font souvent l’objet de moqueries sur les réseaux sociaux en raison de leur tonalité particulière.
  • Il y a des agences de publicité qui recommandent ce type de format et d’autres qui ne préfèrent pas.

« Coriolis, c’est facilis », « J’ai révolutionné l’accès à une literie de qualité », « Les autres eaux peuvent-elles en dire autant ? » ou le désormais culte « Bernard Canetti, je suis le fondateur de Comme J'aime ». Ces phrases, vous les avez forcément entendues. Même si vous étiez en train de faire la vaisselle, vous avez tourné la tête  vers votre téléviseur, et vous avez regardé ces  publicités, au ton bien particulier.

A la différence d’autres messages publicitaires plus élaborés, ces publicités mettent en scène des patrons d’entreprises qui parlent de leur propre marque, tous secteurs confondus : l’optique (Afflelou), la nutrition (Comme J’aime), les télécommunications (Coriolis), la coiffure (Franck Provost), l’équipement de la maison (Maison de la literie), les boissons (Rozana) et la mode (Jean-Paul Gaultier). Nous avons interrogé deux agences de publicité – une qui réalise ce format publicitaire et une qui ne préfère pas le faire – pour comprendre les particularités de ces publicités. Découvrez ce qu’elles apportent et ce qu’on peut leur reprocher.

Pour Georges-Henri Bousquet, président de l’agence Business qui signe les films Rozana, Coriolis et Maison de la literie, ces campagnes permettent à une marque de se différencier, d’être incarnée de façon réelle, de faciliter l’attribution de marque, et d’avoir une relation directe avec le consommateur. En revanche, pour Benjamin Taïeb, partner à l’agence Marcel (groupe Publicis) qui signe notamment les campagnes Oasis, Meetic et Groupama, la plupart des films qui mettent en scène des patrons d’entreprises manquent souvent d’idées, ont un aspect purement mercantile et n’apportent que de la notoriété.