VIDEO. Lyon : Bastien, infographiste lyonnais, futur meilleur pâtissier de France ?

CONCOURS Le Lyonnais, qui se décrit comme « un aventurier de la pâtisserie », mise sa créativité pour sortir du lot et remporter l’émission

Caroline Girardon

— 

Bastien, infographiste lyonnais, est l'un des 14 candidats en lice pour devenir cette saison le Meilleur pâtissier.
Bastien, infographiste lyonnais, est l'un des 14 candidats en lice pour devenir cette saison le Meilleur pâtissier. — Marie ETCHEGOYEN/M6
  • Parmi les 14 candidats en lice cette saison pour l’émission Le Meilleur Pâtissier, diffusé mercredi soir sur M6 : Bastien.
  • Cet infographiste lyonnais, autodidacte et perfectionniste, mise sur des desserts originaux et visuels.
  • Il conçoit ses gâteaux comme une sculpture ou des tableaux.

Son défi : réaliser des créations plus folles les unes que les autres en misant sur sa sensibilité artistique. Bastien, 33 ans, infographiste à Lyon, est l’un des quatorze candidats ayant été retenus pour participer à la prochaine édition du Meilleur Pâtissier, émission télévisée qui débutera mercredi soir sur M6. Un rendez-vous que le trentenaire aborde avec un certain stress, avoue-t-il. « La peur de se voir à l’écran », confesse-t-il. Car sous son apparente décontraction, se cache un « grand timide ».

« Je ne voulais plus être paralysé par la timidité, j’ai fait un gros travail sur moi-même ces dernières années », expose-t-il. C’est notamment la raison pour laquelle il a entrepris de devenir en parallèle de ses activités professionnelles, serveur dans un restaurant de la ville.

Allier pâtisserie et photographie

Participer à l’émission dont il est « fan depuis la première saison », ne lui avait pourtant jamais traversé l’esprit. « Mes amis me répétaient sans cesse de m’inscrire. Au bout d’un moment j’en ai eu marre de me justifier et je me suis lancé pour leur fermer le clapet », raconte-il en riant.

La pâtisserie, comme la photographie ou le dessin, fait depuis longtemps partie de ses passions. Un pur « autodidacte » qui n’a « jamais pris de cours ». « Comme la plupart des gens, je réalisais au départ des gâteaux de base que faisait ma maman : des cakes au citron, des clafoutis, des tartes », raconte Bastien. La curiosité l’a poussé à aller plus loin, à se lancer des défis en testant de nouvelles recettes, inspirées des grands chefs. Mué par l’envie de maîtriser des « techniques plus compliquées », ce passionné s’est rué sur les livres et les vidéos postées sur Internet. Avec une idée en tête : allier la photographie et la pâtisserie.

Des desserts « élégants, graphiques et colorés »

« Le but était de réaliser des desserts élégants, graphiques et colorés, quelque chose de très visuel. Même si c’est important pour moi, je n’en oublie pas le goût pour autant », assure-t-il ajoutant percevoir la pâtisserie comme « un tableau ou une sculpture ». Les premières tentatives n’ont pas toutes été réussies, confesse-t-il humblement, mais à force de persévérance, le travail a fini par payer. L’une de ses plus grandes fiertés : avoir réalisé une forêt en trompe-l’œil sous forme de cagette de cerises. « Les macarons, c’est pareil, j’en ai raté plein au début mais là, je touche du bois », ajoute-t-il en riant.

L’imagination est désormais la clé de ses recettes. « J’ai une image de dessert en tête, je la dessine et ensuite, je me lance. Certaines réalisations m’ont demandé deux à trois mois de travail avant d’obtenir réellement ce que je voulais », révèle le trentenaire, un brin perfectionniste.

Un « aventurier de la pâtisserie »

Si le fraisier reste son gâteau préféré, l’infographiste innove sans cesse à la recherche de nouvelles saveurs et avoue « être encore en quête de l’accord parfait » quant au thé matcha qu’il utilise de plus en plus. « Je fais un gâteau par semaine, les lundis et mardis en général, jours où il ne travaille pas au restaurant. Le problème est que mon entourage est devenu très exigeant au fil du temps », lâche-t-il hilare.

Son talent a rapidement convaincu ses proches. « Quand je suis invité, on ne me propose désormais automatiquement de faire le dessert », enchaîne Bastien dans la bonne humeur. Quant à l’émission, il attend surtout de pouvoir « partager » et « rencontrer d’autres amateurs passionnés ». « Je me vois comme un aventurier de la pâtisserie. Je m’éclate et je n’ai pas envie que cela change », conclut-il, précisant que s’il venait à gagner le concours, il n’entendait pas pour autant, se lancer définitivement et exclusivement dans la pâtisserie. « En tout cas, je ne fais pas cette émission dans ce but-là ».