«The Voice Kids»: Les coachs de la saison 6 subjugués par les capacités vocales des enfants

VOCALISES Ce vendredi 23 août sera diffusée la nouvelle saison de « The Voice Kids » sur TF1. Une édition qui promet un casting de haute volée

Clément Rodriguez

— 

Les quatre coachs de « The Voice Kids » ont décidé de rempiler pour une saison supplémentaire
Les quatre coachs de « The Voice Kids » ont décidé de rempiler pour une saison supplémentaire — Ingrid Mareski / TV / Bureau233
  • La sixième saison de The Voice Kids sera diffusée à partir du vendredi 23 août sur TF1.
  • Les quatre coachs sont à nouveau Jenifer, Amel Bent, Soprano et Patrick Fiori.
  • Les chanteurs ont tous été surpris et épatés par les prouesses des jeunes talents.

Cette année plus que jamais, les talents de The Voice Kids sont petits par la taille mais grands par le talent. Les téléspectateurs découvriront la sixième saison de l’émission ce vendredi 23 août sur TF1, et, on le parie, seront épatés par la qualité du casting. On retiendra notamment un grand moment d’émotion grâce à la prestation d’une candidate de 15 ans interprétant Writing’s on the Wall, la chanson de Sam Smith tirée de la bande originale de 007 Spectre. Une prestation qui subjuguera Patrick Fiori, resté coi à la fin de la chanson.

Pour accompagner les petits talents tout au long de leur aventure, on prend les mêmes que l’année dernière et on recommence. Il s’agit de la sixième saison de Jenifer, la cinquième pour Patrick Fiori, et la deuxième pour Soprano et Amel Bent. Cette saison encore, les quatre célébrités vont jouer des coudes pour convaincre les candidats de rejoindre leur équipe. Une nouveauté va pouvoir les aider cette année : le « block », que l’on a déjà vu dans la version adultes en 2019, et qui permet aux coachs de bloquer l’un de ses camarades une seule fois par saison. Le talent ne peut alors pas rejoindre l’équipe du coach « bloqué ».

Une génération avec plus d’assurance

La préparation pour des concours de chant, Amel Bent et Jenifer connaissent bien, puisqu’elles ont respectivement participé à Nouvelle Star et Star Academy (voire Graines de Star pour Jenifer, qui y a participé à l’âge de 14 ans). Toutes les deux savent ce que c’est que de participer à un programme télévisé à un jeune âge, et saisissent les différences qu’il existe entre leur génération et celle qui participe à The Voice Kids.

« En termes d’assurance, c’est incroyable, commence Amel Bent. Plus j’avance, et plus je suis subjuguée de leur aplomb quand ils arrivent sur scène. Ça dépend évidemment des personnes, mais pour la majorité, il y a beaucoup moins d’inconscience qu’à une certaine époque » nous explique-t-elle en faisant référence aux débuts des années 2000, période à laquelle elle s’est fait connaître du grand public. « On sent que les enfants ont regardé le programme, qu’ils ont bossé pour présenter la chanson qu’ils ont travaillée dix-huit millions de fois avant de venir sur le plateau (rires). Ils ont le goût du travail, c’est ce qui a été flagrant sur cette saison » souligne-t-elle.

Une culture décuplée grâce au Web

Pour participer à l’émission, les candidats de The Voice Kids doivent être âgés de 6 à 16 ans. Les plus vieux sont donc nés en 2003, une génération qui est née dans un monde connecté et qui a grandi avec un smartphone à la main. Cette différence se fait ressentir sur la culture des enfants selon les coachs du programme de TF1. « Des fois on se dit “mais comment ce petit connaît cette chanson ?”, explique Soprano, subjugué. On est bluffés parce qu’ils chantent des chansons qu’on ne connaît pas. Les petits sont plus vifs que nous à leur âge. Pour eux, c’est normal de faire ça. Ce sont des enfants, mais ce sont des professionnels. Ça se voit rien que dans leurs choix de chansons ».

Amel Bent, elle, fait la comparaison avec ce qu’elle a pu vivre dans son enfance. Dans les années 1990, il n’y avait pas de services de streaming comme Spotify ou Deezer, ou des plateformes comme YouTube. « Nous, on attendait les clips à la télé, nous raconte-t-elle. Tu ne pouvais pas regarder sur ton ordi comment ton artiste préféré chantait telle chanson. Là, ils peuvent voir toutes ses prestations à travers le monde sur quinze ans. Des fois ils connaissent des dizaines de versions différentes des chansons originales » s’étonne-t-elle. Face à un océan de culture, les enfants piochent donc les titres qui leur plaisent, au risque parfois de choisir un morceau pas assez grand public pour les auditions à l’aveugle de The Voice Kids. « Mais la production fait attention à ce que ce soient des chansons populaires pour que le téléspectateur puisse s’y retrouver aussi » confie Jenifer.

Des enfants de plus en plus techniques

Avec le développement du net, les enfants ont donc pu se créer une culture musicale dès leur plus jeune âge, mais ce n’est pas tout ! D’après les coachs de cette sixième saison de The Voice Kids, les petits candidats ont aussi développé une précision technique incomparable. « Ils bouffent tellement de musiques du monde entier que leur organe est beaucoup plus performant, explique Amel Bent, qui pense que cela est dû à Internet. Ils ont un accès à la musique qui est tellement illimité aujourd’hui qu’ils s’entraînent plus, sur plus de choses, et ils sont plus performants ».

D’après l’interprète de Ma philosophie, les castings d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec ceux d’il y a dix ans. « Les gamins ont des meilleures techniques que nous. Ça vibe de fou, ils doivent tous avoir au moins quatre octaves. L’organe vocal évolue dans quelque chose d’incroyable. Internet a bouleversé une génération » conclut-elle. Cette année, la saison 6 de The Voice Kids accueillera encore plus de talents âgés de huit à douze ans. L’occasion de vérifier l’impact d’Internet sur les capacités vocales de ces bouts d’chou.