France Inter: Thierry Ardisson n'en a «rien à foutre» des leçons de Charline Vanhoenacker

REGLEMENT DE COMPTES La chroniqueuse de France Inter avait qualifié les « Terriens », le programme du présentateur de C8, de « putassier »

C.W.

— 

Sur France Inter ce mardi matin, Thierry Ardisson a réglé ses comptes avec Charline Vanhoenacker.
Sur France Inter ce mardi matin, Thierry Ardisson a réglé ses comptes avec Charline Vanhoenacker. — ERIC DESSONS/JDD/BALTEL/SIPA

Règlement de comptes sur France Inter. Invité ce mardi matin au micro de Léa Salamé, Thierry Ardisson a répondu à Charline Vanhoenacker, qui avait estimé dans une interview au Parisien être « ravie » de l'arrêt des Terriens sur C8, qu’elle jugeait « putassier ». « Vous avez essayé de faire de la télé cela a duré quinze jours. Moi j’ai fait 34 ans de télévision avec un certain succès donc les leçons de Charline, je n’en ai rien à foutre ! », a déclaré l’animateur.

« Putassier c’est un compliment pour vous Thierry »

Selon lui, il n’y a pas à se réjouir de cet arrêt dans le sens où toute une équipe se retrouve sans emploi. « Cent personnes au chômage, vous qui êtes de gauche, j’imagine que cela doit vous embêter », a-t-il lancé à la chroniqueuse de Léa Salamé. « Putassier c’est un compliment pour vous Thierry », a rétorqué Charline Vanhoenacker. « Je vous ai connu beaucoup plus drôle », a répondu Thierry Ardisson, ajoutant qu’Alex Vizorek, chroniqueur dans les Terriens et sur France Inter aux côtés de l’humoriste belge, était « désolé » et ne comprenait pas ce « qu’il lui prenait ».

Outre ce règlement de comptes, l’animateur est également revenu sur les conditions de son départ de C8, confirmant à Léa Salamé avoir, d’une certaine manière, été viré. « On m’a proposé la moitié de ce que j’avais, donc c’est me virer. Quand vous avez une certaine somme pour faire une émission et on vous dit "l’année prochaine tu auras la moitié", et ce n’était pas négociable en plus… J’ai été effectivement viré, oui ».

Pour finir, Thiery Ardisson a expliqué que son avenir ne se ferait pas n’importe où. Pas chez Cyril Hanouna en tout cas : « J’ai un certain sens de la dignité, je ne vais pas finir chroniqueur chez Hanouna. »