«Fort Boyard»: On a regardé les versions de quatre continents différents du célèbre jeu charentais

LES COULISSES DU FORT Et autant vous dire qu'on a eu un peu de mal à comprendre les énigmes du Père Fouras coréen

Clément Rodriguez

— 

Depuis 1990, 34 pays sont venus tourner sur le fort
Depuis 1990, 34 pays sont venus tourner sur le fort — Julie Géant/Phototélé
  • Cet été, Fort Boyard fête sa trentième saison sur France 2.
  • Depuis 1990, 34 pays sont venus tourner sur le fort, en Charente-Maritime.
  • On a regardé, pour vous, quatre versions du monde entier pour noter les similarités et les différences avec la version française.

Jazirat Al Kanz, Bordj El Abtal, Fangene På Fortet… Voilà quelques-uns des noms des versions internationales de Fort Boyard. Car chaque année, il n’y a pas qu’Olivier Minne qui pose ses valises en Charente-Maritime pour voir souffrir les candidats du jeu estival de France 2. Depuis la création de l’émission, ce ne sont pas moins de 34 pays qui sont venus tourner sur le Fort.

À l’occasion des 30 ans de Fort Boyard version bleu-blanc-rouge, nous avons décidé de regarder quelques émissions issues des quatre coins du monde. Et croyez-nous, ce n’est pas facile de suivre Форт Буаяр  quand on n’en parle pas un seul mot d’Ukrainien. Quoi qu’il en soit, après avoir lu cet article, les versions argentine, coréenne, marocaine et roumaine n’auront plus aucun secret pour vous.

Le générique

« Tuuu tututututu tututututuuuuu », c’est ce qu’on voulait mettre comme titre à cette partie, mais on n’était pas sûr que tout le monde le comprenne. Et si vous êtes toujours un peu perdu, il s’agit bien évidemment de la mythique musique du générique. La chanson a été composée par Paul Koulak pour la première émission en 1990, qui a également créé 200 musiques pour Fort Boyard.

Que ce soit en Afrique, en Amérique ou en Asie, le générique reste le même partout dans le monde ! On aurait pu penser que les Argentins auraient une version un peu plus latino, ou bien qu’un thème plus oriental serait diffusé pour les Marocains, mais ce n’est pas du tout le cas. En réalité, les versions étrangères du jeu viennent donc sur le fort pour tourner leurs émissions, et repartent également avec l’habillage sonore et visuel que l’on retrouve sur France 2.

Les personnages

Entre les différentes versions internationales, tous les personnages n’ont pas forcément leurs homonymes étrangers. Mais il y a au moins une personne que l’on retrouve dans toutes les versions : il s’agit de Passe-Partout. Parfois accompagné de Passe-Muraille, celui qui connaît le fort comme personne guide tous les candidats à travers les couloirs de l’édifice. Comme dans la version française, il agite ses doigts pour indiquer combien de clés les concurrents ont récupérées. Et qu’il soit en France ou ailleurs, la règle est la même pour Passe-Partout : il ne parle jamais. En même temps, il faudrait qu’il soit vraiment polyglotte puisque 28 langues sont parlées sur le Fort.

Le Père Fouras, autre personnage emblématique du Fort depuis 1990, n’est pas le même partout autour du monde ! Il y a bien quelques pays qui tentent, tant bien que mal, de recréer le personnage du vieil homme. C’est le cas en Roumanie par exemple, mais on ne va pas se mentir, la copie n’est pas au top niveau. Le visage du Père Fouras manque un peu de fraîcheur et les traits ne sont clairement pas aussi fins que ceux de notre mascotte nationale. En Corée, c’est un tout autre style qu’arbore le locataire de la vigie. Les candidats doivent répondre aux énigmes d’un aristocrate, perruque de marquis de Versailles vissée sur la tête. Peut-être est-ce pour faire un clin d’œil à la France de manière générale ? De l’autre côté du globe, en Argentine, on dit adieu au Père Fouras et aux perruques un peu vieillottes, et bonjour à une femme aux cheveux roux, tout aussi impitoyable que le Père Fouras.

Les épreuves

Depuis 1990 et la première émission de Fort Boyard, 650 épreuves ont été créées. Aujourd’hui, 120 sont toujours en activité dans le catalogue des épreuves pouvant être faites sur le fort. Autant de jeux qui font rêver (plus ou moins) les téléspectateurs français. Oui, « plus ou moins », parce que tremper ses mains dans des bocaux remplis de souris, ça ne nous ravit clairement pas plus que ça.

Aux quatre coins du monde, on retrouve donc exactement les mêmes épreuves que dans la version française du jeu. Que ce soient le tapis roulant, les cylindres, Excalibur, les formats qui ont fait le succès de Fort Boyard s’exportent également à l’international. Dans les versions les plus récentes, comme au Maroc ou en Roumanie par exemple, on retrouve même l’épreuve du restaurant de Willy Rovelli. Chez les Roumains, le cuisinier déjanté s’appelle Chef Sadique… On ne pouvait pas dire mieux ! Les pauvres candidates de l’émission du 15 octobre 2017 ont dû déguster, dans la joie et la bonne humeur, un œuf de 100 ans. Miam !

La composition des équipes

Durant les premières années, le fort accueille des candidats anonymes. Petit à petit, des célébrités intègrent ponctuellement les équipes, puis, depuis 1993, Fort Boyard ne se fait qu’avec des célébrités (à l’exception de l’année 2010). Mais comment est-ce que ça se passe à l’étranger ? Que ce soit au Maroc, en Argentine, en Corée ou en Roumanie, seules cinq personnes composent les équipes, contre six dans la version française. En revanche, ce sont également des chanteurs, des acteurs, des sportifs ou des personnalités du petit écran qui se succèdent.

Dans les émissions des différents pays que nous avons sélectionnés, une seule équipe unit ses forces pour faire tomber le trésor du fort. Mais ce n’est pas le cas dans toutes les versions du jeu. En Suède, par exemple, ce sont deux équipes qui s’affrontent en duel pour récolter les boyards. Deux scénarios se présentent alors aux candidats : soit les équipes jouent chacune à leur tour pour décrocher la clé, soit deux candidats de deux équipes différentes s’affrontent en même temps sur la même épreuve. Une mécanique qui renforce la compétition et la rage de vaincre des participants ! Certains pays sont même allés plus loin en opposant différentes nations. De 2011 à 2014 a été diffusée, outre-Atlantique et outre-Manche, une version États-Unis vs Grande-Bretagne. À cette époque, ce sont des adolescents qui s’affrontaient dans l’enceinte du fort.