«Top Chef»: Samuel Albert, vainqueur de l'édition 2019, va ouvrir son propre resto à Angers

CUISINE Le trentenaire va quitter le Japon, où il travaille depuis trois ans, pour lancer sa propre affaire à Angers

F.B.

— 

Samuel Albert, vainqueur de la saison 10,  de Top Chef.
Samuel Albert, vainqueur de la saison 10, de Top Chef. — W. Simitch/M6
  • Samuel Albert, 30 ans, est le grand gagnant de la saison 10 de l'émission culinaire « Top Chef ».
  • Originaire d'Angers, il est le chef de l'ambassade de Belgique à Tokyo (Japon).
  • Il projette désormais d'ouvrir son propre restaurant, avant la fin de l'année.

Lorsqu’il a brandi le couteau vierge synonyme de victoire lors de la grande finale de « Top chef », Samuel Albert a été assailli physiquement par ses proches. « C’est sûrement l’un des plus beaux jours de ma vie », a-t-il ensuite lâché, ému. Agé de 30 ans, le vainqueur de la saison 10 revient de loin. Eliminé au septième épisode de l'émission de M6 après avoir concouru au sein de la brigade du double étoilé Michel Sarran, il avait finalement été repêché in extremis. Jusqu’à ce dénouement des plus heureux, diffusé mercredi soir devant 2,8 millions de téléspectateurs.

Originaire de la région angevine, où il a passé la majeure partie de son enfance, Samuel Albert avait pris le risque de tenter sa chance très jeune chez Joël Robuchon, à Monaco, pour y apprendre le métier après un lycée hôtelier. Quelques expériences à l’étranger plus tard (Londres, Melbourne, Shanghai), il est embauché en 2016 comme chef cuisinier de l’ambassade de Belgique à Tokyo, au Japon.

« Il y aura clairement un avant et un après »

« A l’ambassade, personne ne goûte ma cuisine, c’est réservé à une élite. Depuis Top Chef j’entends "ah ouais, on ne pensait pas que tu avais ce niveau". Je suis plus sûr de moi. Je me sens en confiance. Il y aura clairement un avant et un après », estime sur M6 le jeune homme au caractère discret décrit par Philippe Etchebest comme « précis, carré » et n’hésitant pas à « prendre des risques ».

Lancer son resto à Angers avec sa compagne et un ami

Auréolé de cette récente notoriété, celui qui revendique une « cuisine internationale » tout en aimant les plats simples et conviviaux aspire maintenant à « voler de ses propres ailes » et à se « rapprocher de ses racines ». Son contrat au Japon s'achevant cet été, son projet est désormais de lancer son propre restaurant à Angers, avec sa compagne et un ami. Il devrait s’appeler « Les Petits prés », en hommage aux premières leçons de cuisine données par sa grand-mère, à la campagne. Ouverture espérée dès cet automne.

« C’est le prochain rêve à accomplir, confie-t-il à M6. Ça fait plus de dix ans que je suis parti. Ça pourrait être une nouvelle vie qui démarre. » Les 53.800 euros gagnés lors de l’émission l’aideront à investir. Il faudra juste déduire 10 % de la somme qu’il a promis de reverser au finaliste et « ami », le Breton Guillaume Pape.