«Les rouges n'étaient pas l’équipe rêvée, mais on était forts sur le papier», regrette Alexandre, éliminé de «Koh-Lanta»

INTERVIEW Alexandre a été le premier éliminé par la tribu réunifiée, et il ne l'a pas très bien vécu

Propos recueillis par Claire Barrois
— 
Alexandre, éliminé par la tribu réunifiée dans «Koh-Lanta: La guerre des chefs».
Alexandre, éliminé par la tribu réunifiée dans «Koh-Lanta: La guerre des chefs». — PHILIPPE LE ROUX / ALP / TF1

Après Frédéric, éliminé par les anciens chefs à la réunion des ambassadeurs, Alexandre a été la première cible de la tribu réunifiée dans l’épisode 7 de Koh-Lanta: La guerre des chefs. Victime de la stratégie des deux autres équipes, il a laissé les rouges à deux, non sans difficulté.

C’est un peu nul la manière dont vous avez été éliminé, non ?

J’ai manqué de temps. La réunification venait d’arriver, on n’a pas assez eu de jours pour renverser la vapeur, faire connaissance. Le conseil était le soir même de l’immunité alors que parfois il est le lendemain, ça compte. En plus Maud avait l’immunité, sinon elle aurait peut-être été éliminée à ma place.

Pourquoi n’avez-vous pas tenté une alliance avec les bleus, qui vous aurait permis d’être supérieurs aux jaunes ?

On a un peu tenté, mais sans tenter. Parce qu’on voyait que l’alliance entre les jaunes et les bleus était forte depuis le début de l’aventure. Ils se reconnaissaient les uns dans les autres, alors que nous avions une mauvaise image, on était souvent en mauvaise posture.

Avez-vous été naïf ?

J’échoue lamentablement pour récupérer le collier d’immunité [gagné par Mohamed], mais je ne savais pas du tout que mon nom était sur la liste. Quand on a dit à Cyril que ça se dirigeait plus vers moi, j’ai compris. Pour moi c’était Nicolas qui devait sortir, mais une fois la décision prise, je ne pouvais rien faire.

Pourquoi, selon vous, avez-vous eu plus de votes contre vous que Cyril ?

Ils avaient décidé de me sortir moi, mais avaient mis beaucoup de voix pour Cyril au cas où j’aie le collier. L’erreur que j’ai faite c’est que la première soirée à 21, c’est que je ne me suis pas beaucoup ouvert et du coup ils connaissaient mieux Cyril. Ils avaient une mauvaise image de moi à cause des épreuves, ils me trouvaient violent dans mes paroles. Mais quand je vois les images, je ne trouve pas qu’ils étaient beaucoup plus gentils que nous dans le jeu.

Etes-vous satisfait de votre aventure ?

On ne peut pas être satisfait quand on n’a fait que la moitié. Mais je suis satisfait de ma moitié. Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi on a perdu toutes les immunités alors qu’on gagnait les conforts. Je pense qu’on a mal géré les désignations de chefs, comme celle de Chloé.

Regrettez-vous la manière dont ça s’est passé avec les rouges ?

C’est sûr que ça n’était pas l’équipe rêvée, mais sur le papier on était forts. L’ambiance n’était pas bonne, la première semaine n’a pas été bonne. Sur le camp, tout allait bien, chacun faisait sa tâche. On a eu des moments de complicité, mais ce n’était pas la barre de rire tout le temps. Chez les bleus et les jaunes ça n’était pas idyllique non plus. Et quand on ne va pas au conseil, on est plus détendus, donc ça aide à la bonne ambiance.

Vos coéquipiers vous ont reproché à certains moments d’être égoïste sur la nourriture, d’être un peu trop relâché sur le camp… Etes-vous d’accord d’avoir parfois abusé ?

La vérité c’est que Maud, Cyril et Xavier sont hyperactifs. De 5h30, notre réveil au lever du soleil, à 17h30, on n’arrêtait pas. Moi j’étais juste très actif, et ça fait la différence. Je prenais 15-20 minutes pour me poser, me couper de l’aventure et réaliser dans quel cadre j’étais de temps en temps. J’étais un peu déçu de Maud quand elle dit que j’étais moins méritant que Xavier. C’était un peu culotté. Quant à la bouffe, quand j’ouvrais la coco, j’en prenais deux-trois bouts en plus. C’était ma taxe de péage pour l’ouvrir on va dire !