VIDEO. «Top Chef», saison 10: Comment l’émission a changé les pratiques culinaires des Français

ANNIVERSAIRE «Top Chef» fête ses dix ans cette saison. L'occasion de faire un bilan

L. B.

— 

Michel Sarran, Philippe Etchebest, Helene Darroze, Stephane Rotenberg, Jean Francois Piège dans «Top Chef» 2019
Michel Sarran, Philippe Etchebest, Helene Darroze, Stephane Rotenberg, Jean Francois Piège dans «Top Chef» 2019 — Stephane DE BOURGIES / M6
  • Selon une étude OpinionWay pour M6, depuis l’émergence des émissions consacrées à la gastronomie, deux Français sur dix déclarent avoir changé leurs habitudes culinaires.
  • Plus de 50 % des moins de 50 ans qui regardent régulièrement « Top Chef » ont modifié leur façon de cuisiner et leur vision du métier.
  • Pour les chefs Alain Ducasse et Yves Camdeborde, ces émissions gastronomiques ont créé des vocations et revalorisé les métiers manuels.

Le concours culinaire culte fête ses dix ans d’existence cette saison, l’heure du bilan a sonné pour ce programme phare de M6 consacré aux talents de la gastronomie française. Alors que Top Chef s’est payé une brochette de chefs de renommée internationale (Anne-Sophie Pic, Alain Ducasse, Paul Pairet et Cédric Grolet) pour défier les candidats, retour sur l’effet de ce programme sur les habitudes culinaires des téléspectateurs. Spoiler alert : le contenu de nos assiettes a pas mal évolué.

Les Français meilleurs en cuisine grâce à la télé

Depuis l’émergence des émissions gastronomiques [Top Chef, MasterChef, Le Meilleur Pâtissier…], deux Français sur dix déclarent avoir changé leurs habitudes culinaires, selon une enquête réalisée en 2018 par OpinionWay pour M6. Top Chef étant l’une des plus célèbres du genre (90 % des Français la connaissent), et celle avec la plus grande longévité, elle ne déroge pas à la règle.

Plus de 50 % des moins de 50 ans qui regardent régulièrement l’émission ont modifié leur façon de cuisiner et leur vision du métier, et une majorité des téléspectateurs ont découvert des nouvelles techniques de cuisine en regardant le programme. Les petites astuces des candidats (cuisson, découpes, légumes anciens, ingrédients rares) expliquées pendant l’émission n’y sont certainement pas étrangères.

Conseils pratiques et informations pédagogiques ont l’air de faire leur petit effet au point de donner envie aux téléspectateurs de s’y mettre. Un tiers d’entre eux ont changé leur façon de cuisiner « avec des recettes plus diverses, une cuisine plus saine et l’utilisation d’ingrédients plus exotiques », selon la même étude. « Même si on est sur le créneau de l’excellence, on arrive à raccorder sur des choses plus concrètes », explique la directrice du programme, Virginie Dhers, qui rappelle que Top Chef a permis de démocratiser le monde de la haute gastronomie.

La transmission aux ados

Le chef multiétoilé (et recordman du monde en la matière) Alain Ducasse, qui a participé à cette saison anniversaire, juge d’ailleurs cette émission « très positive pour la profession ». « Elle crée des talents et des vocations, et montre l’inventivité de la gastronomie », pointe-t-il. Et ce n’est pas son confrère Yves Camdeborde, ancien juré de MasterChef sur TF1, qui va le contredire. Selon cette figure de la cuisine de bistrot, le petit écran a « revalorisé les métiers manuels. On redonne de la fierté aux gens ».

Si on ne transmet plus les recettes de grand-mère de génération en génération, la transmission aux adolescents passe, selon Yves Camdeborde, par le petit écran. Les émissions gastronomiques ont, en quelque sorte, remplacé les bibles de recettes familiales. Et ça se voit.