«L'île de la tentation»: L'émission de retour beaucoup moins sulfureuse qu'à ses débuts

RETOUR GAGNANT ? Musique, concept, mise en scène… « L’île de la tentation » revient presque comme à l’époque, mais tout de même un peu plus morale

Claire Barrois

— 

Les couples face aux célibataires et à Julie Taton, la présentatrice de «L'île de la tentation».
Les couples face aux célibataires et à Julie Taton, la présentatrice de «L'île de la tentation». — Fanch Drougard / W9
  • La mythique téléréalité L’île de la tentation revient ce jeudi à 21h sur W9.
  • Le programme, qui a marqué les premières heures de la téléréalité, est un peu modifié.
  • Plus moral, il a cependant gardé une grande partie de la mécanique du jeu d’origine.

« C’est pas moi, c’est Shawn. » Les vrais se souviennent de cette phrase, détournée de celle prononcée par Martha [«Ça c’est pas mon copain, c’est Shawn »], en couple avec Thomas, en le voyant se rapprocher d’une tentatrice. Elle ne reconnaissait pas le séducteur en lui et le désignait de son prénom de strip teaser. Les vrais, ce sont ceux qui ont assisté bouche bée aux premières saisons de L’île de la tentation, téléréalité amorale par excellence. Et si le mythe signe son grand retour, ce jeudi sur W9, ça n’est pas sans quelques aménagements…

« Faire la même chose qu’il y a dix ans, aujourd’hui ce n’est plus possible, reconnaît Florence Fayard, la productrice du programme. Le concept est fort, identifiant, le trash n’y était pas nécessaire. » Le concept effectivement, on reconnaît : cinq couples séparés, les hommes avec dix femmes, les femmes avec dix hommes, tous en maillot de bain entre la plage et la piscine en République dominicaine. Les feux de camp aussi on les connaît : la présentatrice, Julie Taton apporte un petit écran sur lequel chacun des participants peut mater son conjoint dans sa propre villa. D’ailleurs, cet écran, de type lecteur DVD portable, n’a pas été remplacé par une tablette, histoire de laisser un petit côté vintage à la cérémonie.

Une expérience plus romantique

« Mais c’est une version plus romantique, plus basée sur les sentiments », assure Florence Fayard. Exit les tentateurs et tentatrices prêts à tout pour séduire les couples et les pousser à la faute. Bienvenue aux célibataires en quête du grand amour – mais avec quelqu’un déjà en couple, tout de même. « Notre principale conviction ce sont les valeurs positives de l’amour, des sentiments, du cheminement du couple, rappelle Jérôme Fouqueray, le directeur de W9. L’essentiel de la mécanique a été conservé même s’il y a des nouveautés, évidemment. »

« C’est un format historique dans lequel on a pris une direction authentique avec beaucoup de sincérité, ajoute Florence Fayard. On a accordé beaucoup d’importance au casting, pour lequel on a choisi des couples vrais, sincères, pour qui l’expérience allait apporter une réponse, une solution pour la suite. Les célibataires ont une quête commune de l’amour, des aspirations cohérentes avec celles des couples. »

Pas là pour passer à la télé

De leur côté, « les couples sont volontaires, il y a une vraie démarche derrière, nous assure la production. Et on a passé du temps avec eux pour vérifier qu’ils n’étaient pas là pour passer à la télé. Ils ont des parcours différents, sont là parce qu’ils pensent au mariage, vivent mal la distance, ont déjà rompu… » De quoi s’assurer qu’on ne les retrouvera pas dans les Anges l’année prochaine ? Ahem, pas franchement. « Ils feront peut-être de la téléréalité après, mais ils ne sont vraiment pas venus faire de la télévision pour faire de la télévision. 200 à 300 couples se sont présentés à nous et nous avons retiré de la liste ceux qui venaient pour faire de la télé. »

Si la saison s’annonce moins basée sur les aventures sexuelles des candidats que ça a pu être le cas, c’est compensé par une bonne mise en scène des événements de la vie sur place. Les célibataires qui arrivent recouverts d’une grande cape et la retirent avant de se toucher les cheveux au ralenti. Les couples qui observent les hommes torse nu et huilés en train de jouer au foot au soleil dans une démonstration de virilité. Les femmes qui jouent au volley dans l’eau en riant et en se faisant des câlins et en faisant des cœurs avec les doigts pour la caméra. C’est cliché, c’est plein de second degré, on adore. Surtout qu’on a tous vu l’un des candidats mettre une serviette sur la caméra dans le générique et qu’on hâte de voir en quoi ça consiste réellement.