Une nouvelle saison pour «Mariés au premier regard»... La guerre entre Jeremstar et Cyril Hanouna continue... Victor éliminé de «Koh-Lanta»...

VU A LA TELE Coups de cœurs, moments forts et clashs... Notre replay télé de la semaine

C.B.

— 

Les rebondissements ont été riches dans toutes les émissions cette semaine.
Les rebondissements ont été riches dans toutes les émissions cette semaine. — Thomas Padilla / M6 / Aurelien FAIDY/AutoFocus-prod/C8 / PHILIPPE LE ROUX / ALP / TF1

Semaine du 31 mars au 6 avril

Mariés au premier regard, émission renouvelée après les bonnes audiences de la troisième saison

A peine assisterons-nous au dénouement de cette troisième saison ce lundi, que M6 a déjà commandé une quatrième saison de Mariés au premier regard pour l’année prochaine, nous a confirmé la chaîne. Une décision prise au vu des bonnes audiences de cette année, en hausse par rapport à l’année dernière. Cette saison 3 a réuni en moyenne 2,8 millions de téléspectateurs en audiences consolidées. Rendez-vous donc à six autres couples qui seront formés par les experts de M6 et se découvriront le jour de leur mariage.

The Voice lance son épreuve du K.O.

Fini les auditions à l’aveugle. Samedi soir, The Voice inaugure une épreuve inédite, celle des K.O. Pourquoi ce nom ? « Parce que les coachs en sortent K.O. Ils sont mis sous pression comme jamais », a prévenu Matthieu Grelier, le directeur des programmes d’ITV Studios qui produit le télécrochet de TF1. Concrètement, chaque coach - Jenifer, Mika, Soprano et Julien Clerc –, qui dispose pour le moment de dix-huit candidats dans son équipe, devra se séparer de douze d’entre eux pour n’en garder que six. Il s’agit donc de les auditionner à nouveau un par un. Les talents se succéderont en interprétant une chanson de leur choix. Après chaque prestation, le coach concerné se prononcera. Appuyer sur le buzzer est synonyme de qualification directe pour l’étape suivante, celle des battles. « On est parti de cet ascenseur émotionnel que procure le bruit du buzzer, c’est une montée d’adrénaline qui prolonge ce que l’on peut ressentir lors des auditions à l’aveugle », souligne Pascal Guix dans une interview accordée à 20 Minutes. De quoi renouveler le jeu.

La guerre entre Jeremstar et Cyril Hanouna continue

« J’ai le sentiment d’avoir été pris pour un pantin, a confié cette semaine Jeremstar à nos confrères du Parisien. Déception de m’avoir fait croire qu’il allait m’aider à me faire revenir sur C8, alors qu’au final sur son plateau, je me suis rendu compte que ce qu’il m’avait promis n’avait pas eu lieu et que j’étais un petit peu le dindon de la farce. » Une attaque à laquelle Cyril Hanouna a répondu très vite, en direct mardi dans TPMP : « Sache qu’on a essayé de te faire revenir sur la chaîne, mais la chaîne ne voulait pas de toi. Et je te le dis, ils se sont servis de ça pour te dégager. On m’a demandé gentiment de ne pas te reprendre dans nos émissions et je n’étais pas ton producteur. Si Thierry Ardisson et Stéphane Simon avaient voulu te garder, c’était à eux d’aller voir les patrons de la chaîne et de se battre pour toi. »

Un lapsus gênant sur BeIN Sports

C’est ce qu’on appelle une grosse boulette. Lors de la diffusion de Strasbourg-Reims (4-0) ce mercredi en match en retard de Ligue 1, le commentateur de beIN Sports a lancé en direct, après le but de Nuno Da Costa un « Il a de belles stats quand même, sixième but, cinquième passe, cinq passes décisives. C’est pas mal pour un Noir, euh… un joueur qui n’a été titulaire que dix-sept fois. » Si Daniel Bravo s’est repris et a continué l’air de rien son commentaire, les téléspectateurs ont, eux, relevé ces propos. Dans la foulée, beIN Sports a publié sur Twitter un communiqué pour s’excuser.

L’élimination du candidat le plus détesté de Koh-Lanta : La guerre des chefs

C’est un retournement de situation comme on en a rarement vu dans Koh-Lanta. Vendredi soir, Victor, la personnalité la plus clivante de cette édition La Guerre des chefs a de nouveau été éliminé après un retournement de situation inattendu. En possession d’un collier d’immunité, il l’avait fait savoir à sa nouvelle équipe des jaunes, qui comptait l’éliminer, mais ne l’a pas sorti. Une décision que ses collègues n’ont pas compris. Lui assume : « Je pensais qu’il y avait une chance. A une voix près j’aurais été un génie, a-t-il déclaré à 20 Minutes. La grande grande faiblesse vachement exprimée de Nicolas me laissait penser que le 4 contre 3 serait en ma faveur. Je savais que ça pouvait me coûter mon aventure, mais quand on prend le risque, quand on perd, c’est le jeu. Aujourd’hui je ne ressasse plus parce que c’est une décision que j’ai prise en connaissance de cause. Avec les éléments que j’avais à l’instant T c’était du 50/50. »