« Mariés au premier regard » :« Ce programme m’a permis de rencontrer l’homme de ma vie », estime Charline

HAPPY END Pour la première fois en trois saisons, un couple créé par « Mariés au premier regard » a survécu à la fin de l’émission

Propos recueillis par Claire Barrois

— 

Charline et Vivien, de «Mariés au premier regard», sont le premier couple de l'émission a avoir vraiment tenu.
Charline et Vivien, de «Mariés au premier regard», sont le premier couple de l'émission a avoir vraiment tenu. — Thomas Padilla / M6
  • Ce lundi soir à 21h, M6 diffuse le dernier épisode de la troisième saison de « Mariés au premier regard ».
  • Pour la première fois, les experts ont réussi à créer un couple qui dure.
  • Charline et Vivien se sont confiés à 20 Minutes sur leur amour et leurs projets.

Il était temps ! Au bout de trois saisons et quinze couples, les experts de Mariés au premier regard ont enfin réussi à donner naissance à un couple qui semble durer. Le générique de l’émission a beau nous vendre Tiffany et Justin comme LE couple créé lors de la première saison, personne n’a oublié que l’émission les avait associés à quelqu’un d’autre au départ. Cette fois, Charline et Vivien ont été associés dès le départ, pour leur plus grand bonheur.

Vous êtes le premier couple initialement créé par les experts à survivre à l’aventure. Qu’est-ce qui, selon vous, a fait que votre couple a fonctionné ?

Charline : Je pense qu’on a énormément de points communs, on se ressemble beaucoup. Même le moment de la voiture pour aller au lieu de réception juste après notre mariage, on a eu 45 minutes de route et on n’a pas arrêté de parler. Et ce qui a fait que ça a bien marché, c’est qu’on a pris le temps de se découvrir, on y est allés pas à pas. Après, c’est la magie d’une relation qu’on ne peut pas expliquer.

Vivien : Pourquoi ça a mieux fonctionné que d’autres couples : on a beaucoup, beaucoup communiqué. Ce qu’on disait à la journaliste dans les interviews, on se le répétait ensuite. Ça a permis à notre couple de bien fonctionner, et de rendre la transition avec la vraie vie moins difficile.

« La communication nous a permis d’apprendre à se connaître. Je suis assez directe, Vivien est plus réfléchi, il prend du recul. En le sachant, on réagit différemment. On s’adapte davantage. »

Vous parlez beaucoup de valeurs traditionnelles communes… Quelles sont-elles et surtout qu’est-ce que ça change au quotidien ?

V : C’est beaucoup les experts qui parlent de valeurs traditionnelles, de familles conservatrices… L’émission nous présente comme ça, mais c’est un peu too much. Ce qu’ils veulent faire comprendre aux gens c’est que le mariage n’est pas quelque chose de quelconque pour nous. Le mariage, les enfants, ça nous tient vraiment à cœur. On ne l’a pas pris à la légère en arrivant en se disant : « On n’a rien à perdre. »

C : Dans ma famille, on ne se marie pas comme ça, il n’y a jamais eu de divorce. Pour nous cette expérience n’était pas n’importe quoi, c’était un réel engagement.

Justement, votre participation à une émission comme celle-ci semble complètement à l’opposé des valeurs qui semblent être les vôtres. Qu’est-ce qui vous a pris de faire ça ?

C : Je me suis dit que c’était un signe du destin. J’étais en rupture amoureuse, je regardais la saison 2 avec une amie et je lui ai dit que je pourrais participer à une émission comme celle-ci. Je crois beaucoup à la science, j’ai fait une école d’ingénieurs. Le lendemain il y avait une annonce dans le journal pour le casting, dans ma région, je me suis dit que c’était un signe. Mais je n’ai jamais pensé qu’il faudrait que je l’annonce à ma famille.

V : On a très vite parlé renouvellement de vœux pour retrouver le mariage que nous souhaitons vivre. Même avant de se connaître, on en avait parlé chacun de notre côté à nos proches. Mes parents et mes sœurs étaient au mariage, mais j’ai annoncé au reste de ma famille que j’étais marié trois ou quatre mois après l’événement. On leur a annoncé au fur et à mesure en leur disant qu’ils seraient invités à notre futur mariage.

C : Mais pour l’instant il n’y a pas de date pour ce mariage, j’attends sa demande qui ne vient pas, et il ne veut pas que je la fasse ! Ce remariage est important, ça va être notre mariage avec tous nos proches. De n’avoir que dix invités ça m’a énormément frustrée. Le premier mariage était très intense, mais le deuxième le sera aussi, voire mieux.

« Aujourd’hui, j’ai envie de me marier avec Vivien, l’homme de ma vie. A l’époque, j’ai épousé un inconnu. »

Comment vous êtes-vous accommodés des caméras ?

C : Pour ma part, si cette expérience n’avait pas été filmée, j’aurais plus apprécié. Mais je n’ai pas du tout été gênée par les caméras, je ne les voyais même pas pendant la soirée tellement j’étais tellement dans mon monde.

V : On s’y habitue très vite. C’est une journaliste qui nous suit tout le long de l’expérience. Elle nous correspondait vraiment. Je n’aurais pas autant dévoilé de ma vie intime si je n’avais pas été en confiance. Il n’y a qu’à ces personnes-là [la journaliste et le cameraman qui leur ont été attitrés] que je voulais me confier.

Avez-vous douté ?

C : On a eu un avant-mariage assez différent. Je n’ai eu aucun doute. J’ai été choisie, on m’avait trouvé une compatibilité, j’étais sûre que c’était l’homme de ma vie. Je ne me suis jamais dit que ça pouvait ne pas marcher. Je n’ai vraiment pas vu le côté négatif. Bien sûr, si ma famille ne m’avait pas soutenue, ça aurait été vraiment plus difficile. Mais j’y croyais et je pense que j’ai bien fait d’y croire.

V : Je me suis remis plusieurs fois en question. La veille du mariage, j’étais prêt à tout arrêter. Finalement j’ai parlé avec la journaliste, avec un ami très proche qui m’a rassuré. A la cérémonie, je suis arrivé quasiment une demi-heure avant elle. J’ai pu voir que l’ambiance était très bien, que les gens s’entendaient bien. Je suis arrivé dans un climat positif. Elle, elle n’avait le temps de voir personne, de parler à personne, je comprends qu’elle ait pris un coup de stress. Mais après, nous n’avons eu aucun doute sur notre relation.

C : Nous avons vécu une expérience qui s’est passée parfaitement. On s’entendait parfaitement bien. On a eu un super feeling. C’était une histoire idyllique et ça l’est toujours.

Est-ce que vous appréhendiez la diffusion ?

V : Avant de passer dans l’émission, comme on n’arrivait qu’au quatrième épisode, on a vu un peu ce qui se passait pour les autres, les problèmes de montage notamment. On avait une histoire tellement limpide qu’on se disait qu’on ne pouvait pas nous inventer une vie. Mais c’est angoissant de se livrer devant je ne sais combien de personnes. Dans l’ensemble, l’image que ça donne de nous, ça nous va. On n’a rien à reprocher au montage. Mais le lendemain, il faut assumer devant les collègues, les amis, dans la rue…

C : Ça n’est pas évident de voir notre intimité rendue publique comme ça, sans savoir ce qui va être diffusé. Après, nous avons eu la chance de pouvoir surmonter ça à deux, et avec tous nos proches autour de nous. Pour moi ça a été un peu difficile au début, au moment de la mairie où ça ne s’est pas exactement passé comme ça. Maintenant tout va bien.

Êtes-vous toujours en contact avec la production ?

V : Notre journaliste, on l’a vue le week-end dernier à Paris, le cameraman on doit le voir bientôt à Béziers, où il habite.

C : On est en contact avec les experts. Ils nous suivent vraiment, même en dehors de l’émission. Nous avons régulièrement Pascal de Sutter au téléphone.

Dans l’émission, on vous a quittés il y a quelques mois. Que s’est-il passé dans votre vie de couple depuis la fin du tournage ?

C : J’ai donné mon préavis d’appartement, j’ai annoncé à mon employeur que je voulais partir. Vivien était déjà propriétaire de son appartement. On n’allait pas faire un prêt à deux au bout de dix jours, mais c’était important pour moi de devenir propriétaire aussi. Aujourd’hui je vis à Toulouse, je travaille à Toulouse, on navigue entre nos deux appartements. On a toujours plein de projets. Voyager, se remarier, faire des enfants…

V : On va prendre notre temps

Êtes-vous prêts à apparaître dans le générique de la prochaine saison ?

V : On va peut-être attendre « Mariés au premier regard » saison 6 ou 7 pour être au générique !

C : Si la production nous demande de faire un petit « Que sont-ils devenus ? », on le fera. Mais je ne pense pas qu’on aura un bébé d’ici là, etc. Mais je suis très reconnaissante à ce programme qui m’a permis de rencontrer l’homme de ma vie.