«Koh-Lanta: La guerre des chefs»: Du rififi chez les rouges, un nouvel abandon médical et un retour pas franchement souhaité

REBONDISSEMENTS Le troisième épisode de « Koh-Lanta : La guerre des chefs » confirme que cette saison promet

Claire Barrois

— 

Les 21 candidats de l'édition «Koh-Lanta: La guerre des chefs».
Les 21 candidats de l'édition «Koh-Lanta: La guerre des chefs». — PHILIPPE LE ROUX / ALP / TF1
  • La semaine dernière, les rouges ont éliminé Victor. Cette semaine, ils doivent donc réélire un chef, mais à l’unanimité.
  • Dans les autres tribus, la faim et la fatigue commencent aussi à tendre les relations.

Après un deuxième épisode riche en rebondissements, ce troisième épisode de Koh-Lanta : La guerre des chefs était plein de promesses, et on n’a pas été déçu. Après le conseil et le départ de Victor la semaine dernière, on attaque directement cette nouvelle journée sur le camp des rouges, qui doivent choisir leur nouveau chef. Le problème, c’est que pour élire un chef, il faut l’unanimité, et qu’Emilie, vexée de la manière dont le conseil s’est passé, a décidé d’enquiquiner sa tribu.

Emilie a décidé d’être contre toute son équipe, parce que les autres l’ont « torpillée », selon elle. Elle préfère nettement laisser la décision à Maxime et Béatrice, les chefs des bleus et des jaunes. « Avec une équipe comme ça, on ne peut pas, estime-t-elle. Après ce coup de Trafalgar d’hier, on ne peut pas. »

C’est la crise chez les rouges

Le groupe des quatre voulait favoriser l’harmonie, et c’est raté ! Chloé reste au cœur des conversations. Maud la veut comme chef, ce qui met encore plus Emilie en roue libre. « Tu es mauvaise Chloé, tu as un mauvais fond », dit-elle à sa pire ennemie. Alexandre lui répond : « Là, c’est toi qui nous désunis. » Emilie est accusée de mauvaise foi, elle a clairement un comportement de gamine.

Pendant ce temps-là, chez les bleus, cri de joie collectif à l’annonce du départ de Victor par Maxime. « C’est une belle surprise », estime Brice. « Physiquement il ne leur reste plus grand-chose », ajoute Mohamed. Maxime embraie directement avec la suite des événements, au cas où il devrait nommer le chef des rouges avec Béatrice : « Si on doit faire un peu de stratégie, je pense que mettre Chloé c’est entretenir la tension dans l’équipe ». Clo acquiesce : « On est d’accord, c’est le maillon faible de l’équipe ! » L’idée générale ? Elle est « faible » physiquement, et en étant cheffe, elle serait obligée de participer à toutes les épreuves. Chez les jaunes aussi, on crie aussi de joie à l’annonce du départ de Victor. Et on a cette même idée de nommer Chloé à la tête des rouges.

En confort, l’épreuve des flambeaux

Place au jeu de confort, les jaunes sont tellement au bout du rouleau qu’ils se parlent pour se motiver. Objectif : gagner du riz. A l’arrivée, Denis Brogniart annonce à Béatrice et à Maxime qu’ils doivent choisir le nouveau chef des rouges. Ils se concertent et, sans surprise, désignent Chloé. Béatrice dit qu’elle espère que ça lui donnera confiance en elle, ce qui énerve Emilie. Maxime est plus honnête, il avoue que la faire participer à toutes les épreuves peut apporter certains avantages aux bleus.

L’épreuve commence, et c’est celle des flambeaux. Il faut aller chercher un porte-feu (de 90 kg tout de même), franchir un certain nombre d’obstacles, allumer une allumette géante, puis embraser une vasque. Les jaunes doivent tirer au sort pour participer à l’épreuve parce qu’ils sont encore sept. Résultat, Steeve ne joue pas.

Victoire méritée et défaite amère

Comme souvent, les jaunes sont derniers, les rouges premiers. Sophie n’arrive pas à récupérer les sacs de sable avec le grappin. Victoire pour les rouges. Maud fait un bisou à Emilie, qui pleure de joie. Le début de la réconciliation dans la tribu ? Finalement, les jaunes sont au coude à coude avec les bleus, mais rien à faire, ils finissent dernier. Steeve est précieux pour le moral des troupes, il va tout de suite réconforter ses coéquipiers et trouve les bons mots.

Elle a le choix entre 3 kg de bœuf avec une montagne de frites ou une invitation à partager un moment avec des enfants dans leur école au milieu de la jungle. Chloé choisit le steak frites, ce sont donc les bleus, arrivés deuxièmes, qui rencontreront les enfants à l’école. Toute son équipe aurait choisi l’école sauf Cyril. La nouvelle cheffe se justifie : « Je pense qu’Emilie et moi on est sur la corde sensible avec les enfants et je pense que ça ne nous aurait pas forcément aidées de voir d’autres enfants et que ça nous aurait replongées dans notre côté maman et qu’on n’a pas besoin de ça pour l’instant. » Un peu de bienveillance, ça fait du bien.

Finalement, les rouges sont bien contents de manger leur steak frites. Ils se rapprochent, ils kiffent, ils discutent. Mais Emilie n’est pas dupe. Elle confie en interview : « C’est juste un peu de crème, ce qui s’est dit à table, mais je n’ai plus confiance en eux. » Bon ben, c’est pas pour maintenant la réconciliation chez les rouges.

Visite d’école et découverte de nourriture

Pendant ce temps-là, les bleus vont rendre visite aux écoliers d’une petite île des Fidji. Ils apprennent quelques mots de français aux enfants, font un petit couplet sur la richesse d’apprendre. Il y a même un petit ralenti quand ils jouent avec les gamins. On est presque aussi heureux qu’eux. « Parfois, on travaille un peu trop et c’est quand on s’écarte de ses proches qu’on se rend compte qu’ils sont importants », Mohamed. « C’est un privilège, un moment à part », estime Clo, les larmes aux yeux. C’était la séquence émotion.

Chez les jaunes, c’est moins la teuf. Nicolas pleure parce que la faim pèse sur son moral. Sa femme et son fils lui manquent. Globalement, les aventuriers ont le moral dans les chaussettes. Mais Angélique et Aurélien ont trouvé des racines qui ressemblent à de la pomme de terre. Ils vont peut-être enfin pouvoir manger.

Rencontres du troisième type

Les rouges, de retour de leur grosse bouffe, s’aperçoivent qu’ils ont pris un requin dans leur filet. Après avoir hésité à le manger, ils décident de le relâcher. Ils sont un peu émus par cette rencontre, qui fait le sens de leur participation à cette aventure selon eux. Puis c’est l’heure de fabriquer chacun son radeau pour l’épreuve d’immunité.

Chez les jaunes, Béatrice et Steeve ne sont pas d’accord sur leur vision de la construction. Chez les rouges, Maud prend les choses en main. Elle explique à ses collègues comment faire des nœuds marins : « C’est bêtement du scoutisme ». « Maud dirige l’ensemble du camp de par ses compétences et son leadership naturel », remarque Xavier, dans une critique (très très peu) voilée de Chloé. Chez les bleus, Frédéric est énervé que tout le monde ne participe pas à la construction du radeau.

Sur le camp jaune, Carine est faible, ils appellent le médecin. Il l’ausculte et l’emmène à la clinique. Steeve anticipe déjà l’arrivée de Victor dans l’équipe et le considère à l’avance comme « un grain de sable dans un rouage ». Pendant ce temps-là, Frédéric essaie de reprendre ses stratégies bidons avec Cindy en lui disant qu’ils sont tous les deux en danger s’ils doivent passer en conseil aujourd’hui. Résultat, elle l’écoute, cherche un collier d’immunité et… le trouve. Elle est hyper émue et espère en profiter pour prouver qu’elle n’est pas qu’« une fille banale ».

Ça rame pour l’immunité

C’est parti pour l’épreuve du radeau pour l’immunité. Les chefs seuls doivent composer une fresque horizontale composée de seize pièces, dont trois fausses. Il faut aller récupérer les trois bonnes au milieu de la mer grâce au radeau que les équipes ont fabriqué. Aux chefs de détacher d’abord le nombre nécessaire de pagaies pour ne pas perdre de temps, mais aussi permettre à leur équipe de déplacer le radeau facilement. Carine est toujours manquante, en observation.

Les jaunes sont les premiers avec deux pagaies, suivis par les bleus avec quatre, puis les rouges avec trois pagaies. Mais les rouges doublent les bleus car leur radeau, made by Maud, est meilleur. Reste à reconstituer les fresques. Les jaunes sont les premiers à donner les trois plaques manquantes à Béatrice, puis les rouges à Chloé. Les bleus arrivent bon derniers. Maxime va devoir compenser en créant sa fresque plus rapidement. Il revient vite, mais les jaunes gardent l’avantage et gagnent.

Les bleus terminent deuxièmes et les rouges troisièmes. Il a régné une certaine cacophonie pendant l’épreuve, et Chloé était un peu déboussolée. Son équipe se remet donc un peu en question, mais sa place est encore remise en cause. La cheffe se demande si elle rend service à son équipe en parant ou si elle reste pour poursuivre son aventure.

Et c’est l’heure du retour de… Victooooooor

Chez les jaunes, on voit débarquer Victor d’un mauvais œil. Déjà parce qu’on n’est pas ravi que Carine ait dû abandonner, et ensuite parce que le caractère du jeune homme fait peur à la tribu. Steeve résume bien l’état d’esprit du groupe : « Nous on est un groupe. Soudé, très soudé. Victor, le seul truc pour rentrer dans l’équipe, c’est de rentrer dans ce collectif. » Victor a bien compris qu’il devait changer de comportement s’il voulait tenir plus qu’un conseil : « Je vais essayer de me faire le plus discret possible, de ne pas faire de vagues. »

Chez les rouges, Emilie n’est pas sereine non plus et cherche un collier d’immunité. Elle fait semblant de l’avoir trouvé en enroulant son bandana sous son tee-shirt (#astuce). Certains y croient, dont Cyril. Bref, c’est l’heure du conseil.

Chloé joue son bracelet d’immunité au conseil

Et vas-y qu’on ressasse sur le fait que Chloé ne soit pas physique. Les deux autres chefs sont choqués de la manière dont elle est traitée par ses coéquipiers. Emilie aussi et elle la défend. Ça se joue encore une fois entre Chloé et Emilie. Maud vote Xavier. Chloé joue son bracelet d’immunité, contrairement à ce qu’elle avait promis quand elle a été nommée cheffe. C’est donc Emilie qui part avec trois voix contre elle. Rendez-vous la semaine prochaine pour élire un troisième chef rouge (on voit qui c’est dans la bande-annonce).