Mort de Luke Perry: «J’étais folle de Dylan et je rêvais qu’il vienne me chercher avec sa moto»

VOUS TEMOIGNEZ Les internautes qui ont grandi avec «Beverly Hills» sont très affectés par la mort de l'interprète du personnage de Dylan, décédé à 52 ans après un accident vasculaire cérébral

Charlotte Murat
— 
Luke Perry, en 2018
Luke Perry, en 2018 — Chris Pizzello/AP/Sipa
  • Luke Perry, qui interprétait Dylan dans la série « Beverly Hills », est décédé lundi après avoir fait un AVC.
  • La série et son personnage ont marqué les années 1990. Les filles étaient toutes amoureuses de son personnage solitaire et ténébreux.
  • La série a tellement eu de succès qu’on note un pic du prénom Dylan au milieu des années 1990.

« Chaque fille de cette planète a été au moins une demi-seconde amoureuse de lui dans sa vie », affirme Andy. « J’avais 11 ans au début de Beverly Hills, se souvient Marino. Les premiers posters que j’ai accrochés dans ma chambre, c’était lui. » 1993. Les riches adolescents de Beverly Hills débarquent sur nos écrans et les jeunes Français découvrent Brandon, Brenda, Kelly, Donna, Steve, David et bien sûr le beau Dylan. L'annonce de la mort de Luke Perry, décédé lundi à 52 ans des suites d'un AVC, a beaucoup marqué les fans de la série. « J’adorais son personnage ténébreux et torturé. Pour moi, c’était la réincarnation de James Dean, explique Séverine. J’adorais sa solitude et son côté bad boy brisé. J’étais folle de lui et je rêvais qu’il vienne me chercher avec sa moto », ajoute Christel.

Vous n’avez pas connu le monde sans Internet ni Netflix et ne comprenez pas l’engouement pour cette série ? Dites-vous qu’à l’époque, elle avait le même succès que Game of Thrones, La Casa de Papel et Plus belle la vie réunies. « Dans les années 1990, j’étais étudiante. La série passait en avance par rapport à la France sur la télé suisse (TSR), que je captais chez mes parents. J’enregistrais l’épisode sur VHS et le soir, en arrivant dans mon appartement à Grenoble, c’était LE rituel avec ma bande de potes. Mes copines étaient raides dingues de Dylan, le bad boy. Moi je craquais pour le sage Brandon. Maintenant, quand je regarde les images de l’époque, je me rends compte que Dylan, il en jetait quand même pas mal. » La série a tellement marqué son époque que Philip nous rappelle qu’on la retrouve dans Viens voir le docteur de Doc Gyneco : « Comme beaucoup de filles tu rêves d’être Brenda, d’avoir ton Dylan et d’insulter ton papa… »

Dylan, le tombeur

Dans la série, les filles sont folles de lui. Devant l’écran, c’est tout aussi vrai. Brenda, Kelly, Valerie, Toni, les histoires de cœur de Dylan ont tenu en haleine les téléspectateurs. « J’ai regardé en boucle l’épisode où il a enfin embrassé Brenda. C’était trop génial », se réjouit Caroline. « J’attendais avec impatience de le voir avec Kelly, se rappelle Andréa. Je détestais Brenda et Valerie. Je me souviens de l’épisode final comme si c’était hier : le mariage de David et Donna, et Dylan et Kelly enfin réunis ! » « Au moment où l’on apprend que Beverly Hills revient pour une nouvelle saison avec quasiment tous les anciens acteurs, savoir que l’un d’entre eux n’est plus de ce monde nous retourne l’estomac », pleure Sabrina.



6.917 Dylan en France en 1996

Conséquence d’un tel engouement pour une série et un personnage en particulier, l’explosion du prénom Dylan en France au milieu des années 1990. « C’était mon personnage préféré et j’ai donné ce prénom à mon fils », écrivent Sandrine et Vali Valou. « Je m’appelle Dylan » grâce à lui, ajoute (logiquement) Dylan. D’après les statistiques de l'Insee, Dylan a été le cinquième prénom le plus donné en France en 1996 avec 6917 naissances.

Les plus jeunes ont découvert Luke Perry en Dylan et les plus âgés l’ont retrouvé dans la série Riverdale, où il interprète Fred Andrews, le père d’Archie. « Finalement c’est dans cette série que je le préférais, conclut So. C’était Dylan McKay devenu père de famille. » La boucle est bouclée.