VIDEO. Yassine Belattar démissionne de LCI à la suite d'une interview d'Eric Zemmour sur la chaîne

MEDIAS «Je ne crois plus avoir ma place sur LCI à la suite de ces propos indignes», a tweeté Yassine Belattar ce matin

Fabien Randanne

— 

Yassine Belattar en juin 2017.
Yassine Belattar en juin 2017. — STEPHANE ALLAMAN/SIPA

« Je suis tellement en colère… Je démissionne de LCI… C’est honteux. » Ce mardi, Yassine Belattar a mis fin en un tweet à sa collaboration avec la chaîne info du groupe TF1. L’humoriste assurait une chronique hebdomadaire dans l’émission « Audrey & Co » depuis la rentrée de septembre.

Ce qui a motivé sa décision ? Les propos tenus par Eric Zemmour dans la matinale de la chaîne ce mardi et qui l’ont mis hors de lui. « On nous a expliqué que l’Islam est une religion de paix et d’amour alors qu’on sait bien que cet antisémitisme-là est le produit d’une culture islamique qui vient de très loin », a déclaré le polémiste qui, invité de Christophe Jakubyszyn, donnait son opinion sur les actes antisémites survenus en France récemment.

« Une différence entre la liberté d’expression et la liberté de provocation »

« Je distingue entre les groupuscules identitaires et les groupuscules nazis. Les identitaires ne sont pas nazis. Ils essayent de défendre l’identité de la France contre l’islamisation. Ce n’est pas nazi, ça », a également dit Eric Zemmour au cours du même entretien.

« Je ne crois plus avoir ma place sur LCI à la suite de ces propos indignes… Il y a une différence entre la liberté d’expression et la liberté de provocation. Bon courage dans votre surenchère », a déclaré Yassine Belattar sur Twitter.

« Zemmour est nul, c’est un menteur. Je rappelle qu’il a été condamné pour provocation à la haine raciale. C’est devenu impossible de cautionner de tels propos sur un plateau », a déclaré l’humoriste, par ailleurs animateur des « 30 Glorieuses » sur Radio Nova, à nos confrères de L’Obs. Et d’ajouter qu’il en a « marre de voir des jeunes de banlieue se prendre régulièrement des ogives nucléaires sur la gueule [sic] par des polémistes » tels qu’Eric Zemmour.