«Mariés au premier regard» sur M6: Place à la vraie vie, et ses surprises, pour la troisième saison

EVOLUTION Après les relatifs échecs des deux premières saisons dans ses formations de couples solides, « Mariés au premier regard » modifie un peu sa recette

Claire Barrois

— 

Rappelez-vous, dans la première saison de «Mariés au premier regard», Tiffany n'avait pas épousé Justin.
Rappelez-vous, dans la première saison de «Mariés au premier regard», Tiffany n'avait pas épousé Justin. — Capture d'écran / M6
  • La troisième saison de « Mariés au premier regard » est diffusée à partir de ce lundi soir à 21h sur M6.
  • Aucun des couples créés lors des deux premières saisons n’a survécu, mais d’autres se sont créés entre les participants.
  • Cette saison, on voit moins les experts, ce qui n’est pas plus mal.

« Il y a deux ans, ils se sont rencontrés grâce à «Mariés au premier regard». Ahem. Le début du générique de la troisième saison de l’émission de M6, qui promet à des célibataires de leur trouver « scientifiquement » leur âme sœur, commence sur un demi-mensonge. Ce couple que l’on nous vante comme la grande réussite de Mariés au premier regard, n’était pas l’un de ceux de l’émission.

« On s’est rencontrés juste après le tournage, rappelle Tiffany, candidate de la première saison. Nous avions appris mutuellement qu’on avait fait l’émission et nous nous sommes appelés. A la base, on se voyait vraiment pour se raconter l’expérience. Après, les choses se sont faites hyper naturellement. Le fait qu’on ait vécu la même expérience a facilité les choses. D’avoir tenté cette aventure, d’êtres passés à la télé pour trouver l’amour, on n’avait pas à se justifier, on se comprenait. » Car avant de se trouver, Tiffany avait épousé Thomas dans l’émission, et Justin avait essuyé un refus de sa prétendante Valentine.

« On a voulu faire naturellement »

Au début de leur histoire, le couple a tout de même informé les experts de l’émission. « Après, les psys nous avaient informés de notre fort potentiel, mais nous avons préféré ne pas trop demander les détails, raconte la jeune maman. On aimait aller de l’avant tous les deux, on était sociables, mais pour le reste, on a voulu faire naturellement, et on n’a pas demandé les points négatifs. » Fière de ce couple, la production se félicitait d’avoir trouvé sa compatibilité à la fin de la première saison.

« On ne va pas refaire l’histoire, Tiffany avait deux matchs, Thomas à 83 % et Justin à 82 %, rappelle Kamila Fiévet-Paliès, la productrice de l’émission. Les experts avaient trouvé le match, mais ils avaient choisi de privilégier la plus grosse compatibilité. » L’histoire s’est reproduite en deuxième saison, mais sans compatibilité décelée par les experts, cette fois-ci. Emma, qui avait épousé Florian, se retrouve avec Laurent, l’ex-mari de Vicky. La compatibilité entre les participants ne serait-elle due qu’à leur envie commune et motivée d’une union durable ?

« C’est l’histoire de la vie »

Ça n’est pas ce que pense la production : « Emma et Laurent, c’est l’histoire de la vie. Elle est restée longtemps avec Florian et après leur rupture, elle a fini avec le meilleur ami. Florian et Laurent ont d’ailleurs beaucoup de traits de caractère communs, donc son rapprochement avec Emma n’est pas étonnant. » Mais, finalement, la science doit peut-être être un peu mise en sourdine face aux histoires qui parlent d’elles-mêmes.

Cette année, les experts sont toujours là, mais on les entend moins. Pas de « Machine regarde sa mère parce qu’elle a désespérément besoin de son approbation dans ce moment important ». Les participants décrivent eux-mêmes leur ressenti. C’est moins pompeux, plus efficace et authentique. Et ça évite à l’émission de se faire épingler sur ses experts parfois douteux. On n’en fait plus des caisses sur les tests de compatibilité, on se concentre sur une chose : les participants et leur manière d’aborder ce début d’histoire d’amour un peu spécial. Bref, l’émission a été recadrée sur l’essentiel, et c’est une bonne idée.