«Top Chef» sur M6: «C’est une mayonnaise qui a pris et qui est bien montée»

CHAUD DEVANT La saison 10 de « Top Chef » débarque mercredi sur M6 et promet de nouveaux défis culinaires, des invités prestigieux et des candidats plus motivés que jamais

Marion Sacuto

— 

Affiche Top Chef saison 10
Affiche Top Chef saison 10 — Marie Etchegoyen/Stéphane de Bourgies
  • Top Chef revient sur M6 pour une dixième saison.
  • L’émission s’est adaptée à l’évolution des tendances culinaires et creuse désormais le sillon de l’excellence.
  • Depuis ses débuts en 2010, Top Chef a aussi produit une nouvelle génération de chefs et popularisé la figure du cuisinier étoilé.

Comme chaque année depuis dix ans, nous voilà prêts à piquer les conseils des chefs, noter de nouvelles recettes et baver devant la télé : vous l’aurez compris Top Chef revient sur M6. Ce mercredi ce sont  15 candidats qui entreront dans la compétition pour intégrer la brigade de l’un des chefs du jury : Jean-François Piège, Michel Sarran, Hélène Darroze et Philippe Etchebest. Cette dixième saison est l’occasion de constater que tout a changé depuis les débuts de l’émission, dans le monde de la gastronomie télévisuelle.

Un pas vers la glorification du savoir faire français

En 2010, pour la première saison de Top chef les candidats ont dû faire leurs courses dans un supermarché bio. C’était « la mode »… Lors de la saison 6, on leur a demandé de cuisiner avec des ingrédients que tout le monde a chez soi (pain de mie, emmental, mayonnaise…) et dans plusieurs épisodes, leurs proches ont fait partie du jury. C’était l’époque du « vivre ensemble »… Mais désormais, Top Chef assume sa quête d’excellence, notamment en augmentant le niveau des épreuves, saison après saison, avec des chefs toujours plus exigeants. « On voulait rester proche des Français mais on s’est rendu compte que ce qui marche le mieux ce sont les épreuves qui mettent en avant les produits et la gastronomie française », explique Stéphane Rotenberg, présentateur de l’émission depuis son lancement.

Parmi les épreuves devenues cultes, on retrouvera ainsi le combat culinaire entre les candidats et  Philippe Etchebest, la boîte noire (dans l’obscurité, les candidats doivent deviner les ingrédients d’un plat puis reproduire la recette) et la guerre des restos (en 48 heures, ils doivent créer leur restaurant avec un budget limité).

Le divertissement : tout un art

Mais il n’y a pas que les candidats qui ont progressé en dix ans. Les chefs aussi. Que serait Top Chef sans son lot de blagues de Michel Sarran, sans les remontrances de Philippe Etchebest, ou sans la gentillesse d’Hélène Darroze ? Avant d’en arriver là, les chefs cuisiniers ont dû apprendre à être à l’aise devant les caméras, à commenter des images et à poser leur voix. « Quand j’écoute mes premières voix off, je me rends compte que je n’étais pas du tout à l’aise, c’est une compétence qu’il faut apprendre, explique Hélène Darroze. En reprenant la saison 10, je pensais devoir m’habituer encore une fois aux enregistrements, mais j’ai repris la main facilement. »

A partir de 2017, l’émission avait organisé le concours en brigades, réclamant aux chefs encore plus d’investissement, faisant d’eux de véritables personnages télévisuels. Les chefs prennent ainsi également part à la compétition en essayant de faire gagner un de leurs poulains. « On se prend au jeu, on veut gagner. Au sein de tous les candidats et des brigades, on est soudé, il y a un super état d’esprit » déclare Michel Sarran.

« Top Chef est devenu une référence en matière de cuisine. »

Les chefs cuisiniers n’ont pas toujours été aussi enthousiastes à l’idée de participer à Top Chef. Lors de la saison 1, Jean-François Piège, Thierry Marx et Cyril Lignac avaient essuyé les plâtres. L’émission est cependant très vite devenue incontournable dans le paysage de la gastronomie française. Chaque saison, des invités prestigieux se succèdent. Cette année, c’est un panel de chefs qui accumule au total plus de 100 étoiles qui concoctera des épreuves inédites. Au programme, la venue d’Alain Ducasse (chef en activité le plus étoilé au monde, 18 étoiles), d’Anne-Sophie Pic (femme cheffe la plus étoilée au monde avec 7 étoiles) ou encore de Paul Pairet (trois étoiles et élu meilleur restaurateur au monde).

« Top Chef est devenu une référence en matière de cuisine. L’émission valorise les talents, la transmission du savoir et l’esprit d’équipe. Elle a bonne réputation auprès des autres chefs grâce au niveau culinaire pointu des candidats et du jury » explique un producteur de l’émission. Désormais, beaucoup de cuisiniers souhaitent intégrer le concours pour partager gagner en visibilité et pourquoi pas remettre en question leur cuisine. C’est le cas de Maël, 20 ans, candidat que vous découvrirez mercredi : « À 10 ans, je regardais Top Chef à la télé, c’est un rêve pour moi de pouvoir y participer ! »

Une fabrique à futurs chefs

En dix ans, Top Chef a créé une génération gastronomique. Pierre Sang, Jean Imbert, Xavier Koenig - pour ne nommer que les plus connus - ont participé au concours et se sont fait connaître du grand public pour leur talent culinaire. Le programme est ainsi devenu une vraie fabrique de futures stars des fourneaux.

Certains participants de la saison 10 ont d’ailleurs été formés chez d’anciens candidats. C’est le cas de Fanny, second de cuisine chez Ludovic Turac (saison 2), et de Damien, pendant cinq ans second de cuisine chez Florent Ladeyn (saison 4). « Top Chef c’est une mayonnaise qui a pris et qui est bien montée, se réjouit Michel Sarran. Chaque année les candidats sont encore meilleurs car ils connaissent l’émission, ils ont en tête ce qu’il s’est passé les saisons précédentes et ne reproduisent pas les mêmes erreurs. »